ban600

BOUKHOUBZA DÉNONCE LE FINANCEMENT DU PJD PAR DES PAYS DU GOLFE ET CERTAINES MAFIAS

BOUKHOUBZA DÉNONCE LE FINANCEMENT DU PJD PAR DES PAYS DU GOLFE ET CERTAINES MAFIAS

Ce n'est pas seulement des coups de tonnerre qui tombent sur le PJD, mais une cascade de scandales qui, normalement dans une démocratie idéale, devraient conduire les concernés et les coupables sans présomption d'innocence à répondre de leur délit.
Cette fois l'information ne vient ni du PAM accusé sans cesse de fomenter des coups tordus, ni d'autres adversaires désignés du PJD. Elle nous provient de Lamine Boukhoubza, cofondateur du PJD et candidat indépendant à Tanger : il révèle avec gravité les ressorts du financement de la campagne électorale du PJD par certains pays du Golfe et par les fonds douteux du trafic de drogue.
Les thuriféraires du PJD - et la presse inconditionnelle qui le soutient - vont encore crier au complot et à l'acharnement.
Mais les arguments de Lamine Boukhoubza s'appuient sur des pratiques qu'il a connues, d'autant plus qu'il n'était pas un simple souffre au sein du PJD, mais comme on dirait un Apparatchik, au coeur du système de fonctionnement et de la gestion des affaires du parti.
On a toujours déclaré que les accointances du PJD, idéologiques et à présent financières, il fallait les chercher du côté de certains groupes privés et étatiques même au Moyen Orient. On cite volontiers la Turquie d'Erdogan qui constitue le modèle de référence à tous points de vue de Benkirane et ses alliés. D'ailleurs, le gouvernement turc n'a lésiné sur aucun moyen pour soutenir le PJD et l'accueillir comme l'allié privilégié . Personne n'oublie non plus le faux pas du chef de gouvernement - déguisé en chef du PJD - quand, profitant de la visite d'une délégation économique turque au Maroc, il a tout simplement annoncé sa préférence aux investisseurs de Turquie, leur faisant la courte échelle, leur ouvrant les portes et les conviant - il n'y a pas d'autre mot - à instaurer une mainmise sur notre commerce, nos investissements et notre marché. Très peu au fait de l'économie et de ses enjeux, le chef du gouvernement islamiste a agi et joue en partisan islamique et non en chef de gouvernement responsable, jamais en défenseur des intérêts de son pays et du peuple marocain.
On parle aussi du soutien de certains milieux de Qatar, les mêmes qui agissent dans l'ombre pour faire voler en éclat des États comme la Syrie, l'Egypte où ils financent les frères musulmans, en Libye! On parle même du Hizbollah !!! Le maire Pjidiste de Casablanca, le poing levé, s'est toujours affiché avec l'image du Hamas en arrière-plan de son bureau, tout à son honneur. Mais la réalité est plutôt moins glorieuse.
Lamine Boukhoubza divague-t-il au point de se renier ?
Boukhoubza est un candidat aux élections du 7 octobre au même titre et sur le même pied d'égalité que Benkirane et les milliers d'autres.
A ce dernier, il jette le défi de démentir les accusations, notamment de financement par des pays étrangers et des mafias qualifiées de " douteuses" ! Le leader du PJD répondra-t-il de ces dénonciations ou se murera-t-il dans son mutisme comme dernièrement avec Moutîe ?

À propos de l'auteur:

Hassan Alaoui

Hassan Alaoui est le Directeur de la publication de « Maroc diplomatique » , il a dirigé pendant de longues années la rédaction du quotidien « Maroc Soir » et du « Matin » . Il a été aussi éditorialiste des mêmes titres. Il a collaboré à plusieurs autres titres de presse. Auteur du livre « Guerre secrète au Sahara occidental », il suit et analyse pour nous l’actualité politique, nationale, régionale et internationale.

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :