Au moins 1.000 manifestants tués dans les émeutes en Iran, selon Washington

manifestants
manifestants

L’envoyé spécial des Etats-Unis pour l’Iran, Brian Hook, a accusé jeudi le gouvernement iranien d’avoir tué au moins 1.000 manifestants lors de la répression sanglante en réponse aux manifestations qui secouent le pays.

S’exprimant lors d’une conférence de presse jeudi à Washington, M. Hook a affirmé que les autorités américaines étaient “tout à fait convaincues” que les morts est “dans les centaines”, mais que ce nombre pourrait “peut-être” dépasser le seuil de 1.000 morts à cause de la répression par le régime iranien.

En outre, le diplomate américain a estimé que des milliers d’autres personnes avaient été blessées et qu’environ 7.000 manifestants sont emprisonnés. Le président américain Donald Trump a dénoncé, auparavant, la répression “brutale” des manifestants en Iran, lors d’une réunion à la Maison Blanche avec les représentants des membres du Conseil de sécurité de l’ONU.

→ Lire aussi : Contestation en Iran: Rohani plaide pour la libération des “innocents”

“Ils tuent beaucoup de gens et ils arrêtent des milliers de leurs propres citoyens dans une répression brutale”, a affirmé M. Trump. Les émeutes ont commencé en Iran le mois dernier suite à la flambée des prix de l’essence, fixés par le gouvernement, en pleine crise économique provoquée notamment par les sanctions sévères imposées au pays.


“Les États-Unis appellent à la libération immédiate de tous les manifestants, ainsi que de tous les prisonniers politiques actuellement détenus par le régime”, a martelé l’envoyé spécial américain.

Selon M. Hook, les manifestations se sont étendues dans au moins 100 villes à travers l’Iran, ce qui a provoqué la réaction sévère du régime et conduit Téhéran à couper l’accès à Internet à travers le pays afin de freiner la circulation de l’information.