Après sa validation, un premier pas vers la réalisation des objectifs du Pacte de Marrakech

les migrations

Les représentants des Etats adhérents au Pacte mondial sur les migrations et ceux des organisations internationales ont appelé à prendre les mesures nécessaires à même de réaliser les objectifs du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, qui a été adopté formellement lundi à Marrakech lors d’une conférence intergouvernementale convoquée par les Nations Unies.

Dans un dialogue organisé dans le cadre de cette Conférence de deux jours, les intervenants ont mis l’accent sur l’importance de favoriser l’adoption de mesures visant à honorer les engagements pris dans le cadre de ce Pacte mondial, notant que le défi réel de la question de la migration demeure la mise en oeuvre de ces engagements.

Ils ont également mis en relief l’importance de se pencher sur les causes profondes de la migration, relevant la nécessité de créer les conditions socio-économiques et politiques adéquates afin d’assurer aux migrants des conditions de vie décentes au sein de leur pays d’origine, outre la mise en place de programmes pour faciliter le retour et la réadmission des migrants en toute sécurité et dignité.

Par ailleurs, les intervenants ont appelé la communauté internationale à se concerter et à favoriser l’échange d’informations entre les pays d’origine, de transit et d’accueil, et ce afin de mieux gérer les flux migratoires et de promouvoir les voies de migration légales, faisant état des avantages qu’offrent les migrants pour les pays d’accueil, notamment à travers la contribution au développement économique du pays.

→ Lire aussi : Le pacte mondial sur les migrations doit permettre d’aider les migrants


Dans ce sens, les représentants des Etats ont invité la communauté internationale à lutter contre le trafic de migrants, notamment en renforçant l’action transnationale en la matière, tout en adoptant les mesures législatives nécessaires pour faire face aux réseaux de trafiquants.

Les intervenants ont conclu leur dialogue en réaffirmant l’importance de transformer la vision du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières en une réalité commune aux pays adhérents au document.

Ce dialogue s’inscrit dans le cadre des travaux de la première journée de la Conférence intergouvernementale sur la migration, marquée par l’adoption formelle du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Approuvé le 13 juillet dernier par les Etats membres sous l’égide de l’Assemblée générale des Nations-Unies, le Pacte de Marrakech a été salué comme “une réalisation importante” et un document complet visant à mieux gérer les migrations internationales, à relever leurs défis et à renforcer les droits des migrants tout en contribuant au développement durable.