A LA UNEMonde

Algérie : Une manifestation de soutien aux détenus violemment dispersée par la police

Une manifestation de soutien aux détenus d’opinion a été violemment empêchée mercredi par les forces de sécurité algériennes à Kherrata relevant de la wilaya algérienne de Béjaia (300 KM à l’est d’Alger).

« C’est Une véritable chasse à l’homme qui a été opérée à Kherrata : toute personne suspectée de prendre part au rassemblement de ce matin (mercredi) a été empêchée violemment par la police et systématiquement embarquée », selon la Ligue Algérienne des Droits de l’Homme(Laddh).

Les Forces anti-émeutes ont fait usage de bombes lacrymogènes pour disperser les manifestants, a précisé Saïd Salhi, vice-président de la Ligue dans un post sur sa page facebook.

« On compte déjà des dizaines d’arrestations », a fait savoir M. Salhi qui dénonce « l’approche du tout-sécuritaire (qui) a déjà échoué ».

→Lire aussi : Algérie : Violente répression policière lors d’une manifestation pacifique

Il s’agit d’une approche qui « ne fera que compliquer la situation » dans le pays, a-t-il mis en garde, tout en mettant l’accent sur la symbolique de Kherrata « capitale du Hirak », qui a chassé le président Abdelaziz Bouteflika du pouvoir après 20 ans de règne sans partage.

« Le fait de s’attaquer à Kherrata, c’est s’attaquer au Hirak. Nous ne doutons pas qu’à travers tout ce qui se passe ces jours-ci, c’est le Hirak qui est visé », a-t-il dénoncé.

Saïd Salhi a estimé que le pouvoir a décidé d’en finir définitivement, y compris en s’en prenant à Kherrata, symbole du Hirak.

« Le pouvoir a décidé de fermer la parenthèse du Hirak. Il est clair aujourd’hui que toutes les voix discordantes sont visées », regrette-t-il encore, en ajoutant que « ce sont les libertés démocratiques et la liberté de manifestation qui sont aussi dans le viseur ».

Avec Map

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page