Australie : Un troisième pompier volontaire décède dans les incendies

pompier
pompier

Un pompier volontaire a été tué et deux autres ont été gravement blessés lundi alors qu’ils se battaient pour contenir un incendie de forêt dans l’Etat de la Nouvelle-Galles du Sud, portant à trois le nombre de soldats du feu bénévoles qui ont péri depuis septembre.

Le pompier a trouvé la mort lorsque son camion s’est renversé près de Jingellic, à environ 70 km à l’est d’Albury, à la frontière avec l’Etat de Victoria, a précisé le service d’incendie rural de la Nouvelle-Galles du Sud dans un communiqué publié mardi, faisant savoir que le camion s’est renversé à cause des vents violents qui sévissent dans la région.

Suite à cet accident mortel, le bilan des incendies qui dévastent la côte est de l’Australie s’est alourdi à onze morts.

Les feux de brousse ont également détruit plus d’un millier de maisons et brûlé plus de trois millions d’hectares, soit une superficie plus grande que la Belgique.

→ Lire aussi : Australie : De violents incendies provoquent des milliers d’évacuation au sud-est

Une centaine de feux font toujours rage dans l’Etat de la Nouvelle-Galles du Sud depuis des semaines, provoquant des nuages de fumées toxiques qui recouvrent toujours Sydney.

Une vague de chaleur balayait lundi l’immense pays-continent, attisant les feux particulièrement précoces et ravageurs cette année.

A Victoria, les températures ont atteint des records, poussant les autorités de l’Etat à appeler des milliers d’habitants et de touristes au comté de Gippsland Est à quitter immédiatement cette zone dont la superficie équivaut à la moitié de celle de la Belgique.

La même situation prévaut dans d’autres Etats, notamment l’Australie-Méridionale et l’Australie-Occidentale où les températures ont atteint 47 degrés.

Les conditions météorologiques devraient encore se détériorer au cours des deux prochains jours en Australie, qui est habituée aux feux de forêt lors de l’été austral, mais cette année, ils ont été particulièrement précoces et violents.

Des chercheurs expliquent leur gravité par une conjonction de facteurs, notamment des précipitations très faibles, des températures record et des vents forts. Beaucoup estiment que le réchauffement climatique contribue à favoriser ces conditions.