A LA UNESociété

Au Liban, les enfants subissent de plein fouet les conséquences de l’effondrement économique

Les enfants du Liban subissent de plein fouet les conséquences de l’un des pires effondrements économiques que le monde ait connus ces derniers temps, a alerté jeudi le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF).

L’aggravation de la crise met en danger les enfants du Liban, car la majorité des familles n’ont pas les moyens de répondre aux besoins fondamentaux de leurs enfants, a indiqué l’agence onusienne sur la base d’une enquête sur la situation dans le pays.

Une série de crises qui se renforcent mutuellement, dont une récession dévastatrice, a ainsi laissé les familles et les enfants du Liban dans une situation désastreuse, affectant pratiquement tous les aspects de leur vie, avec peu de ressources et pratiquement aucun accès à un soutien social, a déploré l’UNICEF dans un communiqué.

→ Lire aussi : Au Liban, le parlement approuve une “carte d’approvisionnement” pour venir en aide aux plus pauvres

L’enquête de l’UNICEF, menée auprès de plus de 1.200 ménages en avril 2021, montre que plus de 30% des enfants se sont couchés le ventre vide et ont sauté des repas au cours du dernier mois. 77% des ménages n’ont pas assez de nourriture ou assez d’argent pour acheter de la nourriture.

Dans les ménages de réfugiés syriens, ce chiffre atteint même 99%. Quelque 60% des ménages doivent acheter de la nourriture à crédit ou emprunter de l’argent.

L’aggravation de la situation se traduit par des chiffres inquiétants dans l’éducation. Près de 15% des familles ont interrompu la scolarité de leurs enfants. Par ailleurs, un enfant sur dix a été envoyé au travail. 40% des enfants sont issus de familles où personne n’a de travail et 77 % sont issus de familles qui ne reçoivent aucune aide sociale, ajoute-t-on.

Selon l’UNICEF, la dépression économique prolongée n’est qu’une des crises qui s’aggravent au Liban. En effet, le pays subit l’impact de la pandémie de Covid-19 et les conséquences des explosions massives du port de Beyrouth en août 2020, ainsi que l’instabilité politique persistante.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page