Australie : Plus d’un tiers des animaux menacés en déclin

animaux

De nombreux mammifères australiens menacés ont diminué de plus d’un tiers en moyenne entre 1995 et 2016, a indiqué mercredi une étude scientifique qui prévient que plusieurs espèces menacées ne font l’objet d’aucun suivi.

Des animaux tels que les koalas et les quolls, ainsi que des espèces moins connues de rongeurs et de wallabies indigènes font partie d’une série d’espèces de mammifères qui ont connu des réductions significatives de leurs populations, a indiqué l’étude réalisée par le Threatened Species Recovery Hub, un programme public de protection de la faune.

Le déclin des mammifères indigènes est dû à un ensemble de facteurs, a expliqué John Woinarski, professeur à l’Université Charles Darwin et membre du Threatened Species Recovery Hub, qui a déclaré qu’il n’était pas surpris de constater l’ampleur du déclin.

Nous craignions que ce soit le cas. Les mammifères se sont révélés vraiment sensibles à toute une série de facteurs. Nous avons déjà perdu 34 espèces de mammifères indigènes“, a relevé le professeur Woinarski.

Selon cette étude, quelque 217 espèces menacées ne font l’objet d’aucun suivi dans le pays-continent, même si le suivi des oiseaux soit un peu meilleur grâce à une communauté enthousiaste et nombreuse de volontaires.


En revanche, la moitié des poissons menacés ne sont pas du tout observés et le sort des reptiles n’est guère plus enviable.

Cette étude apporte toutefois un message très positif, selon Elisa Bayraktarov, professeure à l’Université du Queensland, qui a dirigé le projet.

Dans les zones où les efforts de conservation étaient ciblés, comme la mise en place de clôtures d’exclusion des chats et des renards, les populations animales menacées ont augmenté en moyenne de près de 46% au cours de la même période (1995 à 2016).

Nous obtenons des résultats vraiment fantastiques où les mammifères ont été surveillés dans … des endroits dits” sûrs “comme les îles et les zones clôturées“, a déclaré Dr Bayraktarov.