Au moins 26 prisonniers s’échappent d’une prison du nord du Brésil

prison

Au moins 26 prisonniers se sont évadés, lundi matin, d’une prison dans l’État amazonien d’Acre, à l’extrême nord du Brésil, par un trou creusé dans le mur, ont rapporté des sources officielles.

Les fugitifs étaient détenus dans le complexe pénitentiaire Francisco d’Oliveira Conde, dans la ville de Rio Branco, capitale régionale d’Acre, et se sont enfuis à l’aide de cordes faites de draps noués après avoir creusé un trou dans le mur, a expliqué le secrétaire à la Justice et à la Sécurité publique de l’État, Ricardo Brandão dos Santos, dans un communiqué relayé par les médias.

Après l’évasion, “toutes les forces de sécurité de l’Etat ont été mobilisées et plusieurs mesures sécuritaires” ont été prises, a indiqué le responsable.

Dans ce sillage, les autorités ont renforcé la sécurité aux frontières et effectué des inspections dans tout l’État en vue de “prévenir de nouvelles fuites”.

En outre, la police militarisée et la police criminelle ont ouvert une enquête pour “établir immédiatement les responsabilités de la fuite sur le plan administratif”.


L’évasion est survenue après un week-end sanglant à Rio Branco, qui est parmi les 20 villes les plus violentes du Brésil.

A l’aube de dimanche, au moins sept homicides ont été enregistrés dans la ville, dont six se sont produits lors d’un massacre dans la zone rurale de la ville. Selon les autorités, le meurtre aurait été commis par des membres d’un groupe criminel.

Rien qu’en janvier, Acre, un État frontalier avec la Bolivie et le Pérou, a enregistré au moins 32 assassinats, la plupart dans le cadre de la guerre entre divers gangs criminels qui se disputent le contrôle du trafic de drogue dans la région.

Selon les données du Forum brésilien de la sécurité publique, la population carcérale du géant pays sud-américain est d’environ 700.000 personnes.