Bruxelles dévoile son projet d”Union de la santé”

Ursula von der Leyen

La Commission européenne a dévoilé mercredi son projet d”Union de la santé”, annonçant un ensemble de propositions visant à renforcer le cadre de l’UE en matière de sécurité sanitaire et le rôle d’agences européennes clés dans la préparation aux crises sanitaires et la réaction face à celles-ci.

“Aujourd’hui débute la mise en place d’une Union européenne de la santé, destinée à protéger les citoyens en les dotant de soins de qualité en cas de crise et à équiper l’Union et ses États membres pour prévenir et gérer les urgences sanitaires qui touchent l’ensemble de l’Europe”, a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans un communiqué.

“Notre objectif est de protéger la santé de tous les citoyens européens. La pandémie de coronavirus a souligné la nécessité d’une coordination renforcée au sein de l’UE, de systèmes de santé plus résilients et d’une meilleure préparation aux crises futures. Nous n’abordons plus les menaces transfrontières pour la santé de la même manière”, a-t-elle ajouté.

Les propositions présentées par la Commission sont axées sur la refonte du cadre juridique pour ce qui concerne les menaces transfrontières graves pour la santé et le renforcement du rôle d’agences européennes clés, à savoir le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et l’Agence européenne des médicaments (EMA), dans la préparation aux crises et la réaction face à celles-ci.

Selon les propositions de l’exécutif européen, le mandat du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies sera renforcé pour lui permettre de soutenir la Commission et les États membres dans les domaines relatifs à la surveillance épidémiologique, les recommandations non contraignantes en matière de gestion des risques, la capacité à mobiliser et déployer la task-force de l’Union dans le domaine de la santé afin d’aider les États membres à réagir à l’échelon local et la construction d’un réseau de laboratoires de référence de l’UE et un réseau sur les substances d’origine humaine.


Par ailleurs, à travers le renforcement de son mandat, l’Agence européenne des médicaments pourra contribuer à faciliter une réaction coordonnée à l’échelle de l’Union face aux crises sanitaires, surveiller et atténuer le risque de pénurie de médicaments et de dispositifs médicaux critiques, ainsi que coordonner les études d’innocuité et d’efficacité des vaccins et les essais cliniques.

La Commission a également présenté les principaux éléments de la future Autorité pour la réaction aux urgences sanitaires (Health Emergency Response Authority – HERA), dont la constitution sera proposée d’ici la fin de 2021.

Selon l’exécutif européen, une structure de ce type serait un nouveau soutien important pour améliorer la réponse apportée au niveau de l’UE aux menaces transfrontières pour la santé.

( Avec MAP )