Bouteflika candidat à la présidence en 2019 : un pari risqué ?

Bouteflika candidat à la présidence en 2019 : un pari risqué ?

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, âgé de 81 ans et infirme depuis un AVC en 2013, prévoit de se présenter aux élections présidentielles d’avril, a rapporté dimanche l’agence de presse officielle APS. Un nombre record de personnes envisagent de se présenter à la présidence cette année, dans un climat d'incertitude grandissante quant à la capacité de Bouteflika à assumer un nouveau mandat après près de deux décennies à la tête de l’Algérie.

Au cours des deux semaines écoulées, 186 personnes ont demandé les documents nécessaires pour déclarer leur candidature à la présidence du pays. C'est plus du double du nombre de candidats potentiels à ce stade de la dernière campagne présidentielle, en 2014.

Il est peu probable que la plupart obtiennent les signatures nécessaires pour se rendre officiellement sur le bulletin de vote du 18 avril. Mais l'éventail des candidats suggère une grande frustration face au statu quo.

Même avant que Bouteflika n'annonce son intention de briguer un cinquième mandat de cinq ans, son aptitude à exercer sa fonction est mise en cause, l'élection de 2014 intervenant un an après qu'un accident vasculaire cérébral l'ait laissé parler et se déplacer avec une grande difficulté, principalement en fauteuil roulant.

Il n'a été vu en public que quelques fois par an tout au long de son quatrième mandat - mais les analystes affirment que de nombreux Algériens voteraient probablement pour lui à nouveau, de peur de l'instabilité que son départ pourrait déclencher.

Les alliés occidentaux de l’Algérie ont également exprimé leur inquiétude devant un séisme politique dans le pays, le plus important d’Afrique, qui compte 42 millions d’habitants, et où une filiale d’Al-Qaïda (AQMI) a déjà visé des étrangers.

→Lire aussi : Le président Bouteflika annonce sa candidature officielle pour un cinquième mandat présidentiel

Parmi les principaux adversaires de Bouteflika figurent l'ancien Premier ministre Ali Benflis, finaliste de 2014 et principal candidat de l'opposition aujourd’hui ; l'influent général à la retraite Ali Ghediri ; et le chef d'un parti islamiste modéré, Abderrazak Makri.

Les dirigeants de plusieurs petits partis politiques de tous les horizons espèrent également se présenter - ainsi que de nombreux Algériens sans expérience politique antérieure.

Salah Kemmach, candidat potentiel, a déclaré qu'il souhaitait se présenter parce qu'il est né le jour du décès de l'ancien président Houari Boumediene, en 1978. « Pour moi, c'est un signe de destin », a-t-il déclaré dans une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux.

Pour participer au scrutin, les candidats doivent recueillir 60 000 signatures de citoyens ou 6 000 signatures d'élus, réparties sur 25 des 48 départements administratifs algériens.

Mohamed Laggab, professeur de sciences politiques à l'université d'Alger, a déclaré que le nombre considérable de candidats potentiels était un signe de dégradation de la politique algérienne.

« Les pratiques politiques sont tombées très bas », a-t-il déclaré. «Lorsque les détenteurs d'argent sale achètent des sièges au Parlement avec des milliards, lorsque des personnes impliquées dans des scandales judiciaires se retrouvent à des postes politiques visibles, quand des personnes sans expérience intellectuelle ni conscience politique veulent devenir président, ministre, sénateur - alors vous ne devriez pas être surpris de voir aujourd’hui ce type de candidats ».

La corruption a longtemps miné la confiance du peuple en Algérie. Les élections législatives de 2017 ont été entachées par des scandales d’argent sale, le fils du chef du parti au pouvoir étant soupçonné d’accepter des pots-de-vin en échange de places dans la liste des candidats du parti.

Rappelons à cet effet que d'autres partis ont déclaré avoir été approchés par des personnes proposant de faire des signatures de candidats potentiels en échange d'argent.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :