A LA UNEEconomie

Boeing: avec Southwest, les commandes du 737 MAX redécollent vraiment

La compagnie américaine Southwest Airlines a passé lundi une généreuse commande de 737 MAX qui permet à Boeing de renflouer un peu plus un carnet de commandes mis à mal par les déboires de son avion vedette, cloué au sol pendant près de deux ans.

Southwest s’est engagé à acheter au total 100 modèles de 737 MAX, et pris une option sur 155 appareils supplémentaires.

La compagnie poursuit ainsi la tradition: sa flotte n’est composée depuis près de 50 ans que de 737. Ne pas avoir à gérer plusieurs types d’avions lui permet de limiter les coûts de maintenance et de formation.

Mais face aux déboires du 737 MAX, interdit de vol dans le monde entier en mars 2019 après deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts, le PDG de Southwest, Gary Kelly, avait évoqué fin 2019 la possibilité que la compagnie aérienne puisse se tourner vers Airbus dans l’avenir. Une menace qu’il n’a pas donc pas mise à exécution pour l’instant.

Le responsable de la branche des avions commerciaux de Boeing, Stan Deal, s’est félicité lundi dans un communiqué de la “confiance continue” que Southwest porte au 737.

La commande de la compagnie “apporte davantage de stabilité à notre plus important programme commercial”, a-t-il souligné.

Elle marque aussi selon lui l’espoir d’une reprise du trafic aérien au fur et à mesure de l’avancée des campagnes de vaccination.

Le 737 MAX représentait, avant son interdiction de vol, plus de deux-tiers du carnet de commandes de Boeing.

Mais entre l’immobilisation prolongée de l’appareil et les difficultés financières encaissées par l’ensemble des compagnies depuis le début de la pandémie, Boeing a enregistré 641 annulations de commandes pour son MAX en 2020.

L’appareil a été autorisé à voler de nouveau aux Etats-Unis fin novembre, après une modification du logiciel de commandes de vols et la mise en place de nouveaux protocoles de formation des pilotes, puis par la majorité des régulateurs aériens.

La crise du 737 MAX ayant conduit Boeing à produire de nombreux appareils sans pouvoir les livrer, le groupe disposait fin 2020 d’environ 450 appareils en stock sur ses parkings qu’il doit écouler.

La compagnie irlandaise Ryanair a été la première à montrer sa confiance dans l’appareil après le feu vert des autorités, en s’engageant début décembre à acheter 75 avions 737 MAX.

L’avionneur a depuis engrangé quelques commandes, de United Airlines par exemple, lui permettant d’enregistrer en février plus de commandes que d’annulations pour la première fois depuis 2019.

Pour Southwest, la nouvelle commande est une façon de maîtriser ses coûts opérationnels et ses dépenses d’investissement au moment où la situation est économiquement difficile pour le secteur du transport aérien, a souligné sa directrice financière, Tammy Romo.

L’opération permet à la compagnie “de préserver les avantages du faible coût d’un seul type de flotte tandis que l’équilibre entre commandes fermes et options, lié à la possibilité que nous avons de retirer certains 737-700 de la flotte, nous permet de gérer nos besoins pour les dix ans à venir”, a-t-elle relevé.

Au prix catalogue, qui n’est en pratique jamais appliqué, la commande ferme s’élève à plus de 12,5 milliards de dollars. Elle porte le carnet de commande de Southwest à 380 appareils de ce type.

Avec un total de 270 appareils 737 MAX désormais en option, “Boeing et ses sous-traitants pourraient construire plus de 600 avions 737 MAX pour la compagnie d’ici 2031”, se félicite le groupe.

L’officialisation de la commande de Southwest intervient quelques jours après une autre nouvelle de bon augure pour l’avionneur: Boeing a repris la semaine dernière les livraisons du 787 “Dreamliner”, suspendues depuis novembre en raison de défauts de fabrication découverts à l’été. L’avionneur avait alors indiqué avoir lancé une inspection de tous ses appareils en production.

Sur le 737 MAX, Boeing continue de faire face aux poursuites de plusieurs familles de victimes des accidents de Lion Air et d’Ethiopian Airlines.

Le groupe, accusé d’avoir induit les autorités en erreur lors du processus d’approbation du 737 MAX, a aussi accepté en janvier de verser plus de 2,5 milliards de dollars d’amendes.

( Avec AFP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page