A LA UNE

Avion abattu en Iran: un groupe de pays accentue la pression sur Téhéran

Quatre pays membres du Groupe international de coordination sur le crash du Boeing ukrainien, abattu par Téhéran en janvier 2020, ont annoncé “un recours contre l’Iran” pour exiger une indemnisation des familles des victimes.

«Les actions et omissions» de l’Iran dans cette tragédie qui a entrainé la mort de 176 personnes, dont 55 Canadiens, «constituent des violations du droit international», ont affirmé les ministres représentant le Canada, l’Ukraine, le Royaume-Uni et la Suède dans un communiqué conjoint.

«Nos pays, nos ressortissants et nos résidents respectifs à bord du vol PS752 ont subi des préjudices graves et irréversibles en raison de la tragédie. L’Iran doit s’acquitter de sa responsabilité légale d’accorder une réparation complète au groupe d’États», ont-ils insisté.

→ Lire aussi : France: Aucun engin explosif à bord de l’avion en provenance de Ndjamena

Le groupe de coordination demande à l’Iran «de collaborer avec nous afin de fixer une date pour entamer officiellement les négociations sur les réparations».

Il réclame «une indemnisation équitable pour les dommages matériels et moraux subis par les victimes et leurs familles, indépendamment de leur nationalité».

Dans un rapport publié en mars, le Bureau iranien d’enquête sur les accidents d’aéronefs explique que le vol 752 d’Ukraine International Airlines “a été identifié à tort comme une cible hostile par une unité de défense aérienne“, précisant que deux missiles ont été tirés sur l’avion peu de temps après son décollage de Téhéran.

Le gouvernement canadien a qualifié d’incomplet le rapport de l’autorité iranienne de l’aviation civile concernant le vol.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page