A LA UNEMonde

Autriche : le chancelier ne veut pas de migrants dans son pays, ni en Europe

Le nouveau chancelier autrichien Sebastian Kurzqui gouverne aux côtés de l’extrême droite, s’est, une nouvelle fois, opposé à la politique d’ouverture aux réfugiés sur le continent européen. Il priorise l’aide aux demandeurs d’asile dans leur payspeut-être militairement.

Sebastian Kurz veut mettre fin au système quotas de répartition des demandeurs d’asile, dans les pays de l’Union Européenne. Dans une interview accordée au Journal allemand Bild am Sonntag, le dimanche 24 décembre dernierle plus jeune dirigeant actuel du continent européen s’est opposé, catégoriquement, à la politique d’immigration défendue par l’Allemagne et plusieurs autres pays d’Europe. Selon lui, “forcer des Etats à prendre des réfugiés ne fera pas avancer l’EuropeCette discussion n’a pas de sens , a lancé le dirigeant dont le pays serait directement exposé à la vague de migration. Les migrants qui partent pour l’Europe ne veulent pas aller en Bulgarie ou en Hongrie. Ils veulent aller en Allemagne, en Autriche ou en Suède.

Comme alternative à la gestion de ce flux migratoireen excluant l’accueil sur le territoire européen, Sebastian Kurz souhaite que l’Union européenne vienne en aide aux réfugiés, dans leurs pays d’origine ou dans les Etats voisins, pour les empêcher de migrer en Europe, évoquant même l’intervention militaireSi ce n’est pas possible, alors il faut les aider dans des zones sécurisées sur leur propre continent”a-t-il proposé. “L’UE devrait soutenir cela, peut-être même l’organiser et le soutenir militairement.

Si la position du chef du gouvernement autrichien sur la question des quotas de migrants en Europe ne surprend pas, ayant basé sa campagne sur le refus de l’immigration, à l’automne dernierelle n’est pas isolée. En effet, il rejoint ainsi le groupe Visegrad, un groupe informel réunissant quatre pays d’Europe centrale (la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Hongrie), tous opposés à l’accueil de réfugiés sur leur territoire.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page