Art week : Casablanca devient la capitale de l’art marocain du 4 au 8 avril

Art week : Casablanca redevient la capitale de l’art marocain du 4 au 8 avril

‘‘La Art week de Casablanca’’, une initiative culturelle et artistique dédiée à l’art contemporain au Maroc, ouvre sa deuxième édition du 4 au 8 avril.

La ville de Casablanca accueille, durant six jours, la deuxième édition de la semaine de l’art contemporain marocain dénommée “Art Week Casablanca”.

Se voulant un écosystème qui fédère un ensemble d’évènements, l’édition 2018 intègre une exposition majeure, “Mastermind”, un programme curatorial visant à découvrir et promouvoir les artistes émergents de la scène nationale.

“Cette édition inédite replace l’art au cœur de la ville et lui redonne son rôle éthique, ludique et éducatif”, ont déclaré les organisateurs.


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Selon le directeur de l’évènement, Mehdi Haj Khalifa, Art Week Casablanca vise à « favoriser les conditions expographiques, le processus d’émergence des artistes constitue pour nous un vaste chantier à peine débuté. »

« A travers cette édition, La semaine confirme son statut de programme d’art de premier plan, et proposera une sélection pointue, au panorama aussi exigeant que représentatif de la nouvelle scène marocaine », a-t-il assuré.

>>Lire aussi: Mawazine 2018: Melhem Zein, Rouwaida Attieh, Ameer Dandan et Wael Jassar attendus sur la scène Nahda les 24 et 26 juin

Pour cette édition, l’art et le débat autour de son importance dans la constitution d’une conscience citoyenne, occuperont l’espace urbain, les galeries, les locaux des institutions partenaires, sous des formes diverses : installation, vidéo, photographie, etc.


mastermind_adam_belarouchia (1)

Au cours de cette semaine d’effervescence, 70 artistes présenteront le paradigme multiple d’un Royaume riche de créativité, d’énergie et d’intelligence.

La “Art Week Casablanca” invite les différents acteurs de la société marocaine, notamment les établissements publics et privés des domaines de l’enseignement, de l’industrie, ou encore des finances, à réfléchir autour d’une «dynamique artistique citadine» dans le but de cerner le rapport entre élitisme et popularité de l’art dans la ville.