Birmanie: 113 morts dans un glissement de terrain

Birmanie

Pas moins de 113 mineurs ont péri jeudi dans un glissement de terrain dans des mines de jade du nord de la Birmanie, l’une des pires catastrophes du genre dans l’histoire du pays.

“Une falaise de plus de 304 mètres de haut s’est effondrée, ensevelissant des mineurs de jade locaux”, a indiqué le ministère birman de l’Information dans un communiqué.

Le drame s’est produit sur un site d’extraction de jade dans le village de Sate Mu, dans le canton de Hpakant, à 8h heure locale (1h30 GMT), selon les pompiers locaux, qui ont indiqué que “les corps des victimes emportés par un torrent de boue provoqué par d’importantes averses” ont à ce stade été retrouvés.

Les secours ont travaillé toute la matinée pour extraire les corps, utilisant des pneus comme radeaux de fortune alors que des pluies diluviennes continuaient à s’abattre sur la région et les équipes ont dû interrompre les recherches.

Les victimes travaillaient sur le site minier malgré un avertissement des autorités les exhortant à ne pas y pénétrer en raison de fortes pluies, selon la police locale.


Des dizaines de personnes trouvent la mort chaque année dans des accidents dans des mines de jade en raison des conditions de travail très périlleuses, surtout pendant la saison de la mousson.

En 2015, plus de 100 personnes ont été tuées dans un glissement de terrain. En 2019, une coulée de boue a coûté la vie à 50 personnes.

L’industrie minière en Birmanie, peu réglementée, emploie de nombreux travailleurs non déclarés, et pèse plusieurs dizaines de milliards de dollars, selon l’ONG Global Witness.

Les victimes sont souvent issues de communautés ethniques défavorisées qui opèrent quasi clandestinement dans d’anciennes mines laissées à l’abandon par les grandes entreprises minières du pays, premier producteur mondial de jade.