A LA UNEMonde

Allemagne-Algérie : réinvention laborieuse ‘des coups marchandage-attention-quémandée’

Kamal F. Sadni

(Géopoliticien)

Goethe a écrit sur le prophète Sidna Mohammed. Il en était un fervent admirateur‘. Une révélation qui fait plaisir aux croyants musulmans toutes tendances confondues –sous entendue qu’il aurait pu aller plus loin et se convertir à l’islam.

Les Allemands comptent parmi les chercheurs occidentaux les plus objectifs quant à l’intelligibilité de l’héritage islamique et son apport à la civilisation occidentale’. ‘Les fondations allemandes opérant dans les pays arabo-musulmans financent des études sur l’histoire, la civilisation et la culture et contribuent à l’évolution de la recherche en souffrance de moyens et de volonté politique dans ces pays’. ‘L’Allemagne est le seul pays européen qui a un sens humanitaire qui met du baume au cœur ; c’est le pays qui a accueilli à bras ouvert plusieurs centaines de réfugiés syriens et qui a résisté aux pressions des autres membres de l’Union européenne‘.

Voilà, en gros, les commentaires véhiculés, dépendant du contexte, comme un refrain dans les societés arabo-musulmanes concernées. L’Allemagne qui se targue de n’avoir pas colonisé des pays arabes ou musulmans. Une opinion entretenue à dessein poussant les plus sceptiques à baisser la garde et à accepter l’aléatoire comme une vérité première.

Sur le rapport de Goethe à l’islam, on ferme les yeux sur le fait que son intérêt était esthétique (et intellectuel) et entrait dans le cadre d’une œuvre plus générale initiée par la lecture philologique et historique de la Bible et étendue aux autres livres sacrés dont le Coran. Son intérêt entrait aussi dans l’étude de la poésie préislamique arabe et la passion qui était devenue la sienne avec la découverte de Saadi (Abu Mohammad Moslih ad-Din bin Abdallah e-Chiraz) et de Hafez (Chams ad-Din Mohammed Hafez-e-Chirazi), deux sommités de la poésie et de la philosophie persanes.

Ensuite, sur l’apport humanitaire à l’égard des réfugiés syriens et autres, on passe sous silence que cela a quelque chose à voir avec la Turquie dont la demande d’adhésion à l’Union européenne est récusée par l’Allemagne -au même titre que la France- pour des raisons plus complexes que ne le laisse apparaitre la question des droits de l’Homme.

Puis, coup de tonnerre dans un pays comme le Maroc, à la suite de l’enclenchement de l’affaire Pegasus. On découvre que l’Allemagne si choyée, si promue, comme étant l’ange gardien de l’héritage islamique, ne serait pas si innocente que cela dans son autopsie des cultures arabes et islamiques. La révélation de l’existence d’une étude commanditée par le ‘German Institute for International and Security Affairs’ (Novembre, 2020), fait tomber les marocains des nues. Qu’est-ce que cela veut dire ? Et du coup, tout s’explique, depuis l’entrée par effraction de l’Allemagne dans le jardin de la souveraineté marocaine à la suite de la reconnaissance américaine de la marocanité des Provinces du Sud.

Ensuite, on se rappelle la saga de l’ambassadeur allemand Wilfried (Murad) Hofmann à Rabat (1990-1994), converti à l’islam en 1980, qui publie plusieurs livres sur cette religion. Rien de plus normal, cela entrait dans la tradition de l’intérêt des orientalistes allemands pour le monde arabo-musulman. Cependant, la publication en 1992 de son livre, alors qu’il est en poste au Maroc, intitulé ‘Der islam als Alternative‘ (L’islam : une alternative) provoque un tollé en Allemagne. D’une part, parce qu’il est signé de son prénom de conversion, Murad (M. Hofmann, 1992). Et de l’autre, parce qu’il intervient au moment où l’Allemagne goutte au plaisir de la réunification bien que l’intégration des allemands de l’Est soit laborieuse. Ces derniers n’arrivent pas encore à gober qu’ils soient aussi facilement rayés du logiciel identitaire qui avait été le leur pendant plus de quatre décennies.

L’animosité à l’encontre de Hofmann, pourtant chercheur reconnu avant qu’il ne soit diplomate, devient virale à la suite des attentats terroristes du 11 septembre 2001 perpétrés contre les Etats-Unis. On lui reproche de défendre le terrorisme en islam, alors qu’il ne fait qu’établir la différence entre des terroristes qui ne comprennent rien à la religion et les fondements de la religion elle-même.

La tolérance allemande tant prisée disparait comme par un coup de baguette magique. Plutôt l’intolérance et la perdition déjà décrites, de manière magistrale, par le cinéaste Herzog dans son film fétiche ‘Jeder für sich und Gott gegen alle’ (W. Herzog, 1974).

Parallèlement, l’Algérie ne cesse de vouloir accréditer l’idée d’un pays qui veut du bien à tous ses voisins et qui défend les peuples avant les gouvernements. Elle fait la promotion de la révolution d’un million de martyrs (l’exactitude du nombre est difficile à prouver ; la citation de ce nombre serait attribuée à Gamal Abdel-Nasser dans un élan de propagande et de manipulation des esprits dont il était maître). L’Algérie trime à se forger un statut et se donne le prétexte idoine pour sortir vainqueur de la lutte pour l’équilibre régional. Curieusement, l’Algérie double d’animosité à l’égard du Maroc.

Les critiques et les manœuvres ne se comptent plus. Et les plumes algériennes de sortir toutes sortes d’analyses et de vérités tirées par les cheveux. Elles trouvent dans les déclarations du Chef de l’Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune, et du Chef d’Etat-major de l’armée, Saïd Chengriha, matière à tisser et châteaux d’illusions à construire.

 Tout est merveilleux dans le meilleur du monde jusqu’à ce que des commentaires apparaissent, selon lesquels le long séjour de Tebboune en Allemagne pour se faire soigner du Corona aurait été mis à profit pour peaufiner un stratagème contre le Maroc. La complicité de l’Allemagne et de l’Algérie devenait alors un secret de polichinelle. Depuis quand ? Depuis des années déjà. Pourquoi au grand jour maintenant ?

 Rapport de force et ambitions mercantiles pour Bonn et velléités hégémoniques pour Alger. De bonne guerre dans les méandres de la géopolitique et de la course à l’échafaudage de nouveaux complexes sécuritaires dans les sous-systèmes mitoyens des grands centres de décision en politique internationale. Oui, mais…

Dès lors, la mise en garde de certains experts américains -remontant déjà au début des années 2000- sur la politique européenne favorable à l’Algérie dans le traitement de l’affaire du Sahara au détriment du Maroc prend alors toute sa signification. Admettons, et la France alors ? La même logique des rapports de force. Et le Royaume uni ? Londres observe tout le monde à la loupe et attend le moment opportun pour se manifester. Est-ce tout ? Ce serait une lecture biaisée et carrément insipide. Pourtant, il y a du vrai dans cela, bien qu’il ne soit pas le véritable déterminant.

Chemins scabreux, destinations hypothétiques

Eh bien, on va relever le défi et présenter une lecture de la géopolitique de la région maghrébine à partir de cette entente entre l’Allemagne et l’Algérie sous le nez de la France et la barbe de l’Espagne (ou avec leur complicité passive circonscrite dans le temps). Une lecture qui commence par la révélation du dénominateur commun aux deux pays que rend plausible la volonté de redorer leur blason et prendre une revanche contre leur l’histoire mouvementée du début du siècle dernier.

L’Allemagne monte au créneau. Elle intensifie les déclarations diplomatiques sur l’Afghanistan en pleine confusion sur le retrait militaire américain accentuée par l’impasse des négociations entre le gouvernement afghan et le mouvement taliban qui gagne du terrain et se trouve à quelques poussières de Kaboul, qu’il finit par conquérir. L’Allemagne se rappelle avoir été parmi les premiers pays à soutenir l’Afghanistan après le 11 septembre 2001 ; un soutien renouvelé au gouvernement qui tombe le dimanche 15 août 2021.

Par ailleurs, l’Allemagne tente d’avoir droit au chapitre dans la crise libyenne. En fait, elle lorgne toute l’Afrique du Nord. Elle se positionne pour être dans la bande sahélo-saharienne aussitôt que des arrangements seront faits sur les modalités de la reconstruction de la Libye et du Mali. Les entreprises allemandes veulent avoir leur part du butin et, avec l’assentiment de la France sans doute, envisagent une percée en Afrique de l’Ouest pour contrecarrer la présence chinoise, russe, turque et marocaine.

L’Allemagne s’implique davantage dans le dossier nucléaire iranien se rappelant au souvenir des années 1970, où elle avait été partie prenante dans le projet de transfert de la technologie nucléaire à l’Iran, sous le Shah, et au début des années 1990, à l’occasion de l’ébauche de la politique européenne du dialogue critique avec Téhéran. Elle veut avoir un droit au chapitre aux Nations unies et même conditionner le Conseil de sécurité, à l’occasion de son mandat (01-01-2019-31-12-2020). Car, il ne faut pas se leurrer, l’Allemagne ambitionne de devenir membre permanent du Conseil de sécurité dans le cadre d’une réforme qui tarde à se concrétiser.

 En attendant, l’Allemagne entend dicter ses quatre volontés à l’Union européenne maintenant que le Royaume uni n’est plus membre et que la France marque le pas dans sa course au leadership européen. La France accepte cet état de fait et ne peut pas ne pas se trouver dans la complicité franco-allemande pour que Bonn se positionne relativement en Libye et en Afrique du Nord. Une attitude qui entre dans le cadre de la nouvelle distribution des rôles avec l’espoir de gagner du temps et remodeler leur planification politico-stratégique.

L’Algérie, pour sa part, tente de se refaire une santé. Elle recourt aux mêmes méthodes des années 1960-2000 : prêcher le faux pour avoir le vrai et accentuer son emprise sur la société algérienne parallèlement à l’ambition de jouer le rôle d’épouvantail dans ce qu’elle considère comme son espace vital. Elle cherche à retrouver une marge de manœuvre au sein de l’Union africaine, qui ne se dirige plus au bon vouloir de ce que le président Tebboune appelle ‘L’axe Alger-Abuja-Pretoria’.

Une question taraude l’esprit : quel rapport dans tout cela entre l’Allemagne et l’Algérie ? Une réponse simple : besoin de renaissance à la géopolitique, après plus de quatre décennies d’effacement lourd à supporter pour la première et deux décennies d’écrasement martyr pour la seconde. Cela passe par la reconsidération des schémas échafaudés jusqu’à présent et guérir de ‘la schizophrénie du coupable et de la victime’ que les deux societés entretienne sans se lasser. Oui, mais tous les pays du monde font de même. Exact, sauf que les motivations ne sont pas les mêmes et le choix rationnel des deux pays a un dénominateur commun : le regain de l’aura militaire.

Les deux pays étaient soumis à des contraintes qui les empêchaient d’intervenir militairement à l’étranger. L’Allemagne, en raison des restrictions imposées par les alliés au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale (comme cela avait été le cas au lendemain de la Première Guerre mondiale). L’Algérie, en raison de l’imbrication de l’idéologie du parti unique et de l’élan révolutionnaire qui empêchaient le pays d’opérer en dehors des frontières nationales. Plus maintenant.

Pour l’Allemagne, la levée des restrictions au déploiement de l’armée en dehors des frontières intervient après la chute du mur de Berlin en 1989. Pour l’Algérie, la constitution adoptée en 2020 autorise l’armée nationale populaire à intervenir en dehors des frontières nationales pour des missions de paix. Naturellement, aucun rappel n’est décelé dans les déclarations officielles sur l’intervention de l’armée algérienne en Mauritanie et au Sahara marocain de 1976 à 1979 pour soutenir la dissidence et le séparatisme.

Si dans le cas de l’Allemagne, les choses ont pris du temps avant que la machine ne se mette en branle, dans le cas de l’Algérie, le vote du 2020 est une surprise dans la mesure où le discours officiel s’enivrait du refus des interventions militaires étrangères dans les pays du tiers-monde sous quelque motif que ce fût.

Cependant, une question vient à l’esprit : quoi de neuf dans cette configuration ? Plusieurs réponses à donner, dont deux plus avérées. D’une part, l’apparition d’une sorte de contagion des retraits militaires programmés -ou en cours- des Etats-Unis d’Afghanistan et d’Irak, de la France du Sahel et le repositionnement de nouvelles forces militaires russes, turques ou iraniennes dans certaines zones problèmes. D’autre part, le dilemme des milices et des societés privées de mercenaires en Libye, en Irak, en Syrie, au Yémen et dans la bande sahélo-saharienne au service d’intérêts étatiques et non étatiques régionaux et internationaux.

Dès lors, il ne serait pas absurde de parler de la sous-traitance géopolitique des deux pays en Afghanistan et au Sahel – et probablement dans d’autres espaces limitrophes, comme c’est le cas de la Libye bien que le morceau ne soit pas facile à croquer. Cette sous-traitance a reçu un coup en Afghanistan avec le retour des Talibans au pouvoir. Et elle recevra, sans doute, d’autres mauvaises surprises dans un futur proche. Un indice cependant, le retour des Talibans à une relation étroite avec le dossier nucléaire iranien, l’éclosion de nouvelles formes de partenariats stratégiques, à connotation hégémonique, et le brouillage du spectre de l’islamisme en perte de souffle. L’islamisme sera encore plus en difficulté, en raison de la lutte idéologique entre sunnisme et chiisme dans l’espace Moyen-Orient-Asie à des fins géopolitiques.

Une revanche contre l’histoire, un blason à redorer

L’Allemagne se taille la réputation d’un pays dont la classe politique est sereine et dont les maîtres de cérémonie sont champions de la planification politique et stratégique. Le pays est taxé d’être une machine qui n’abandonne jamais. Une force de caractère et une propension, cependant, à n’en faire qu’à leur tête. Il faut bien trouver une explication. Il y en a deux en fait. D’une part, le souvenir de l’unification allemande en 1870 et l’emprunte bismarckienne perçue comme un motif incommensurable de fierté. Et de l’autre, le souvenir plus douloureux des défaites de la Première et de la Deuxième Guerres mondiales.

Pourtant l’Allemagne a été le théâtre de la Conférence de Berlin (1884-1885) durant laquelle ses ambitions sur l’Afrique ont été confirmées. Dans son bras de fer avec la France, la Grande Bretagne, l’Espagne, l’Italie, la Russie et les Etats-Unis, l’Allemagne ne s’est jamais départie de ses tentations hégémoniques frôlant l’impérialisme prisé par ses compétiteurs européens.

 Les séquelles de l’érosion de la puissance militaire allemande respectivement à partir de 1919 avec l’imposition des clauses de la Conférence de Versailles et les conditions de la reddition en 1945 ne semblent pas prêtes à s’effacer des mémoires. La suspicion des partenaires de l’Allemagne est justifiée par les souvenirs du réarmement de l’Allemagne (certains diraient en secret) sous le Troisième Reich, à partir de 1933, préparant les conditions qui ont conduit à la Deuxième Guerre mondiale.

La Deuxième Guerre mondiale a eu des conséquences dramatiques pour l’Allemagne qui s’est vue interdire de reconstruire son armée. L’acceptation d’une sorte de reconstitution a été dictée, grâce au bon vouloir des Etats-Unis, par la phobie de la menace soviétique. Néanmoins, les Allemands étaient surtout offusqués d’être encadrés par les Français à partir de 1960.

La patience allemande a fini par payer. La loi fondamentale interdisant toute participation de l’armée allemande à des missions ne relevant pas de l’article V de la Charte de l’Otan a été allégée en 1994 par un arrêt de la cour constitutionnelle de Karlsruhe. La decision de la cour autorise l’armée allemande à se déployer en dehors des frontières. Ensuite, la participation dans des missions est devenue courante (missions de maintien de la paix en Bosnie, au Kosovo, au Cambodge, en Somalie au Soudan et en Afghanistan. La mission en Afghanistan, à partir de 2001, se situait dans le cadre de la lutte contre le terrorisme sous la bannière de la Force internationale d’assistance et de sécurité.

Or cette prépondérance ne pouvait réussir sans une politique d’inclusion des populations est-allemandes qui a coûté, aux dires des allemands, très cher. Et pour que tout se passe bien, il fallait une adhésion massive par l’attribution de missions d’envergure à des personnalités originaires de l’ancien République démocratique allemande. Angel Merkel, cette femme d’Etat hors-pair, en est l’illustration la plus éloquente.

L’Algérie, à son tour, entretient une histoire mouvementée et une personnalité étouffée qui la conduisent à chercher par tous les moyens à entériner une identité hypothéquée. Elle en fait une lecture singulière que des opinions moins dogmatiques tentent d’interpeller dans la sérénité (Mohammed Lakhdar-Hamina, 1975). Des voix qui ne se voient pas dans l’idéologie révolutionnaire exagérée et encore moins dans la subtilisation-appropriation de symboles. Quatre parenthèses peuvent être mises en évidence pour percevoir l’Algérie d’aujourd’hui.

La première parenthèse est celle de la duplicité. Elle se vérifié tout d’abord, dans la main tendue à la France dans les coulisses. Ensuite, elle se surpasse dans des envolées médiatiques pour pimenter le spectacle de la contestation. Elle clos la présentation par la demande du pardon et de la reconnaissance de la responsabilité ‘criminelle’ de la France en Algérie.

La deuxième parenthèse est celle de la guerre froide et la confrontation Est-Ouest. L’Algérie s’y est vue confier une mission idéologique favorable au socialisme d’Etat susceptible de faire basculer toute l’Afrique du Nord dans le camp soviétique.

La troisième parenthèse est celle de la guerre civile (1991-1999) où le pays était sur le point de sombrer dans l’anarchie totale. L’objectif était que l’institution militaire ne se fasse pas ébranlée par l’érosion politique et l’illégitimité révolutionnaire qu’elle avait subtilisée au Front de Liberation nationale, parti unique.

La quatrième parenthèse est la réinvention de l’épouvantail islamiste et de l’ennemi extérieur pour écraser la contestation intérieure et consacrer le retour de l’Etat fort que les militaires n’ont du reste jamais abandonné.

L’histoire de ‘coups’, une reconnexion à la machine  qui remonte le temps

 L’histoire de ‘coups’ répugne la prescription et démontre un mental d’acier, celui de ne jamais abandonner bien que la chance d’atteindre les mêmes résultats que par le passé soit difficile. Il s’agit d’une part, de fameux coups joués par l’Allemagne à Tanger, Agadir et New York et de l’autre, de coups joués par l’Algérie à Ifrane, Rabat et Alger.

S’agissant de l’Allemagne, on peut citer ‘Le coup de Tanger de 1905’, suivi de la Conférence d’Algesiras en 1906 et ‘Le coup d’Agadir en 1911’, suivi du Traité de protectorat sur le Maroc en 1912.

‘Le coup de Tanger’ de 1905 est illustré par les historiens dans la balade de l’empereur Guillaume II dans cette ville pour obliger les Européens et les Etats-Unis à ne pas le laisser sur le plancher et s’en tenir aux arrangements de la Conférence de Berlin (1884-1885). L’empereur allemand s’efforçait de maintenir les intérêts allemands au Maroc sans laisser les Français et les Espagnols se tailler la part du lion dans le morcellement de ce pays.

Cette balade-parade est suivie en 1906 par la Conférence internationale d’Algesiras afin de se mettre d’accord sur une sortie de crise. La plupart des pays qui avait participé à la Conférence de Berlin y était présent. L’Allemagne n’obtient rien de palpable à Algerisas.

Elle manœuvre alors et obtient la signature de l’accord franco-allemand en février 1909 selon lequel la France accepte le principe de l’égalité de traitement des ressortissants allemands au Maroc en contrepartie de la reconnaissance par l’Allemagne de la mainmise de la France en matière d’organisation de la sécurité et de l’ordre (A. Tardieu, 1909).

Non satisfaite, l’Allemagne revient à la charge en 1911 par ‘Le coup d’Agadir’. Une confrontation maritime allait avoir lieu entre la marine française et la marine allemande dans la foulée des rivalités des puissances coloniales sur l’Afrique.

‘Le coup d’Agadir de 2011’ débouche sur la reconnaissance à l’Allemagne de concessions  territoriales au Cameroun, au Congo et en Guinée Equatoriale. ‘Le coup d’Agadir’ est suivi par la signature en 1912 du Traité du protectorat de la France sur le Maroc.

On est, dès lors, en droit de parler du ‘Coup de New York’ de décembre 2020, à la suite de la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté marocaine sur le Sahara. La même démarche, le même esprit, la même structure mentale de la part de l’Allemagne : ne pas se faire larguer dans la nouvelle course pour l’Eldorado africain qui passe obligatoirement par le Maroc, déjà implanté grâce à une politique africaine silencieuse, mais efficace qui surprend avant tout ses partenaires stratégiques européens.

S’agissant de l’Algérie, il y a aussi des choses à dire en matière de ‘coups’. Tout d’abord, le coup d’Ifrane de 1969 et le Sommet maroco-algérien sur le litige frontalier dans la foulée de la préparation de la reconnaissance de la Mauritanie par le Maroc qui intervient durant le Sommet islamique à la suite de l’incendie de la mosquée al-Aqça.

Ensuite, le coup de Rabat de 1972, où l’Algérie obtient un accord avec le Maroc sur les frontières et le coup de 1974, où l’Algérie promet de soutenir le Maroc (et la Mauritanie) au sujet du Sahara, avant de faire volte-face, créer (avec Kadhafi) et soutenir le mouvement séparatiste du polisario.

Les coups étaient destinés à obtenir des concessions non seulement au sujet des frontières maroco-algériennes et manipuler de la Mauritanie pour avoir un accès sur l’Atlantique en 1978, mais aussi à jouer le rôle de sous-traitant géopolitique du Bloc de l’Est en Afrique du Nord.

Dans la même démarche géopolitique, l’Algérie fait exécuter deux autres  coups à des fins de politique intérieure. D’une part, ‘Le coup de 1992’ et l’appel lancé à Mohammed Boudiaf pour venir à la rescousse d’une institution militaire empêtrée dans ses propres contradictions : ce dilemme kafkaïen entre gouverner de main de fer et lâcher du lest. Un tour et l’agenda des instigateurs du retour de tomber à l’eau. Boudiaf refuse d’être une pâte à modeler. Il est éliminé. Et la décennie noire en Algérie, commencée déjà en 1991, de continuer comme si de rien n’était.

Et de l’autre, ‘Le coup de 1999’ et le lancement sur les chapeaux de roue d’un assoiffé du pouvoir (un ancien déçu), Abdelaziz Bouteflika. Le coup se veut une invitation à la communauté internationale de croire à une transition politique sans que l’institution militaire soit trop visible, mais qui garde néanmoins le contrôle sur le pouvoir.

Les coups brillamment joués au départ, démontrent avec le temps leurs défaillances, car leurs initiateurs sont restés figés dans une perception archaïque de la politique internationale. Une intelligibilité déphasée quant à la manière de construire un Etat fort par l’adhésion et l’inclusion et non pas par la force, la répression ou l’exclusion.

La France dans l’équation algéro-allemande :  le sphinx et le grain de sable

Le rôle de la France dans l’équation algéro-allemande intrigue. En contrepartie de la reconnaissance d’une certaine responsabilité dans la guerre d’Algérie, la France obtient l’accord de l’armée algérienne de se substituer à elle dans le traquenard sahélo-saharien.

Le rapport Benjamin Stora sur ‘les questions mémorielles portant sur la colonisation’, rendu public en janvier 2021, était le prélude (ou la conséquence de) à ce scénario (B. Stora, 2021). Le même historien avait fait un séjour au Maroc dans le cadre de ce qui était appelé ‘les combats de mémoire’ dans le traitement de l’histoire conflictuelle entre le Maroc et l’Algérie (B. Stora 2000). Sensibilité de la recherche expliquant, Stora a bénéficié du statut diplomatique pour se consacrer à l’étude du dilemme de l’animosité entre l’Algérie et le Maroc. Avec le doigté qui est le sien, Stora s’en sort bien dans les deux études susvisées.

On serait tenté de dire que le même scénario se joue après le Brexit. La France lâche du lest vis-à-vis de l’Allemagne pour ne pas se faire dévorer par cette dernière. Cependant, quelle que puisse être la bonne volonté des décideurs, il y a des survivances dans l’intelligibilité de la diplomatie des acteurs étatiques.

Les enjeux changent de paramètres mais les objectifs d’ascendance géopolitique restent les mêmes. Une sorte de pause est observée dans la planification politique française. Toutefois, si elle se prolonge, elle risque de porter atteinte aux intérêts de la France auprès de ses partenaires notamment européens et africains.

Le jeu ambigu de Paris serait une sorte de perte de boussole et une quête laborieuse à rattraper le retard sur la voie du rétablissement des équilibres intra-européens et intereuropéens en attendant des lendemains meilleurs.

Et c’est dans ce contexte que la stratégie des coups de se pointer à l’horizon. Elle rappelle la Conférence de Casablanca-Anfa. En effet, la Conférence de Casablanca du 14-24 janvier 1943 a été organisée pour préparer la stratégie des alliés de l’après Deuxième Guerre mondiale. Y ont participé Winston Churchill, Franklin Roosevelt, le Général de Gaulle, chef de la France libre soutenu par les Britanniques et le Général Henri Giraud qui a les faveurs des Américains. Staline invité ne pouvait assister à la Conférences et l’Union soviétique se rattrapera au Caire, à Téhéran, à Yalta et à Postdam.

 L’enseignement à tirer de cette Conférence, c’est que sans le soutien des Britanniques, de Gaulle aurait fait long feu. Et en 2020-2021, la France laisse cette fois-ci l’Allemagne faire, à défaut d’intervenir directement pour repositionner les pions sur l’échiquier sans se faire épingler. Elle tente le coup par le hard et le soft. Toutefois, comme l’Espagne ou autres apprentis sorciers, à l’image des pays nordiques, de la Turquie ou de l’Iran, la France risque de perdre au change. L’Espagne et la France qui seraient édifiées de ne pas se retrouver dans les péripéties de Cervantès (M. Cervantès, 1605-1615) ou dans la tragédie de Dreyfus (A. Dreyfus, 1894-1906).

Les écueils ou l’illusion de la puissance tatouée

L’échiquier géopolitique ne peut plus se permettre la pluralité d’acteurs dans un système international qui a du mal à se réinventer. Paradoxalement, le besoin d’intervention des acteurs majeurs n’accepte plus de jardins privés. Quels que puissent être le statut des acteurs étatiques (majeurs, mineurs, intermédiaires), leur positionnement dans la hiérarchie de la puissance (cercle inné ou acquis), leurs ambitions dictées par la complexité et la nature des problèmes posés (espace intranational, régional ou international), une chose est certaine : la marge de manœuvre des uns et des autres se rétrécit comme peau de chagrin. Ils sont convaincus qu’ils se doivent de rester vigilants pendant que les autres acteurs non étatiques attendent en embuscade.

‘Les exclusivités va de soi’ et le paradigme des ‘discontinuities’, c’est-à-dire, l’interchangeabilité des facteurs de puissance sur les terrains de compétition secondaires, ne peuvent plus jouer à tous les coups. Ils sont carrément combattus parce que les recettes géopolitiques expérimentées depuis les années cinquante, et qui sont basées sur des réajustements épistolaires, ne séduisent plus.

De même que les enjeux ne sont plus fondamentalement économiques – ou du moins, ils ne donnent plus cette impression, alors que les motivations sont autres. La puissance des Etats ne peut plus être jaugée par l’importance de la balance commerciale ou par le nombre de marchés conquis (ou assujettis) dans le cadre d’une structure ‘féodale’ du système international -pour reprendre une expression chère à Zaki Laïdi- qui cherche à reprendre du poil de la bête.

Il en découle que la sous-traitance géopolitique est limitée dans le temps et l’espace. L’équation ‘plus offrant-moins offrant’ perd de sa gymnastique intellectuelle pour se mesurer à une réalité nouvelle. Les techniques de persuasion et de dissuasion dépendent de la marée haute et de la marée basse sécuritaire -et souvent existentielle- auxquelles, à défaut d’autres choix, les décideurs étatiques font foi.

Si bien que le dédoublement de rôles et la tension des attributions-compétences rendent les enjeux plus difficiles à contrôler et les solutions créatives plus rares. Il en est ainsi des divergences au sein des structures militaires et sécuritaires telles que l’Otan ou des organisations régionales dédiées à la résolution pacifique des conflits. A cela, il faut ajouter la lutte inter-organisations internationales qui dame le pion aux décideurs les plus avertis et chamboule les alliances construites de longue haleine.

Quelles chance l’Allemagne et l’Algérie ont-elles de pouvoir sceller une sorte d’alliance de longue durée pour sortir de ce que certains appellent ‘Le traumatisme collectif’ provoqué par la guerre, la quête de la réhabilitation et l’ambition de faire entendre leurs voix sur leurs échiquiers géostratégiques respectifs et au-delà ?

Rien n’est moins sûr. Si la diplomatie allemande et la diplomatie algérienne semblent en odeur de sainteté, elles ne parlent au fond pas le même langage. Elles se trouvent dans une situation de ‘mutualité de fortune’. L’Allemagne saisit l’opportunité des ‘questions mémorielles’ pour grignoter des points à la France et se positionner en Algérie. L’Algérie se montre solidaire de tous pays qui mettent des bâtons dans les roues de ses compétiteurs régionaux, le voisin marocain en tête de liste ou ceux qui ne déclarent pas leur intention de lui disputer son leadership émotionnel dans l’espace dit vital qu’elle entend bétonner. Tout ceci dans cette sorte de ‘diplomatie de coups phares’ évoqués plus haut.

Il devient certain que l’Allemagne et l’Algérie veillent à exécuter un agenda bien déterminé. La préparation du terrain pour l’intervention (directe cette fois-ci) dans la bande sahélo-saharienne et dans l’espace mitoyen au Sahara marocain, c’est la priorité des priorités de l’Algérie. La sécurisation des intérêts économico-stratégiques en Afrique, en commençant par la Libye et les anciennes colonies, et le regain de puissance militaire sous couvert de missions de paix à l’étranger, c’est la série d’objectifs non déclarés de l’Allemagne.

Ceci explique clairement l’approche cavalière de l’institution militaire algérienne par la voix du président Tebboune (beaux discours à l’égard de la Turquie et volte-face après ; vœux pieux à l’égard de la Tunisie ou la Palestine etc.). A cela, il faut additionner la contradiction de la diplomatie algérienne quant à l’admission d’Israël, en tant que membre observateur, au sein de l’Union africaine, et son indignation comique sous prétexte de violation de la Charte de l’organisation.

 La diplomatie algérienne oublie que c’est pratiquement par la même procédure que ‘la pseudo-rasd’ a été admise à l’OUA en 1984 par l’ancien Secrétaire général Edem Kodjo. De même que la diplomatie algérienne feint d’oublier qu’Israël, qui avait bénéficié du même statut d’observateur sous l’OUA, serait l’un des intervenants (ingénierie et financement) dans le barrage Ennahda, objet du litige tripartite entre l’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan. Et on se croirait rêver de voir la même diplomatie tenter une médiation dans ce conflit, alors que ni l’Union africaine, ni le Conseil de sécurité de l’ONU, ni autres médiateurs individuels ne sont parvenus à débloquer la situation.

 Car, en réalité, l’objectif essentiel de la diplomatie algérienne est de sécuriser les coulisses de l’Union africaine (maintenant qu’elle ne contrôle plus le Conseil de paix et de sécurité) afin que la même procédure d’admission d’Israël ne légitime l’exclusion de la ‘rasd’ de l’Union. En effet, la majorité des pays membres de l’Union africaine ne reconnait pas la pseudo-rasd, faisant en sorte que si des pays sollicitaient son exclusion, le Commissaire de l’Union serait obligé de faire jouer ses procréatives comme il l’a fait pour Israël. Une telle demande justifierait de revoir la Charte de l’Union sur les conditions d’admission et d’exclusion d’Etats membres.

Les craintes de l’Algérie sont réelles comme en témoigne l’interview récente du président algérien à la télévision nationale dans laquelle il avouait que ‘la question sahraouie’ était enterrée’. Il n’a pas hésité, du reste, à exprimer son regret de l’essoufflement de ‘L’axe Alger-Abuja-Pretoria’ qui faisait, il n’y pas si longtemps, le beau et le mauvais temps à Addis Abéba.

C’est ce qui explique aussi l’ambition allemande de s’installer en Afrique du Nord, en prenant provisoirement l’Algérie comme point focal. Elle profite de la passivité (ou de la complicité) calculée de la France et de l’Espagne (lesquelles gravitent autour d’une autre orbite politico-stratégique à risque). Elle se rend compte que ses intérêts sont menacés après la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara. Elle devient de plus en plus convaincue que son rôle hégémonique au sein de l’Union européenne ne lui apportera rien si son expansion économique perd au change. Cela équivaudrait à dire que la sortie du ‘traumatisme collectif des années 1945-1990’ ne serait que chimère.

De même que l’Allemagne vient à la rescousse de son Soft Power qui lui a servi, depuis des décennies, de moyen d’influence et de pénétration des sociétés notamment africaines et asiatiques. L’Allemagne choisit le domaine de la culture et de la coopération au développement à travers ses Fondations anciennes telles que la Fondation Konrad Adenauer et la Fondation Friedrich-Ebert ou la plus récente, la Fondation Heinrich-Böll. Nombreux sont les travaux de recherche de qualité qui ont été financés partiellement par ces fondations, mais ils entraient dans la sphère d’intérêt de la politique étrangère allemande.

C’est dans cette optique qu’il faut interpréter l’ire des Allemands quand le Maroc a pris la décision de couper tous contacts aussi bien avec les services de l’Ambassade allemande à Rabat qu’avec les structures qui en dépendent directement ou indirectement, dont les fondations précitées.

En cela, l’Allemagne fait comme la plupart des Etats européens qui joignent l’utile à l’agréable. Aider la recherche et séduire les candidats à l’exode des cerveaux. Les Etats-Unis, le Canada, l’Australie ou le Royaume uni, par exemple, font de même. Il était même question au début des années 2000 de la création d’un grand département de recherche et d’études américaines au sein de la faculté de droit de Salé avec une promesse de financement allemand.

Il s’agit là d’une arme très efficace (et certains pays en ont tiré profit quand l’objectif était moins ambitieux pour l’Allemagne). C’est mieux que d’entretenir des groupes de pression ou d’avoir des relais politiques intranationaux.  En effet, certains pays ont des milices qu’ils actionnent au gré de leurs intérêts en matière de politique étrangère : en Iran (al-hash ashaabi dans les pays voisins, notamment en Irak, en Syrie, au Yémen, en plus le Hizbollah au Liban, sans parler de la pénétration graduelle dans les societés algérienne, tunisienne et mauritanienne. D’autres pays travaillent sur la solidarité idéologique transnationale (frères musulmans, mouvements progressistes nationalistes, mouvements de solidarité à la carte).

 Qu’en est-il de l’Algérie ? L’Algérie développe depuis les années 1960 une seule approche. Elle donne asile à des membres de mouvements dits de ‘Libération nationale’, accueille des activistes gauchistes de tous bords ou de militants de la lutte anticoloniale transnationale (Franz Fanon, Panthères noires en avaient bénéficié durant les années 1960) ou des révolutionnaires de Dhofar (qui avaient conduit une guerre de déstabilisation au Sultanat d’Oman de 1964 à 1976), de militants de Biafra, de dissidents basques, irlandais et corses etc.). Même si la plupart des causes que ces activistes défendaient ont rejoint le musée de l’histoire, l’Algérie les garde en réserve : sait-on jamais !

Oui, sait-on jamais. En attendant, je suis tenté de terminer par les renvois que j’ai empruntés plus haut au cinéma, à la littérature et aux faits de justice. Premièrement, l’intrigue et la quête de la verité sans vraiment souhaiter la trouver. Je les trouve dans le film légion de Werner Herzog ‘Jeder für sich und Gott gegen alle’ (Chacun pour soi et Dieu contre tous) plus connu, en langue française, sous le titre ‘L’énigme de Kaspar Hauser’ (W. Herzog, 1974).

Ce film, qui continue de faire couler beaucoup d’encre, est une description noire du destin contrarié, de la solitude de l’homme et de l’ambition de se retrouver qui frise la folie. Cette description concerne l’Allemagne qui se cherche encore dans l’équilibre à réaliser entre sa puissance économique, sa réconciliation avec son histoire et ses ambitions d’acteur majeur empruntant une trajectoire qui réconforte les décideurs allemands et, en même temps, leur fait peur. Le souvenir de Kaspar assassiné par un inconnu que la communauté n’arrive pas à démasquer ou à dénoncer est un traumatisme qui ne prend pas fin avec la réunification.

Deuxièmement, le film de Mohammed Lakhdar-Hamina ‘Chronique des années de braise’ (M. Lakhdar-Hamina, 1975) qui retrace trois décennies de l’histoire de l’Algérie de 1939 à 1954. 1954, une date mythique qui continue de diviser les historiens et les politiques algériens. Une lecture qui, elle aussi, fait chauffer des têtes et refroidit des attentes. Cette observation concerne l’Algérie qui se débat pour se réinventer une histoire politique et une existence étatique que les historiens lui refusent.

Troisièmement, ‘Don Quichotte de la Manche et les moulins à vent’ (M. de Cervantès, 1605 et 1615). Des acteurs politiques espagnols, dont les médias se font l’écho, rivalisent dans la calomnie sans prêter attention au gouffre dans lequel ils s’enfoncent. Ils sous-estiment la réaction des cibles qu’ils ne cessent d’indisposer ; et ce faisant, ils s’enfoncent dans le sable mouvant qu’ils tentent de contourner.

La réinvention ou la diabolisation des ennemis imaginaires ne fait plus recette. La classe politique espagnole doit se réveiller de son autosatisfaction de puissance imagée. Pour faire dans la métaphore, elle doit méditer sur le départ de Lionel Messi de Barcelone F.C et avant lui, Cristiano Ronaldo de Real Madrid, comme la fin d’une époque, pas seulement sportive.

 Le spectre des années 1970 serait de retour et les planificateurs politiques et militaires espagnols sont appelés à intérioriser que le fait colonial et la phobie à la carte seront bientôt une construction du passé ; une sorte de ligne de séparation fine entre chiste et broma qui risque de ne plus amuser la galerie.

Quatrièmement, l’affaire d’Alfred Dreyfus qui a durant les années 1894-1899-1906, accaparé les attentions des différents intérêts sous la Troisième République française. Une affaire qui sentait la machination et la manipulation de la presse au moment où la France perdait la Moselle et l’Alsace (1871) conquises par l’Allemagne. L’accusation de Dreyfus pour haute trahison n’était pas fondée. Il s’est avéré durant le procès et après le verdict, le condamnant à perpétuité et l’expédiant vers l’île du Diable dans la Guyane française, qu’il était innocent.

Il y avait cependant des esprits indépendants, comme celui de Zola qui dans sa Lettre ouverte au président Felix Faure sous le titre : ‘J’accuse’ (E. Zola, 1898) il dénonçait un procès expéditif au mépris de la justice et sans respect de la règle de la présomption d’innocence. Avec le recul, il apparaissait que la véritable intention était de détourner l’attention des populations du stigmate créé par l’impuissance devant l’Allemagne et la cherche de boucs émissaires.

Cette affaire est citée pour dire que la justice n’aurait pas faire son travail et que la condamnation de Dreyfus avait quelque chose de plus énigmatique que la question de l’espionnage présumé pour le compte des Allemands.

Les erreurs de justice sont fréquentes, et on en a pour preuve Omar Raddad (1991) condamné à dix-huit ans de réclusion criminelle et gracié partiellement en 1996. Malgré la découverte de nouveaux indices l’innocentant, Omar se fait refuser une nouvelle demande de révision du procès en 2002. Il se fait refuser aussi une demande de réhabilitation.

Cette phrase ‘Omar m’a tuer’ va certainement continuer à hanter l’esprit de ceux qui ont participé a la condamnation d’un innocent en insultant, au passage, la mémoire des défenseurs de la belle langue de Molière, Lamartine, Badelaire, Zola et les autres partisans des causes justes tels que Jacques Vergès.

Les erreurs ! En géopolitique, elles se payent très chères. La verité finit toujours par éclater. Et ce n’est pas les errements de l’affaire de Pegasus ciblant un Maroc serein (victime d’une nouvelle tentative de morcellement) qui vont déroger à la règle ou sévir dans la manipulation (K. F Sadni, 2021). Que l’Allemagne, l’Algérie, mais aussi l’Espagne et la France cogitent bien ce qu’ils cherchent à obtenir du Maroc et le dire ouvertement sans partir en vadrouille géopolitique et revenir, chaque fois, bredouille.

Notes

-Stora Benjamin : ‘Maroc-Algérie. Retour du passé et écriture de l’histoire’, Revue Vingtième Siècle, Année 2000, (68), pp. 109-118.

– —————– : ‘Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie’, janvier 2021.

– Cervantès Miguel de : ‘Don Quichotte de la Manche et les moulins à vent’, (1605 et 1615) plusieurs versions franchises.

-Herzog Werner : ‘Jeder für sich und Gott gegen alle’ (Chacun pour soi et Dieu contre tous’ ou ‘L’énigme de Kaspar Hauser’, Film, 110 minutes (1974).

– Hofmann Murad: ‘Der Islam als Alternative’, Diederichs Eugen, 1992.

-Lakhdar-Hamina Mohammed : ‘Chronique des années de braise’ ; Film, 177 minutes, 1975, ayant obtenu la Palme d’or de la 28e édition du Festival de Cannes.

– Kamal F. Sadni : ‘ L’image et le syndrome de la réclusion’, Maroc Diplomatique du 26 juillet 2021.

-Tardieu André : ‘France et Allemagne (1906-1909)’, Revue des Deux Mondes, 5 période, tome 52, 1909 (p.65-98).

-Werenfels Isabelle: ‘Maghreb Rivalries Over Sub-Saharan Africa’ in SWP Comment (German Institute for International and Security Affairs) No 54 November 2020.

– Zola Emile : ‘J’accuse’, L’aurore no 87 du 13 janvier 1898.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page