Attaque au couteau à Londres: Le gouvernement britannique s’apprête à durcir les sanctions

Attaque

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a annoncé, lundi, que son gouvernement va annoncer prochainement un nombre de mesures à même de durcir les sanctions contre les personnes impliquées dans des actes terroristes, à la lumière de l’attaque au couteau perpétrée dimanche à Londres.

Dans son premier discours aux Britanniques après le Brexit, le Premier ministre a promis “des changements fondamentaux” dans le traitement des affaires terroristes, faisant savoir que “des modifications des peines liées au terrorisme pourraient être appliquées rétrospectivement“.

Nous pensons qu’il est temps de prendre des mesures (..) pour garantir que les personnes impliquées dans des actes terroristes ne soient pas libérées automatiquement“, a dit le Premier ministre.

J’espère que les gens comprennent que l’anomalie que nous devons éliminer est plutôt le processus qui permet à certaines personnes de sortir sous libération anticipée, sans aucun type d’examen ou de libération conditionnelle“, a-t-il expliqué, notant que le secrétaire d’Etat à la Justice, Robert Buckland, va annoncer ultérieurement davantage de détails.

La police de Londres a annoncé, dimanche, avoir abattu un homme qui avait poignardé plusieurs personnes au sud de la ville, précisant traiter cette affaire comme “un acte terroriste“.


Sudesh Amman, 20 ans, a poignardé et blessé deux personnes peu avant 14H00 (locales et GMT) dans une rue commerçante du quartier londonien de Streatham, avant d’être abattu par la police. Une troisième personne a été légèrement blessée par un éclat de verre provoqué par un tir des forces de l’ordre.

Selon les médias britanniques, l’assaillant, qui portrait un gilet explosif factice, avait été libéré de prison en janvier, après avoir purgé la moitié de sa peine de trois ans et quatre mois de prison pour possession et diffusion de contenu terroriste.

Le gouvernement britannique avait déjà annoncé un durcissement législatif à la suite d’une attaque similaire à London Bridge, ayant fait deux morts en novembre dernier.

Dans ce sens, un projet de loi, qui prévoit notamment d’alourdir les peines pour les auteurs d’actes terroristes, avec un minimum de 14 ans de prison pour les infractions graves, et d’interdire leur libération anticipée, sera déposé prochainement au Parlement.


En janvier, le ministère de l’Intérieur avait également annoncé une augmentation de plus de 100 millions d’euros sur un an du budget alloué à la lutte anti-terroriste, qui devrait passer à 906 millions de livres (1,06 milliard d’euros) pour la période 2020/2021.