Attaques de Ouagadougou : Les présidents togolais et nigérien appellent au renforcement de la coopération anti-terrorisme

Attaques de Ouagadougou : Les présidents togolais et nigérien appellent au renforcement de la coopération anti-terrorisme

Le président togolais, Faure Gnassingbé et son homologue nigérien, Mahamadou Issoufou, arrivés lundi à Ouagadougou, théâtre vendredi dernier d’attaques terroristes, ont souligné l’importance du renforcement de la coopération inter-Etats pour la lutte contre le fléau du terrorisme.

Le chef de l’Etat togolais et président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Faure Gnassingbé, a souligné l’impératif de renforcer la coopération dans ce domaine “car seuls, on ne peut pas combattre le terrorisme“, a-t-il déclaré à la presse, affirmant que “c’est ensemble que nous pouvons nous défaire définitivement de ces malfaiteurs“.

Quel que soit le sacrifice auquel nous devons consentir, nous devons tout faire pour que la paix et la sécurité règnent sur notre espace, la CEDEAO“, a-t-il ajouté, rappelant que “le terrorisme est un phénomène international qui frappe n’importe où n’importe quand“.

>>Lire aussi: Les événements de Ouagadougou, une illustration de la menace pesant sur l’ensemble du Sahel


De son côté, le chef de l’Etat nigérien, président en exercice du G5 Sahel, Mahamadou Issoufou, a fait part de sa conviction que le terrorisme “n’aura pas d’avenir dans la région“. “Ma conviction c’est que le terrorisme sera vaincu. Sa défaite est inscrite dans la nature obsolète et anachronique des valeurs qu’il prétend défendre et du caractère ignoble et inhumain de ces méthodes“, a-t-il dit, affirmant qu'”ensemble nous vaincrons”.

La visite des deux chefs d’Etat intervient 72 heures après les attaques simultanées contre l’Etat-major général des armées burkinabè et l’ambassade de France, survenues vendredi dernier. Huit soldats et huit assaillants ont été tués et 80 personnes, pour la plupart des membres des forces de sécurité, ont été blessées dans ces attaques revendiquées par le groupe djihadiste malien GSIM (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans), une organisation liée à Al Qaïda.