La Belgique aspire à développer davantage sa coopération avec le Maroc dans divers domaines

 La Belgique aspire à développer davantage ses relations de coopération avec le Maroc dans divers domaines, souligne le ministère belge des Affaires étrangères dans une note de politique générale publiée sur son site internet.

Dans cette note, qui définit les grandes lignes de l’action diplomatique de la Belgique pour l’année 2018, le vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders affirme que «Nos relations avec le Maroc sont polyvalentes et intenses», annonçant une mission économique de haut niveau vers le Maroc au cours de l’année prochaine qui «donnera un nouvel élan à nos relations commerciales». La note salue, par ailleurs, la réintégration du Maroc de l’Union africaine.

«Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine est accueilli favorablement et offre des opportunités», indique la même source.

Le Maroc est l’un des premiers partenaires de la Belgique. Ce partenariat date de 1965. La 19e Commission mixte belgo-marocaine tenue en mai 2016, rappelle-t-on, a définit un programme de coopération (2016-2020) qui se focalise sur le transfert de connaissances, de savoir-faire et de technologies, dans des niches bien spécifiques.


Ce programme s’articule autour de quatre domaines, à savoir les droits des femmes et des enfants, les droits des migrants, le développement de l’entreprenariat féminin et des jeunes et le renforcement des compétences de l’Administration publique au service du citoyen. Le Programme de coopération s’appuie également sur les Objectifs de Développement Durable 2030 (ODD) adoptés en septembre 2015 qui constituent un pilier transversal à l’ensemble des projets et actions soutenus par la Coopération belge.