Casablanca: “Adam” projeté en avant-première à la veille de sa sortie nationale

Adam
Adam

Le film “Adam” de Maryam Touzani a été projeté, mardi soir, en avant-première nationale à Casablanca, à la veille de sa sortie dans les salles de cinéma des grandes villes du pays.

Le premier long-métrage de la jeune réalisatrice a rencontré un succès indéniable lors de sa présentation dans des festivals un peu partout dans le monde, remportant jusqu’à présent pas moins de 16 prix internationaux et suscitant des critiques positives auprès de la presse spécialisée.

Le film se construit autour des histoires distinctes de deux femmes mais au destin commun, en filigrane. Abla tient un magasin de gâteaux traditionnels dans la médina de Casablanca et se bat seule pour élever sa fille de 8 ans. Quand Samia, une jeune femme enceinte, débarque de son village et frappe à sa porte, Abla est loin d’imaginer que sa vie changera à jamais.

→ Lire aussi : Le film “Joker” en tête de la course aux Oscars avec 11 no…


C’est “une invitation à un changement de perception de la mère célibataire, qui fait face à des préjugés très durs, injustes et sans commune mesure avec la réalité”, a estimé Maryam Touzani, qui en appelle “à la préservation de la tolérance et de la générosité de la société marocaine”.

Elle s’est dit “très heureuse” que son film sorte sur les écrans marocains: “Le fait d’avoir voyagé partout dans le monde avec mon film et d’avoir rencontré des publics si différents les uns des autres, a été très réjouissant. Pouvoir le montrer aujourd’hui enfin au public marocain, son public naturel, est vraiment quelque chose de très beau et très émouvant”.

Née a Tanger en 1980, Maryam Touzani passe son enfance dans sa ville natale avant de poursuivre des études universitaires en journalisme a Londres. Passionnée d’écriture, elle retourne au Maroc après ses études et y travaille comme journaliste culture, se spécialisant dans le cinéma du Maghreb.


Elle ressent la nécessite de s’exprimer a travers ses propres films. En 2008, elle écrit et réalise un documentaire pour la première journée nationale de la femme au Maroc. Ensuite, elle va réaliser deux courts-métrages, à savoir «Quand ils dorment» (2012) et «Aya va a la plage» (2015).