Assises des industries culturelles : Coup d’envoi de la 1ère édition

La première édition des assises des industries culturelles a été inaugurée, ce vendredi, à Rabat. Plusieurs hauts responsables, ont pris la parole durant la séance d’ouverture, notamment le ministre de la Culture et de la Communication Mohamed El Aaraj, le président du CESE Ahmed Reda Chami, ainsi que la présidente de la Fédération des Industries Culturelles et Créatives (FICC) Neila Tazi.

Plus de 500 personnes ont pris part à cette grande manifestation culturelle qu’abrite la capitale des lumières, les 4 et 5 octobre.  Cette dynamique inclusive traduit l’aboutissement d’une collaboration fructueuse entre le ministère de la culture et de la communication et la fédération des industries Culturelles et Créatives de la CGEM.

L’événement a pour objectif de mettre en place une politique culturelle basée sur la décentralisation, la régionalisation et le partenariat, avec les collectivités locales. C’est aussi l’occasion pour doter le Maroc d’établissements culturels dignes de son histoire et de sa civilisation.

Artistes, politiciens, responsables gouvernementaux, entrepreneurs, et plusieurs autres acteurs publics et privés se sont rassemblés pour ouvrir un dialogue constructif et favoriser la recherche des solutions pour l’émergence d’une industrie culturelle et créative, génératrice de revenus, de valeurs et d’emplois.

Dans la séance d’ouverture, plusieurs hauts responsables ont plaidé pour que la culture devienne une partie intégrante des politiques publiques, notamment, la Présidente de la Fédération des Industries Culturelles et Créatives (FICC) Neila Tazi. Elle a souligné que « ces assises représentent un tournant dans la dynamique culturelle de notre pays et qu’elle favorise l’émergence d’une vraie industrie culturelle forte et structurée soutenue par les pouvoirs publics et les acteurs privés». Et d’ajouter : « nous exigeons que la culture soit au cœur du nouveau modèle de développement, parce que la culture n’est pas un luxe, c’est le droit de tous et de toutes ».


Le président du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) Ahmed Reda Chami a, pour sa part, présenté les principaux leviers du développement de la culture, établies par son conseil, à savoir, « former les profils nécessaires pour le développement d’une industrie culturelle et créative », « renforcer l’investissement dans le domaine culturel », « mettre en place des écosystèmes destinés à la promotion d’industrie culturelle et créative » et « assurer la protection de la propriété intellectuelle ».

De son côté, le ministre de la Culture et de la Communication Mohamed El Aaraj a déclaré à Maroc Diplomatique que « ces assises constituent une opportunité pour faire de la culture un moteur de développement économique et social et créer une nouvelle dynamique culturelle ».

Dans son allocution, le président de la Chambre des représentants Habib El Malki a insisté sur le rôle de la culture dans la création des richesses. «L’investissement dans le domaine de la culture ne crée pas uniquement les richesses et l’économie, mais il œuvre également pour le renforcement de la cohésion sociale et l’enrichissement de la culture et de l’identité nationale. Et assure la stabilité politique et sociale», souligne-t-il.