ban600
credit agricol

Au delà des relations économiques, le Maroc et la Côte d’Ivoire entretiennent de “forts liens culturels”

Au delà des relations économiques, le Maroc et la Côte d’Ivoire entretiennent de “forts liens culturels”

Au delà des relations économiques "très distinguées", le Maroc et la Côte d'Ivoire entretiennent de "forts liens culturels", a indiqué, samedi à Oujda, le directeur du livre et de la lecture au ministère ivoirien de la Culture et de la Francophonie, Henri Nkoumo.

La participation de la Côte d'Ivoire au Salon Maghrébin du Livre d'Oujda "Lettres du Maghreb" en tant qu'invité d'honneur témoigne de la qualité des relations unissant les deux pays depuis longue date, a-t-il souligné, rappelant qu'en 2014, le Maroc a été présent en tant qu'invité d’honneur à la 6è édition du Salon International du livre d’Abidjan (SILA).

Le Maroc et la Côte d'Ivoire sont des "voisins" au regard notamment de la mobilité active et réciproque des citoyens des deux pays, relève M. Nkoumo, insistant dans ce sens sur la nécessité de mettre en synergie les potentialités des différents pays africains, et de fédérer leurs efforts pour concrétiser leurs rêves de progrès et de développement.

M. Nkoumo a, par ailleurs, fait observer que le livre ivoirien continue à se frayer son chemin sur la scène littéraire au Maghreb, notant que la littérature marocaine signe, de même, une présence significative en Côte d'Ivoire et fait l'objet d’études au sein des lycées et des universités.

→Lire aussi: Deuxième Salon maghrébin du Livre du 18 au 21 octobre à Oujda, la Côte d’Ivoire invité d’honneur

Il n'a pas manqué de remercier les organisateurs du Salon maghrébin du livre d'Oujda ayant tenu à rendre un vibrant hommage à deux figures emblématiques du paysage culturel ivoirien, à savoir les célèbres écrivains Bernard Dadié, père de la littérature ivoirienne, et Ahmadou Kourouma qui font la fierté non seulement de la Côte d'Ivoire mais aussi de l'ensemble du continent africain.

Et d'ajouter que "trois grands éditeurs ivoiriens prennent part à cette édition, en sus de plusieurs auteurs dont la grande poétesse Tanella Boni, primée en 2018 du Grand prix de poésie +Théophile Gautier+ décerné par l’Académie française".

Il a également mis en avant l'interaction du grand public notamment les jeunes et les moins jeunes avec le stand ivoirien, installé au cœur du Salon, avec pour ambition d'explorer la richesse de la littérature ivoirienne dans ses multiples facettes, ajoutant que plusieurs intellectuels marocains ont également visité le stand ivoirien avant d'ouvrir des débats et des discussions portant sur des sujets d’intérêt commun.

Tenue sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI autour du thème "Réinventer l’universel", la 2è édition du Salon maghrébin du livre "Lettres du Maghreb" (18-21 octobre) est organisée par l’Agence de développement de l’Oriental en partenariat notamment avec le ministère de la Culture et de la Communication, le ministère délégué chargé des Marocains Résidant à l’Étranger et des Affaires de la Migration, l’Union Professionnelle des Editeurs du Maroc et l’Institut français du Maroc à Oujda.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

top
%d blogueurs aiment cette page :