Brésil: 22 personnes tuées dans l’effondrement de deux immeubles

Brésil: 22 personnes tuées dans l’effondrement de deux immeubles

Les pompiers de Rio de Janeiro ont annoncé samedi avoir retiré deux nouveaux cadavres dans les décombres de deux immeubles qui se sont effondrés, le 12 avril à l'ouest de Rio de Janeiro, ce qui porte à 22 le nombre de victimes de ce drame. Une personne reste portée disparue, a précisé un porte-parole des pompiers de Rio.

L'effondrement a également fait une dizaine de blessés dont trois étaient encore hospitalisés samedi. Un précédent bilan, annoncé la veille, faisait état de seize morts et de huit personnes portées disparues. Les deux bâtiments étaient construits de manière irrégulière dans une zone difficile d'accès et contrôlée par des groupes d'autodéfense appelés milices, avait précisé la mairie de la ville de Rio de Janeiro, qui a averti que d'autres bâtiments se trouvaient dans la même situation et pouvaient s'effondrer à tout moment.

Le quartier de Muzema était sous le contrôle d'un groupe de miliciens dirigé par le chef de la police, Ronald Paulo Alves Pereira, arrêté en février dernier lors d'une opération contre des groupes paramilitaires.

→ Lire aussi : Brésil: 11 braqueurs de banques tués par la police près de Sao Paulo

Dans le cadre de l'enquête sur cet incident, la police a entendu le président de l'Association des résidents de Muzema, Marcelo Diniz , qui a indiqué ne pas connaître la société qui avait construit les bâtiments effondrés.

La mairie de Rio de Janeiro a décidé de démolir 16 immeubles construits de manière illégale, dont trois se trouvent près du lieu du drame. Le drame a eu lieu à Muzema, quartier populaire de l'ouest de Rio contrôlé par des milices para-policières, où de nombreux bâtiments ont été construits illégalement, sans aucun respect des normes de sécurité.

Les deux immeubles contigus qui se sont effondrés étaient construits sur le flanc d'une colline rocheuse. Vendredi, la justice brésilienne a lancé des mandats d'arrêt pour homicides et escroquerie contre trois suspects, dont l'un est accusé d'avoir construit les immeubles et les deux autres de les avoir vendus.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :