Après la Syrie, Donald Trump ordonne le retrait de la moitié des troupes américaines en Afghanistan

Donald Trump

Le président américain Donald Trump a ordonné au Pentagone d’élaborer un plan pour le retrait de la moitié des 14.000 soldats américains stationnés en Afghanistan, rapportent vendredi les médias US.

Citant de hauts responsables américains de la Défense sous couvert d’anonymat, plusieurs journaux américains font savoir que le président américain espère annoncer le plan de retrait de 7.000 soldats américains d’Afghanistan à l’occasion du discours de l’état de l’Union prévu pour fin janvier ou début février et au cours duquel le chef de l’exécutif présente devant le Congrès son programme politique pour l’année à venir.

La décision du président américain de retirer les troupes américaines d’Afghanistan intervient au lendemain de l’annonce du retrait des 2.000 soldats US mobilisés en Syrie. Ces deux décisions seraient la cause directe de la démission surprise du ministre de la Défense Jim Mattis qui reproche au président Trump de “trahir” les alliés des Etats-Unis sur le terrain, selon les médias américains.

→ Lire aussi : Un éventuel retrait américain d’Afghanistan n’affectera pas la sécurité du pays

Dans une lettre adressée jeudi au président Trump et rendue publique par le Pentagone, M. Mattis a fait état de divergences avec le locataire de la Maison Blanche.


“Parce que vous avez le droit d’avoir un ministre de la Défense dont les vues sont mieux alignées sur les vôtres (…) je pense que me retirer est la bonne chose à faire”, a écrit M. Mattis.

L’ancien général des Marines affirme que “la force de notre nation est inextricablement liée à la force de notre système unique et complet d’alliances et de partenariat”.