Australie : motion de censure contre un sénateur pour propos “épouvantables” sur l’attaque terroriste en Nouvelle-Zélande

Australie : motion de censure contre un sénateur pour propos “épouvantables” sur l’attaque terroriste en Nouvelle-Zélande

Le gouvernement australien a l'intention de déposer une motion de censure contre le sénateur d'extrême droite Fraser Anning, qui avait attribué l'attaque terroriste contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande à l'immigration musulmane.

"Ma coalition gouvernementale et le Parti travailliste (principal parti d’opposition, NDLR) ont accepté d'adopter une motion de censure bipartisane contre Anning quand le Parlement résumera en avril prochain", a annoncé samedi le Premier ministre australien, Scott Morrison.

"Normalement, je ne voudrais pas donner de tribune à ses propos, mais je veux absolument dénoncer les déclarations du sénateur Anning (...) dans son attaque contre la religion musulmane", a ajouté M. Morrison.

"Ces propos sont épouvantables et vilains, et ils n'ont aucune place en Australie ... encore moins au Parlement australien", a relevé le chef du gouvernement australien. "Franchement, il devrait avoir honte de lui-même", a-t-il ajouté.

Anning, un homme politique d'extrême droite de l'État du Queensland, a provoqué une large indignation après un tweet où il écrit: "Quelqu'un continue-t-il de contester le lien entre l'immigration musulmane et la violence?"

Anning a par la suite publié un communiqué dénonçant la fusillade, mais a insisté sur le fait que "la véritable cause de l'effusion de sang" est "le programme d'immigration qui permettait aux fanatiques musulmans d'émigrer en Nouvelle-Zélande".

Ses commentaires auraient également choqué un jeune adolescent de 17 ans, qui a approché le sénateur par derrière et lui a lancé un œuf sur la tête, lors d'une conférence de presse samedi à Melbourne.

Anning a plusieurs fois été l'auteur de déclarations racistes. En août dernier, il avait suscité un tollé pour avoir préconisé une "solution finale" - en l'occurrence un vote populaire - au "problème de l'immigration" et a recommandé un retour à l'ancienne politique discriminatoire dite de "l'Australie blanche".

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :