Bruxelles lance le pacte vert européen

pacte vert
pacte vert

La Commission européenne vient de lancer le pacte vert « Green Deal » qui doit rendre l’Europe “neutre en carbone” d’ici 2050.

Les grandes lignes de ce plan d’investissement, dont le “mécanisme pour une transition juste” n’est qu’une partie.

On parle globalement d'”au moins 1.000 milliards d’euros d’investissements durables au cours de la prochaine décennie”, qui ne viendront pas seulement du budget de l’UE en lui-même, a rappelé la Commission européenne.

Le plan doit entre autres encourager le déblocage de fonds privés dans le même objectif de transition durable (notamment via IvestEU).

Il vise à renforcer à “renforcer l’attrait des investissements” dans les régions où la transition à effectuer est la plus grande, et “proposer un ensemble de mesures de soutien financier et pratique qui représentera au moins 100 milliards d’euros” (sur la période 2021-2027) en faveur de ces régions et secteurs qui démarreront de plus loin, selon le commissaire Frans Timmermans, en charge du Green Deal.


“Nous créerons les incitations réglementaires propres à permettre le succès des investissements verts”, de quoi soutenir encore les investissements privés là où on les attend, ajoute pour sa part le commissaire Valdis Dombrovskis.

Dans le cadre du “mécanisme pour une transition juste” (MTJ), un Fonds du même nom va être créé, “doté de 7,5 milliards d’euros de fonds européens nouveaux”.

Tous les pays membres pourront y faire appel, à condition de définir des plans détaillés pour les secteurs qu’ils voudraient voir aidés par cette manne. Il s’agira pour le pays membre de l’UE de “définir ses territoires éligibles au moyen de plans territoriaux de transition spécifiques”.

Le Fonds fournira essentiellement des subventions aux régions, précise la Commission européenne.


“Il aidera par exemple des travailleurs à acquérir les connaissances et compétences nécessaires au marché du travail de demain, et les PME, start-up et pépinières d’entreprises à créer de nouvelles perspectives économiques dans ces régions”.

La Commission européenne avait récemment calculé que pour atteindre les objectifs climatiques et énergétiques actuellement fixés pour l’horizon 2030, il faudra effectuer d’ici là 260 milliards d’euros d’investissements supplémentaires par an.