Amine BENSAID, président de l’AUI : « 40% des étudiants de l’Université bénéficient d’une bourse de mérite et/ou aide financière »

Dr. Amine Bensaid, Président de l'Université Al Akhawayn
Dr. Amine Bensaid, Président de l'Université Al Akhawayn

Réalisé par Souad MEKKAOUI

Inaugurée en 1995, par Feu le Roi Hassan II, Al Akhawayn a réussi à se positionner, aujourd’hui, comme un véritable laboratoire pour le développement centré sur l’humain.

Cette année, l’AUI, qui joue pleinement son rôle d’acteur économique, social et culturel, célèbre ses 25 ans d’existence et d’excellence. Cela coïncide avec l’adoption d’un nouveau Plan Stratégique 2020-2025, ainsi que la nomination par Sa Majesté le Roi Mohammed VI de Dr. Amine Bensaid en tant que Président de l’Université. Et c’est en reconnaissance du leadership de l’Université Al Akhawayn, en Afrique, sur le modèle éducatif américain, que le Département d’État américain, via the Middle East Partnership Initiative (MEPI), vient d’octroyer 1.2 million de dollars à l’AUI. À noter que depuis le début de la crise,  l’Université, à travers l’ensemble de sa communauté, s’est fortement mobilisée, en contribuant avec un montant de 3 millions de DH aux initiatives socio-économiques pour faire face à la pandémie, notamment en faveur du Fonds spécial du Covid-19, mais aussi en apportant une aide directe aux familles nécessiteuses dans la région d’Ifrane impactées par cette crise. D’ailleurs, en reconnaissance des efforts considérables déployés par les professionnels de la santé, de l’enseignement et de l’autorité publique qui veille sans relâche à la sécurité des Marocains dans le contexte actuel, et dans la continuité de l’élan de mobilisation et de solidarité nationales observées dans la gestion de la pandémie du Covid-19, l’Université Al Akhawayn à Ifrane a mis en place 30 bourses de mérite, destinées aux candidats méritants admis dont les parents opèrent dans les domaines précités.

MAROC DIPLOMATIQUE remercie Dr. Amine Bensaid qui a bien voulu nous accorder cet entretien exclusif afin de nous éclairer sur sa stratégie pour les années à venir, les mesures prises pour faire face à la crise sanitaire, le lancement de l’année scolaire et bien d’autres questions. Entretien.

MAROC DIPLOMATIQUE : Mr le président, le collectif de l’enseignement supérieur en général et le corps enseignant et administratif de l’Université Al Akhawayn ont accueilli, avec beaucoup d’enthousiasme, votre nomination en tant qu’ancien dirigeant de cette même université. Nous souhaiterions éclairer le public sur votre vision et votre stratégie de développement par rapport à votre mandat.

M.A.B. Je suis honoré par la confiance que Sa Majesté m’a accordée en me nommant à la tête de l’Université Al Akhawayn, qui fête en 2020, ses 25 années d’existence qui l’ont établie comme un réel laboratoire pour le développement centré sur l’humain. Al Akhawayn fait partie d’une catégorie d’universités américaines conçues pour équiper l’étudiant de compétences techniques, d’ouverture sur l’International, de connaissances multidisciplinaires, et de compétences humaines et sociales, à même d’influencer sa carrière et sa vie, de l’outiller pour sa réussite (en tant qu’étudiant et en tant que lauréat) pour un engagement au service de sa communauté. Al Akhawayn est aujourd’hui prête pour passer à une nouvelle phase d’excellence, tel que certifié par l’agence d’accréditation américaine NECHE (la même agence qui accrédite Harvard et MIT), pour contribuer activement au développement de sa communauté (locale et régionale), contribuer à l’état de l’art dans l’enseignement supérieur à l’International, et contribuer aux efforts colossaux en cours pour le développement de notre pays.

C’est dans un esprit à la fois de continuité et d’innovation que la nouvelle vision se décline, bâtissant sur les acquis de l’Université Al Akhawayn ces 25 dernières années et son expérience à mettre en place ce modèle américain au Maroc.  Notre nouvelle stratégie se propose de capitaliser sur ce savoir-faire, puis d’adopter – et de contribuer à enrichir – les meilleures pratiques internationales en termes de nouvelles pédagogies, de nouvelles technologies dans la formation, de modèle de coopération, voire de complicité avec le monde de l’Entreprise, de bien-être de toute la communauté de notre université (étudiant, professeurs, staff administratif, et alumni), et de mode opératoire en osmose entre le Maroc et l’International. Enfin, nous ambitionnons de contribuer au rayonnement de nos partenaires : en travaillant en partenariat avec la ville d’Ifrane pour en faire une ville universitaire à l’américaine, et avec nos différents partenaires (dans le public et dans l’Entreprise) dans d’autres villes et régions pour soutenir leur développement.


La Covid-19 a chamboulé le cours du monde sur tous les plans. Face à cette crise sanitaire, l’Université a fermé ses portes en adoptant l’enseignement à distance. Quelles sont les dispositions qui ont été mises en place pour que vos étudiants puissent continuer leur année universitaire et la valider ou valider le cursus ?

Dès que les signes avant-coureurs d’une pandémie ont commencé à pointer à l’horizon (ceci a eu lieu pendant nos vacances de mi-semestre), nous avons mis en place un plan de « business continuity » qui décrivait clairement comment tous nos départements allaient s’assurer que leurs activités allaient continuer et être le moins possible affectées par la situation sanitaire. D’abord, nous avons mis en place une task-force pour la veille sanitaire et le suivi des actions de prévention. Nous avons aménagé des chambres d’isolement dans un espace résidentiel séparé (en dehors de notre campus académique) pour mise en quarantaine et un suivi médical des membres de la communauté Al Akhawayn qui sont rentrés de vacances de Spring Break juste avant la fermeture des frontières.

Sur le plan pédagogique, nous avons préparé nos deux plateformes de partage pour l’enseignement à distance et organisé des séances de formation pour les enseignants. Quatre centres spécialisés (déjà existants) à l’Université Al Akhawayn se sont mobilisés pour soutenir les utilisateurs. Dès l’annonce de la fermeture des établissements scolaires et universitaires, nous avons basculé vers l’enseignement à distance. Tout au long du reste du semestre, dans une approche de « Total Quality Management », nos centres, nos doyens et nos professeurs ont procédé à des évaluations et des ajustements hebdomadaires pour des améliorations continues des méthodes d’enseignement à distance et de l’expérience de l’étudiant à la lumière du feedback hebdomadaire des étudiants.

Quelles sont les dispositions prises pour l’accueil de la nouvelle cohorte ? Dans quelles conditions avec la pandémie ?


Nous réfléchissons, décidons et agissons selon quatre enjeux, quatre dimensions en parallèle :

  1. La protection de la santé, la sécurité et le bien-être de notre communauté Al Akhawayn (nos étudiants, nos professeurs, et notre staff administratif). Pour nous, ceci est une priorité absolue avant toute autre chose.
  2. Un suivi approfondi des évolutions de notre environnement et best practices au Maroc et à l’international.
  3. La poursuite de nos choix stratégiques, tels que déclinés dans notre plan stratégique 2020-2025.
  4. La mise en place d’un cadre fédérant et canalisant toutes les énergies, selon les trois enjeux précédant, dans une approche participative et agile, et avec un plan de risk management selon différents scenarios.

La situation sanitaire et les restrictions qu’elle impose nous obligent à nous adapter pour accueillir les nouveaux étudiants dans les meilleures conditions. Pour cela, nous œuvrons pour favoriser les conditions optimales de réussite à nos étudiants. Cela passe par la mise à disposition des moyens et des services adéquats (orientation, équipements, formations, et services). Nous avons préparé, par exemple, un programme détaillé pour l’orientation des nouveaux inscrits à la vie universitaire (y compris avec les adaptations à la situation de la Covid-19). Nous prenons un grand soin à leur préparer des logements dédiés, des programmes conçus spécialement pour les préparer, optimiser leur performance et les intégrer dans la dynamique d’apprentissage et de capitalisation sur l’expérience de leurs pairs, à travers des programmes spécialisés de nos deux centres : First Year Experience et Center for Learning Excellence. Ensuite, à cause de la situation sanitaire, nous envisageons des dispositions sanitaires renforcées (distanciation, gestes barrière, dépistage, contrôle de la température), l’hébergement dans des conditions favorisant la protection, des classes réduites, combinant l’enseignement présentiel et à distance, le dosage se faisant en fonction de l’évolution du virus, des consultations avec les professeurs et les étudiants, de la nature de chaque cours, et du niveau académique des étudiants.

Les préparations de l’année universitaire 2020-2021 sont lancées chez vous. Quelle visibilité pouvez-vous donner à vos étudiants (nouveaux et anciens) ? 

En tenant compte des éléments mentionnés auparavant, nous prévoyons la continuité des activités pédagogiques tant en présentiel qu’à distance avec les contrôles-qualité nécessaires, avec des classes réduites, et avec alternance. Nous établissons un contrôle strict des conditions de vie : accès régulé aux espaces communs (bibliothèque, restaurant, installations sportives, etc.). Pour pouvoir lancer l’année universitaire dans les meilleures conditions et à cause du décalage des examens, tant le Baccalauréat que la licence, nous avons retardé la rentrée de 3 semaines pour permettre aux nouveaux étudiants, comme aux anciens, de se reposer après une année mouvementée.  Nos cours démarrent le 21 septembre cette année.


Le statut de l’Université Al Akhawayn s’inspire du système américain dans toutes ses facettes organisationnelles. Pourriez-vous éclairer plus les étudiants nationaux et internationaux des avantages d’intégrer le système anglo-saxon? 

Plus qu’une simple formation, c’est un système conçu minutieusement pour fournir une expérience intégrée qui met l’accent sur la culture générale, la formation multidisciplinaire, les compétences personnelles, humaines et sociales permettant à l’étudiant de s’adapter et exceller en tant que membre d’une équipe, et de faire preuve d’agilité au vu des évolutions significatives dans notre monde. Ce système vise un calibrage en continu pour servir l’étudiant (en tant qu’individu) et optimiser son expérience. Ceci nécessite également des améliorations continues dans le système. Un autre aspect qui a fait partie historiquement de la tradition de ce système est l’assurance qualité et les accréditations et leurs processus basés sur les résultats (« outcome-based ») avec les preuves à l’appui (« evidence-based »). Par exemple, l’agence américaine (NECHE) qui accrédite l’Université Al Akhawayn est la plus ancienne au monde, créée en 1885. Dans ce système, la nature de la relation Professeur-Étudiant est typiquement beaucoup plus étroite que dans les autres systèmes, à travers un professeur conseiller pour chaque étudiant, des heures de bureau pendant lesquelles le professeur accueille ses étudiants individuellement pour des conseils. Le contenu des cours est aussi régi par des ouvrages (« textbooks ») de référence, ce qui permet au professeur de consacrer les séances de cours à des échanges et un enrichissement de ce contenu, et permet également une sorte de standardisation de contenu parmi les différentes universités américaines. Enfin, le rôle des étudiants dans la gouvernance est important, à travers leurs instances représentatives, au sein desquelles ils apprennent à exercer le pouvoir (dans les limites tracées par le système) avec responsabilité et vision.

D’autres aspects sont l’ouverture internationale avec un environnement formé, en partie, d’enseignants internationaux et d’étudiants en échange. Ainsi, près de trois étudiants sur quatre de l’Université Al Akhawayn passent au moins un semestre dans une université partenaire à l’étranger. La vie dans un campus intégré avec une vie estudiantine riche et variée est un autre élément marquant le système des universités américaines (dans la même catégorie qu’Al Akhawayn) et jouant un rôle important dans le succès futur de l’étudiant, ainsi que dans son engagement dans la communauté (apprentissage par le service et le service communautaire ou service learning)

Al Akhawayn a été la première université à s’engager dans le processus d’accréditations internationales. Quelles sont les étapes franchies et quels sont les certificats obtenus jusque-là ?


Al Akhawayn a d’abord commencé par les accréditations séparées des programmes par des instances spécialisées d’accréditation. Le Centre de Langues a ainsi été, pendant longtemps, le seul à être accrédité par une agence américaine (CEA) en Afrique avant d’être rejoint par le Centre de Langues de l’Université Américaine du Caire. Le programme de Business est accrédité par EPAS, de l’EFMD (Fondation européenne pour le Développement du Management) depuis 11 ans. Ensuite, les programmes d’ingénierie et d’informatique sont accrédités par l’agence américaine de référence dans le domaine, ABET (Accreditation Board for Engineering and Technology). Les programmes offerts par la School of Humanities and Social Sciences sont examinés par des spécialistes d’universités partenaires internationales.

L’Université est ensuite passée à l’étape de l’accréditation institutionnelle par NECHE (New England Commission for Higher Education), une des six agences d’accréditations régionales aux États-Unis et qui accrédite les universités dans la région de New England (Nord est des États-Unis) avec des universités réputées telles que Harvard, MIT, Yale, etc. Le processus, long et ardu, vise à s’assurer que l’Université fonctionne aux niveaux de performance et de qualité requis par l’agence d’accréditation et qu’elle a mis en place les processus nécessaires à l’amélioration continue. A chaque étape de ce processus, qui dure 7 ans, il faut présenter une auto-évaluation qui est suivie d’une visite à l’Université d’une commission d’entre cinq et huit membres, chacun se spécialisant dans un aspect particulier de la gestion universitaire. La première étape est la reconnaissance de l’éligibilité pour une candidature à l’accréditation, la seconde la candidature, la troisième un rapport de pré-accréditation, suivie de l’aboutissement final qui est l’accréditation elle-même et qui a été accordée à Al Akhawayn pour la période maximale pour une première accréditation. Chaque année, nous devons fournir – et nous soumettre à une évaluation sur la base d’ – un rapport avec toutes les données nécessaires. De même, nous devons soumettre – et nous soumettre à une évaluation sur la base d’ – un rapport plus détaillé de mi-parcours.

Sachant que les accréditations internationales reposent essentiellement sur des critères dont la recherche, la diversité des étudiants, les échanges internationaux, les interventions des consultants et des enseignants d’autres universités, quelle position stratégique l’Université Al Akhawayn développe pour répondre à ces critères exigeants ?

Effectivement, les classements internationaux reposent sur les critères précités. Les accréditations internationales les plus prestigieuses, elles, reposent sur 3 principes de base :


  1. Nous devons répondre aux questions suivantes : « En tant qu’université, que proclamez-vous (vis-à-vis du reste du monde) comme forces, accomplissements, pédagogies, expérience et épanouissement de vos étudiants sur le campus, résultats de vos étudiants et de vos lauréats, vos choix et votre performance en recherche, etc.? Est-ce que ce que vous proclamez est vrai/vérifiable ? ». D’où le processus de 7 ans où l’agence d’accréditation américaine atteint une connaissance intime de l’université, avant de lui octroyer son accréditation.
  2. Les critères sont basés sur les résultats (outcome-based accreditation)
  3. Les résultats sont évalués sur la base de preuves ( evidence-based evaluation)

En réalité, voici ce qui nous qualifie pour arriver aux standards requis :

Culture de l’évaluation : Il faut évaluer en permanence ce que nous faisons et améliorer en fonction du retour d’information que nous recevons, que ce soit de la part d’étudiants, d’enseignants, de lauréats, d’employeurs, ou les données que nos propres études nous fournissent. Nous prônons alors l’instauration d’une culture de la mesure (en adoptant le principe « you are what you measure » – vous êtes ce que vous mesurez.) Si vous n’êtes pas capables de mesurer quelque chose, vous ne pouvez pas vraiment prouver ce que vous avancez comme performance. Un autre aspect est la culture de l’ouverture et de l’amélioration continue – des réseaux (que nous percevons comme des autoroutes) de partage d’expérience avec les pairs aux États-Unis ou qui sont sur le même modèle dans d’autres pays du monde. Notre approche est une approche fondamentalement participative, alimentant une efficacité d’organisation « managée ».

Par ailleurs, le trait distinctif est justement le type d’éducation dont j’ai brossé les caractéristiques plus tôt dans ma description du système que nous suivons : une formation axée sur le futur, avec des compétences du 21ème siècle, ouverte et inclusive, un corps enseignant international au fait de l’état de l’art dans ses domaines de spécialité, et des étudiants engagés dans leur propre formation.

Est-ce que vous ne pensez pas élargir plus les spécialités de l’Université afin d’offrir aux étudiants plus de choix et d’opportunités ?


Si, si, si… la rentrée 2020 est caractérisée par le lancement de treize nouveaux programmes offerts pour que l’étudiant puisse moduler ses choix de formation en fonction de ses aspirations et des options futures de carrière.

Nous restons à l’écoute des Employeurs (marocains, multinationales au Maroc, et internationaux) et de l’évolution du monde universitaire. Les carrières du futur seront différentes de celles d’aujourd’hui. Nous devons donc surveiller tout ce qui se fait et, non seulement répondre à la demande, mais l’anticiper et équiper notre lauréat des compétences qui lui permettront de s’adapter aux métiers du futur.

Le positionnement de l’Université Al Akhawayn attire l’élite marocaine pour servir son administration et son tissu économique, mais offre aussi à des couches sociales modestes voire démunies un ascenseur social en tant que Fondation à but non lucratif. Pouvez-vous nous expliquer dans le détail le processus d’octroi des bourses et des aides financières au sein de l’Université Al Akhawayn ?

Les étudiants de l’Université Al Akhawayn ont accès à plusieurs formes de bourses et autres aides financières.


Il y a d’abord les bourses de mérite.  Comme leur nom l’indique, ces bourses sont réservées aux étudiants méritants académiquement. Les notes obtenues au lycée, surtout celles des deux années du baccalauréat, le parcours parascolaire de l’étudiant, la qualité de sa dissertation, de ses idées et de son projet d’avenir sont autant de critères pris en considération pour l’octroi de cette bourse qui peut être partielle ou totale pour atteindre jusqu’à 100% des frais de scolarité.

Il y a ensuite l’aide financière qui, elle, est octroyée sur la base des besoins financiers de la famille de l’étudiant. Les revenus combinés de la famille, les personnes à charge, le patrimoine de la famille, et d’autres facteurs d’ordre financier sont pris en considération pour l’octroi de ce type de bourse.

Et puis, il y a le travail à temps partiel sur le campus. L’étudiant, à partir de sa deuxième année et selon des critères académiques précis, peut travailler dix heures par semaine dans un des départements administratifs ou académiques de l’Université ou avec un professeur sur un projet de recherche, et bénéficier de ce qui s’apparente à un salaire pour étudiant en retour pour un travail. Cette formule est assez typique dans le système américain avec un but formateur et, par expérience, marque fortement l’esprit et le cheminement des étudiants qui en bénéficient.

Et enfin, l’étudiant peut demander un prêt bancaire auprès d’une de nos banques partenaires. Les taux appliqués ici sont très avantageux et peuvent même être de 0% dans certains cas.


Il est, bien entendu, possible de combiner plus d’un de ces quatre types d’aide financière et couvrir jusqu’à cent pour cent des frais de scolarité et même une partie des frais personnels auxquels l’étudiant doit faire face durant sa scolarité à l’Université Al Akhawayn.

Enfin, je veux préciser que 40% des étudiants de l’Université bénéficient d’une bourse de mérite et/ou aide financière, et quelques 10% bénéficient des deux autres formules.

Quelles sont les ouvertures universitaires et professionnelles offertes aux étudiants qui ont suivi le cursus au sein d’Al Akhawayn ?

Sur les quelque 6 000 lauréats de l’Université, la majorité écrasante ont pu soit décrocher leur premier emploi, soit rejoindre une autre université internationale pour poursuivre leurs études universitaires à un niveau plus poussé, soit encore démarrer leur propre entreprise, dans les six mois qui suivent la date d’obtention de leur diplôme.  Nous remarquons que les carrières des lauréats d’Al Akhawayn se déroulent souvent en osmose alternant entre le Maroc et l’International. À la dernière étude, 70% d’entre eux vivaient au Maroc, contre 30% à l’étranger.  Quand ils sont au Maroc, ils sont souvent dans des multinationales ou grands groupes marocains, dans des ministères (notamment, Intérieur, Affaires Etrangères, Finances), ou sinon ils sont aussi dans des PME’s, qu’ils ont parfois créées eux-mêmes.  Autour de 9%, dont une bonne moitié sont des filles, ont créé leur propre entreprise. A l’étranger, on les trouve en Europe (Grande Bretagne, Allemagne, France, pays scandinaves), aux États-Unis et au Canada, mais aussi en Asie (pays du Golf, Japon, Singapour…).


Quant aux universités où nos lauréats ont été acceptés pour poursuivre leurs études après le Bachelor ou le Master, elles sont nombreuses et certaines font partie des fameuses Ivy League aux États-Unis (Harvard, Brown) ou encore Oxford en Grande-Bretagne ainsi que d’autres universités prestigieuses en Europe.

Dans la dynamique de l’ouverture du Maroc sur l’Afrique, quel rôle joue l’Université Al Akhawayn en tant qu’institution de marque pour attirer l’élite africaine ?

L’Université s’inscrit par vocation dans la dynamique nationale tant pour les grands projets structurants que pour l’orientation de développement international. Depuis son lancement, et dans le cadre de sa mission, l’Université Al Akhawayn d’Ifrane n’a cessé de développer son caractère international par le biais de partenariats et affiliations pour l’échange d’étudiants, de professeurs et de personnel administratif avec plus de 600 établissements d’enseignement supérieur à travers le monde. Ces efforts d’internationalisation de AUI étaient initialement tournés vers les USA, puis l’Europe et l’Asie, et maintenant de plus en plus vers l’Afrique, depuis que le Maroc a fait le choix de développer sa présence dans le Continent, et que l’Afrique est de plus en plus un espace de compétition mondiale. Depuis le discours de S.M le Roi Mohammed VI en Ethiopie, et le retour du Maroc au sein de l’UA, et compte tenu des liens historiques qui lient le Maroc au continent africain, francophone historiquement plus qu’anglophone, l’Université a développé ses actions vers notre continent ; notamment à travers une coopération étroite avec l’Agence Marocaine de Coopération Internationale du Ministère des Affaires Etrangères pour favoriser la coopération Sud-Sud, surtout vers les pays africains anglophones. Nous travaillons aussi étroitement avec le Ministère des Affaires Etrangères dont le Ministre siège à notre Board of Trustees, comme une valeur ajoutée complémentaire pour la formation d’une élite africaine formée dans le modèle universitaire américain, en Afrique au Maroc.

Quelle relation entretient l’Université avec ses Alumnis ?


Les alumni d’Al Akhawayn constituent incontestablement l’une de ses forces majeures. Outre le mérite intrinsèque de chacun d’entre eux, nous aimons penser qu’ils constituent l’illustration, par excellence, des résultats du modèle qui a été choisi pour l’Université. L’Université Al Akhawayn jouit d’une relation exceptionnelle avec ses lauréats, car ils développent typiquement un sens d’appartenance très marqué. Ce sentiment est souvent exprimé par les lauréats par une expression qu’ils ont inventée “Once an AUIer, always an AUIer” (Une fois membre d’Al Akhawayn, on le reste pour toujours).

Par ailleurs, l‘université dispose d’un service de relations avec les anciens dont la mission est la préparation à la carrière professionnelle, l’assistance pour les recherches de stages et, en général, les relations avec les lauréats et les employeurs. Une association des lauréats (Alumni Association) a vu le jour en 2003 et travaille depuis pour fédérer les lauréats autour d’un réseau avec pour principal objectif de s’entraider, soutenir l’Université et l’aider dans sa quête d’amélioration continue, agir en tant que caisse de résonnance, et aider à la préparation des étudiants pour le monde de l’Entreprise à travers du mentorat et la contribution à la formation.

Il est évident que l’Université Al Akhawayn contribue au développement du pays à travers la réalisation de projets économiques, sociaux, de développement (incubateurs, conférences, débats, invitations de personnalités). Comment évaluez-vous le rôle scientifique mobilisateur et fédérateur joué par l’AUI ?

L’Université a fait le choix d’une recherche à impact, orientée vers le besoin, le développement et le marché, plutôt que de la recherche fondamentale. À titre d’exemple, AUI est fière d’avoir été l’initiateur et l’incubateur de MAScIR (Moroccan foundation for Advanced Scientific Innovation & Research), qui est maintenant une fondation pour la recherche centrée sur les matériaux, les nanomatériaux, la biotechnologie, la microélectronique. Un autre exemple est ICT4D, qui vise l’application des technologies de l’information pour l’amélioration des services de l’État Civil, et qui est mis en œuvre dans 50 bureaux d’État Civil à travers le pays, à travers notre centre de recherche mais également un spin-off lancé par une lauréate d’Al Akhawayn. Un autre exemple est le travail accompli par le Centre d’Innovation en Technologies de l’Information (CITI), fondé en 2007, avec le soutien de l’Agence Coréenne pour le Développement International (KOICA) sur le renforcement de l’enseignement des sciences et la motivation des élèves au niveau des collèges marocains, et qui depuis est devenu une référence à AUI dans l’accompagnement des enseignants qui souhaitent offrir des formations en ligne. Encore un autre exemple, celui-là en partenariat avec Trier University of Applied Sciences (Allemagne) pour transformer notre projet de recherche conjoint sur l’efficacité énergétique en spin-off sous forme de « Competency & Consultancy Center AUI », miroir d’un centre similaire en Allemagne, pour servir les besoins au Maroc et en Afrique.   Les domaines de prédilection actuels des chercheurs de l’Université Al Akhawayn se focalisent autour des énergies renouvelables, l’intelligence artificielle, le e-gouvernement, la finance, le marketing, les sciences politiques, et les études du Moyen Orient et Afrique du Nord


L’Université possède une annexe au niveau de Casablanca. Nous souhaiterions avoir plus de précisions sur son rôle et son offre.

L’Université Al Akhawayn dispose en effet d’une annexe au Technopark de Casablanca, réservée à la formation continue et formation exécutive. Plusieurs Masters sont offerts à temps partiel pour des cadres, par exemple un MBA, un Master en Ressources Humaines, et un autre en Commerce International. D’autres formations certifiantes sont également offertes à la demande (parfois en collaboration avec nos institutions partenaires à l’International) selon les besoins en formation des entreprises soit à notre centre de Casablanca soit au Centre de Conférences à Ifrane, une structure hôtelière dédiée que l’Université a créée pour répondre aux besoins de ses partenaires.