Belgique: la police fédérale lance une unité spécialisée contre les cyberattaques

police
police

La police fédérale belge vient de mettre sur pied une unité spécialisée dans la lutte contre les attaques informatiques, rapportent mardi les médias locaux.

Cette unité policière garantira “une réponse rapide et effective” face aux cyberattaques, notamment celles visant des infrastructures et secteurs “critiques”, comme les centrales nucléaires, les opérateurs télécom ou les banques, selon le ministre fédéral de l’Intérieur en fonction, Pieter De Crem.

Elle réunira des collaborateurs provenant des différentes sections de l’entité de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication de la police fédérale “Federal Computer Crime Unit” (FCCU), pour intervenir immédiatement en cas de menace.

→ Lire aussi : Microsoft et Mailinblack s’allient pour protéger les PME contre les cyberattaques

“Ce sont des collaborateurs qui disposent déjà des compétences nécessaires pour traquer les cybercrimes dans un environnement informatique complexe”, a relevé Michaël De Laet de la FCCU, soulignant l’importance de procéder rapidement aux premières constatations et de récolter les éléments de preuve sur les réseaux informatiques.

Afin de sensibiliser les citoyens, les institutions et les entreprises aux risques qu’ils courent en cas d’attaque informatique malveillante, le Centre pour la cybersécurité de Belgique (CCB) avait lancé en 2018 un indice de santé numérique.

Cet indice a comme objectif de permettre à chaque individu de connaître sa vulnérabilité numérique, à travers un test qui questionne ses connaissances en matière de mises à jour, de scans anti-virus, de sauvegarde mais aussi de phishing, une technique utilisée par des fraudeurs pour obtenir des renseignements personnels dans le but de perpétrer une usurpation d’identité.

Le score personnel obtenu permet au répondant de se situer par rapport à la moyenne belge. En fonction des failles observées, des astuces sur mesure lui sont proposées pour l’aider à s’immuniser contre les cyberattaques.