Amazon visé par une coalition de petites entreprises favorables à des lois antitrust plus strictes

Amazon

Des groupes de petites entreprises commerciales aux Etats-Unis ont formé une coalition nationale pour réclamer des lois antitrust plus strictes, y compris des mesures qui pourraient forcer le géant de la vente en ligne Amazon à renoncer à certains de ses secteurs d’activité.

La campagne a été lancée mardi par des groupes qui représentent les petits magasins de droguerie, les fournisseurs de matériels de bureaux, les libraires, les épiciers et autres, ainsi que des groupes d’entreprises d’une douzaine de villes, selon les médias US, qui précisent que les commerçants comptent inciter leurs représentants au Congrès à militer pour des lois antitrust plus strictes et une application plus rigoureuse des lois en vigueur.

Les groupes, qui représentent collectivement des milliers d’entreprises, veulent une législation fédérale qui empêcherait le propriétaire d’un marché en ligne dominant de vendre ses propres produits en concurrence avec d’autres vendeurs, une politique qui pourrait effectivement séparer l’activité de produits de détail d’Amazon de son marché en ligne, ajoute-t-on.

Et de préciser que les membres du sous-comité antitrust de la Chambre des représentants envisagent une législation dans ce sens, tout en prévoyant des modifications de la loi antitrust américaine, bien qu’aucun projet de loi n’ait encore été présenté.

Les groupes de commerçants veulent également une application plus stricte des lois sur la concurrence et des changements juridiques qui permettraient au gouvernement de gagner plus facilement les poursuites judiciaires antitrust visant les grandes entreprises.


Dans un communiqué, un porte-parole d’Amazon a déclaré que les détracteurs de la société “suggèrent des interventions malavisées sur le marché libre qui élimineraient les détaillants indépendants et puniraient les consommateurs en forçant les petites entreprises à quitter les magasins en ligne populaires, en augmentant les prix et en réduisant le choix et la commodité des consommateurs”.

“Amazon et les vendeurs tiers se complètent, et les vendeurs ayant la possibilité de vendre directement aux côtés des produits d’un détaillant est la concurrence qui profite le plus aux consommateurs et a rendu le modèle de marché si réussi pour les vendeurs tiers”, a ajouté le porte-parole.

Au début de l’année, le géant de la vente en ligne avait fait état d’une augmentation de 44% de ses ventes nettes, soit un record de 125,6 milliards de dollars au quatrième trimestre de 2020.

Amazon a également annoncé un chiffre d’affaires net total de 386,1 milliards de dollars en 2020, en forte augmentation par rapport aux 280,5 milliards de dollars déclarés par la société en 2019.


( Avec MAP )