Carlos Ghosn mis en accusation pour malversations et arrêté au Japon

Carlos Ghosn

Le président du groupe Nissan, Carlos Ghosn, a été arrêté lundi pour des malversations financières présumées. Une affaire qui annonce son départ cette semaine du conseil d’administration. Cette histoire annonce t-elle la faillite de la success story Ghosn au commandes de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

Ghosn est également président-directeur général du partenaire français de Renault, et s’est affirmé comme l’une des personnalités les plus connues de l’industrie automobile. Son départ soulève des questions sur l’avenir de l’alliance.

D’après Reuters, Nissan a déclaré qu’une enquête interne, déclenchée par une dénonciation, avait révélé que M. Ghosn était impliqué dans des actes illicites, notamment une utilisation personnelle de l’argent de la société et la sous-déclaration des revenus qu’il gagnait depuis des années.

Le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, a déclaré que trop de pouvoirs avaient été concentrés sur M. Ghosn, un dirigeant étranger rare qui jouissait du statut de superstar d’entreprise au Japon pour avoir ravivé la marque japonaise en difficulté.

“Avec le recul, la concentration du pouvoir est un sujet sur lequel nous devons réfléchir profondément”, a-t-il déclaré, confirmant l’arrestation de Ghosn au Japon.

Saikawa a déclaré qu’il ne pouvait pas donner de précisions sur l’utilisation personnelle de l’argent de la société, mais a déclaré que l’acte répréhensible était grave et inacceptable et durait depuis des années. Ghosn n’a pas pu être joint pour commenter.

“Pour avoir tellement abusé de la confiance de beaucoup, je me sens déçu et je regrette”, a déclaré Saikawa lors d’une conférence de presse.

«C’est très difficile d’exprimer cela… Ce n’est pas seulement une déception, mais un sentiment d’indignation plus fort et, pour moi, un sentiment d’abattement.»

Le président français, Emmanuel Macron, a déclaré que le gouvernement, principal actionnaire du constructeur automobile français, serait vigilant à propos de Renault et de son alliance avec Nissan.

Saikawa a annoncé qu’il proposerait lors d’une réunion du conseil d’administration jeudi de destituer Ghosn et son représentant, Greg Kelly.


→  Lire aussi : Renault-Nissan et Daimler vont étendre leur alliance à la technologie de batterie et aux véhicules autonomes

L’action Renault a chuté de 11% à Paris et figure parmi les actions les moins performantes d’Europe. Les titres de Nissan inscrits en Allemagne, ont plongé de 10%.

Connu sous le nom de “Le Cost Killer” pour avoir supervisé les redressements, y compris les réductions chez Renault, Ghosn est resté populaire au Japon, malgré les réductions d’emplois massives qu’il a provoqué et la récente controverse suscitée par son paquet salarial lucratif.

Ousting Ghosn, 64 ans, ne peut que poser des questions sur une alliance qu’il a personnellement formé et qu’il s’était engagé à consolider par un rapprochement plus étroit, avant de finalement se retirer de son leadership opérationnel.

“La réaction initiale au cours de l’action montre à quel point il est crucial”, a déclaré, lundi, l’analyste de Citi, Raghav Gupta-Chaudhary.

La structure actuelle de l’alliance a longtemps sous-évalué les actions de Nissan détenues indirectement par les investisseurs de Renault, a t-il ajouté.

“Ghosn est considéré comme essentiel pour déverrouiller de la valeur.”

Renault détient 43,4% du capital de Nissan, et 15% de ce dernier, sans droit de vote dans un partenariat noué en 1999. Depuis 2016, Nissan détient une participation majoritaire de 34% dans son plus petit rival japonais, Mitsubishi.




Une gouvernance qui est mise à mal

L’actualité est susceptible de poser des questions sur la responsabilité de Nissan à un moment où le Japon pousse les entreprises à une meilleure gouvernance.

“Le problème de la gouvernance était important”, a déclaré Saikawa.

Le journal Asahi a indiqué sur son site Internet que les procureurs avaient commencé à fouiller les bureaux du siège de Nissan et d’autres endroits lundi soir.

Les porte-paroles de Renault et de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors n’ont pas immédiatement retourné les appels et les messages sollicitant des commentaires sur les rapports d’arrestation.

Né au Brésil, d’origine libanaise et de nationalité française, Ghosn a débuté sa carrière chez Michelin en France, puis chez Renault. Il a rejoint Nissan en 1999 après l’acquisition d’une participation majoritaire par Renault et en est devenu le PDG en 2001. Ghosn est resté à ce poste jusqu’à l’année dernière.

En juin, les actionnaires de Renault ont approuvé la compensation de 7,4 millions d’euros de Ghosn pour 2017. De plus, il a reçu 9,2 millions d’euros au cours de sa dernière année en tant que directeur général de Nissan.

Abdellah Chbani