La BERD se félicite de l’excellence de ses relations de partenariat avec le Maroc

La BERD se félicite de l'excellence de ses relations de partenariat avec le Maroc
M. Suma Chakrabarti, président de la Banque européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD), donne une déclaration à la presse nationale, mardi (20/02/18) à Rabat, à l’issue de son entretien avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Nasser Bourita.

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et le Maroc entretiennent d’excellentes relations de partenariat et de coopération comme en témoigne le volume des engagements financiers de la BERD dans le Royaume, a affirmé, mardi à Rabat, son président Suma Chakrabarti.

“Nous avons jeté les bases d’une coopération très réussie pendant plus de cinq ans, avec des investissements de l’ordre de 1,5 milliard d’euros dans divers projets” a indiqué M. Chakrabarti dans une déclaration à la presse à l’issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita.

M. Chakrabarti a noté que la BERD a pu, à travers ce partenariat fructueux, accompagner le Maroc dans ses efforts de développement socio-économique, ajoutant que les entretiens qu’il a eus avec M. Bourita ont porté sur les activités de la Banque au Maroc en faveur notamment de la promotion des PME, de la création d’emploi et du développement économique et social ainsi que sur l’engagement du Royaume en Afrique.

>>Lire aussi : L’UE inflige à des entreprises des amendes de 546 millions d’euros pour pratiques anticoncurrentielles


À cet égard, M. Chakrabarti, a salué l’appui du Maroc aux efforts déployés par la BERD pour renforcer sa présence en Afrique subsaharienne, relevant son institution mène actuellement une réflexion au sujet de l’accompagnement de certains projets dans les pays subsahariens.

Dans une déclaration à la veille de sa visite dans le Royaume, M. Chakrabarti avait souligné que la BERD est engagée et prête à continuer à soutenir le Maroc et à donner au secteur privé les moyens à même de lui permettre de stimuler la création d’emplois et l’inclusion.

“Le Maroc a bien progressé dans la réforme économique et le développement et nous sommes impatients de contribuer à l’économie du pays avec plus d’investissements”, avait-il dit.