CE QUE SIGNIFIE LE 20 AOUT …

 

L'Exil en Corse avant Madgascar

Nous célébrons ce 20 août le 62ème anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple. Un moment d’émotion, d’histoire et de mémoire…Soixante-deux ans déjà ! En ce mois d’août 2015, la célébration du coup de force contre le Roi Mohammed V, le 20 août 1953, glisse sous l’opacité involontaire d’une mémoire évanescente ! Deux à quatre générations se sont succédé depuis cette date où fut joué l’un des actes les plus dramatiques de l’histoire de la colonisation française au Maroc. Mélange de machiavélisme d’un Résident français, le général Guillaume, militaire chamarré, et d’une volonté de détruire les fondements institutionnels du Maroc, la  Monarchie ! Depuis plusieurs décennies, nous avons pris l’habitude de célébrer cet anniversaire avec la même ferveur, certes, mais aussi une sorte de recueillement qui nous fait presque oublier le contenu et l’objet de cette sacralisation ! Combien de jeunes d’aujourd’hui sont-ils au fait de la signification de cet événement ? Combien de ceux qui ont vécu les années de l’indépendance peuvent-ils encore se souvenir de ce duel majeur qui a mis face-à-face le Roi Mohammed V et la camarilla organisée autour du Résident Guillaume, composée des Glaoui et les zaouiya encadrées par Kettani, dit le « chrif », féodal impétrant ?

Ce qui fut un pan entier de notre mémoire collective, est simplement livré sans originalité et presque sans pédagogie, l’histoire étant écrite d’une certaine façon linéaire, alors que les ruptures constituent paradoxalement ses grands traits ! L’histoire du Maroc en ces années cinquante était d’autant plus mêlée à celle de la France, qu’elle mérite plus qu’une simple description, rares images encore à l’appui…Mais une analyse centrale s’impose ! Nos manuels d’histoire consacrent rarement la part qui lui faut à cet événement, ils le survolent et le figent dans une chronologie qui a vite fait de réduire sa force. La déposition de Mohammed V, le 20 août 1953, participait ni plus ni moins d’un complot, organisé, planifié, exécuté par le représentant colonial, un militaire borné, au passé pourtant célébré et tout à sa gloriole…et ses affidés marocains !

Leur objectif affiché ? Outre l’exil forcé du Souverain légitime, outre son remplacement par une potiche, du nom de Mohamed Arafa, mettre au pas les résistants à la colonisation, ces jeunes nationalistes qui remplissaient les bagnes installés un peu partout au Maroc, écraser la revendication d’indépendance devenue persistante…Mais, au-delà : c’est l’histoire et la mémoire du Maroc qui étaient dans le collimateur !

Or, jusqu’à nos jours encore, la question essentielle demeure de savoir si le général qui a voulu destituer le Sultan, avait agi seul et de son propre chef, autrement dit contre son gouvernement à Paris, ou s’il bénéficiait de soutien, d’une complicité avérée  de Paris ou simplement de certains appuis, marginaux mais décisifs au point qu’il a failli faire endosser son coup de force par la France comme décidée par celle-ci. Peut-être qu’une rétrospective s’impose à nous, aujourd’hui, pour restituer dans ses grandes lignes de force le long processus qui a conduit, en quelques années, à l’acte odieux du 20 août 1953 ! Le Sultan Moulay Youssef, bâtisseur comme le Maroc en a rarement connu en ce temps-là , est décédé en 1927, soit quinze ans après l’institution du protectorat français le 30 mars 1912…Troisième de ses fils, Sidi Mohammed  Ben Youssef est à peine âgé de 17 ans et mène une vie paisible à Fès, ensuite à Meknès , éloigné de son père. Son éducation est confiée alors à un précepteur algérien, al-Mâamri, comme le veut une certaine tradition. Mohammed V joue et fréquente les enfants pauvres de son quartier…Il est un « solitaire » attentif, jamais indifférent, il surprendra tout le monde.

Les autorités du protectorat se trouvent confrontées à un grave dilemme : qui choisir des deux enfants pour succéder au Sultan Moulay Youssef , entre Moulay Hassan et Moulay Driss, Sidi Mohammed étant simplement mis de côté, parce que « frêle et pâle » ,  effacé, avait-on  dit …Le calcul du colonisateur , relevant d’un cynisme affiché, voulait un Roi docile, dépouillé de toute ambition, neutre et fragile…parce que l’œuvre coloniale devait continuer dans la ligne droite de l’occupation , et – comble de cynisme – se réclamant même de l’héritage du maréchal Lyautey qui vouait un respect plus que scrupuleux à la Monarchie et aux traditions marocaines…

Pourtant les malicieuses délibérations franco-françaises pour le choix du nouveau Sultan aboutissent alors à cette conclusion : Sidi Mohammed est apparemment docile, il s’accommodera de la présence française et ne la contestera jamais ! C’était donc sans compter sur la redoutable volonté d’un jeune prince, acharné, qui va apprendre la politique à son exercice, la grande stratégie et affronter le pouvoir colonial, avant de libérer le Maroc. C’est un groupe de Oulamas qui se rend à Meknès et demande audience au fqih al-Mâamri, ils sont reçus par Sidi Mohammed et lui proclament : « Sidna, Dieu vous glorifie, vous êtes notre Roi et notre Amir al-Mouminine… » . C’est alors une précipitation de l’histoire ! Théodore Stegg, résident général ayant succédé à Lyautey, agrégé de philosophie et membre d’un pâle radical-socialisme, se résoudra alors à ce choix.  Mais Mohammed Ben Youssef, les colonisateurs le découvriront  à leur dépens, non seulement ne sera pas un Roi docile, mais il secouera le joug colonial et, d’une révolution institutionnelle à un défi direct et frontal, il finira par libérer le Maroc.

A Rabat où il installe ses quartiers, le jeune Roi teste une sortie, la même année de 1927, sur un cheval blanc non loin des Oudayas. Une foule l’acclame et accourt à sa rencontre…En 1928, il entreprend une visite en France et sera reçu avec tous les honneurs par le président Gaston Doumergue. Il renforce son réseau de connaissances et de contacts, décline une image inédite, celle d’un Roi conscient que son peuple doit avancer, par les réformes, le progrès et la concorde. Il s’impose comme un interlocuteur incontournable, parfois même au détriment de l’administration française installée au Maroc. En 1929, il est heureux, parce que sa femme accouche d’un garçon qu’il prénommera Moulay Hassan, en mémoire de son grand-père, le Sultan Moulay Hassan 1er…C’est la continuité dynastique, enracinée dans une histoire pétrie et forgée dans le défi colonial. Un an plus tard, en 1930, il est confronté à un grave problème : les autorités coloniales promulguent le sinistre Dahir berbère qui, au prétexte de renforcer le patrimoine culturel et linguistique du Maroc, entend d’abord creuser un grave fossé au sein du peuple marocain, entre Arabes et Berbères ! Il est installé, sous l’influence d’anthropologues coloniaux, une « juridiction de coutume berbère », une loi scélérate qui constituera la pomme de discorde, la première d’une série, entre le régime du protectorat et le Palais, c’est-à-dire Mohammed V.

Le Dahir berbère, pierre angulaire d’une politique coloniale aux antipodes des conceptions de Lyautey, suscite une forte émotion dans le pays. Il constitue, à coup sûr, l’acte de naissance du nationalisme marocain que l’administration française jaugera à sa juste mesure, quatre ans plus tard, en 1934, devant l’accueil délirant réservé à Mohammed V par le peuple de Fès, aux cris de Yahia al-Malik. Ce cri est un signal… On peut, en effet, avancer que la symbiose entre le Roi et le peuple a pris son point de départ avec le dahir berbère et le voyage de Fès, la ville où le nationalisme marocain commence à se profiler. Lui manque-t-il une plateforme idéologique ? Il déploie alors l’espérance collective, il inscrit déjà le militantisme comme une devise et la liberté sur son fronton comme une revendication essentielle. Lui manque-t-il un leader et un guide ? Mohammed Ben Youssef en prendra la lourde responsabilité.

Ce que les experts en politique coloniale de la Résidence craignaient le plus s’est,  soudain, produit. A Fès, le peuple descend dans la rue, déborde services d’ordre et protocole, pour crier son attachement et sa fidélité au Sultan Mohammed V qui, ému, le lui rend avec noblesse. Pour lui, ce chaleureux bain de foule, est à l’évidence un grand moment de son parcours personnel. Pour les administrateurs coloniaux les plus perspicaces, cette manifestation constitue une date historique avec laquelle il convient désormais de compter. C’est si vrai qu’un an plus tard à peine, un autre événement à signification politique majeure survient pour renforcer leur conviction qu’il s’agit non pas de simples trublions, comme les qualifie un certain Al Moqri, chambellan, non pas d’un groupuscule d’égarés, mais bel et bien d’un noyau de militants politiques.


Un groupe de jeunes nationalistes, dont Allal El Fassi, Mohamed Hassan Ouazzani, Mekki Naciri, Omar ben Abdeljalil entres autres et Mohamed Charkaoui rédigeront,  en décembre 1934, un texte revendicatif, intitulé le Plan de réformes, qu’ils soumettent simultanément au Roi, au chef du gouvernement français et à son représentant à Rabat, le résident général. La lutte continuera de plus belle et le Sultan, enfoncera en 1947 le clou avec le discours qu’il prononcera en avril 1947 à la Mandoubia de Tanger où, accompagné de tous ses cinq enfants, il posera officiellement la revendication de l’indépendance du Maroc…C’est le défi lancé à la France.

Dans le Maroc profond, c’est la même revendication qui gronde, elle est, de plus en plus, politisée tandis que de nouveaux partis politiques voient le jour : le Parti de l’Istiqlal, le Parti populaire qui deviendra le Parti démocratique de l’indépendance (PDI) et qui, sous la direction notamment de Mohamed Cherkaoui, futur époux de la princesse Lalla Malika,  et Abdelhadi Boutaleb, jouera un rôle décisif avant et après la libération. La connivence, une vision implicite des objectifs, de la méthode et du contexte politique est partagée, entre le Sultan et les nationalistes. Le régime colonial en prend conscience et le redoute. La libération ! Ce mot tabou n’avait-il pas pris une valeur de proclamation officielle, le 11 janvier 1944, lorsqu’un groupe de 44 personnalités nationalistes avaient publié le fameux Manifeste de l’Indépendance ? Le Protectorat voyait une collusion objective entre le Roi et les signataires qui sont arrêtés les uns après les autres. Et pensant s’en prendre à l’influence du Sultan, ils s’en prennent  sévèrement aux jeunes patriotes, ce qui ne va pas sans susciter un émoi général, aussi bien au Maroc que dans certains cercles libéraux en France. Commence alors un cycle de répressions, mais s’affirme en contrepoids une radicalisation politique dont la figure de proue est le Sultan. Il est le leader des nationalistes. Il y avait déjà deux ans que le Sultan avait osé dire la vérité à de Gaulle lui-même. Celui-ci ne rapporte-t-il pas dans son tome III des Mémoires, du livre « Le Salut » les propos très fermes que Mohammed V lui avait tenus : « Le régime du protectorat a été accepté par mon oncle Moulay Hafid, puis par mon père Moulay Youssef, et l’est aujourd¹hui par moi-même comme une transition entre le Maroc d’autrefois et un Etat libre et moderne. Après les événements d’hier et avant ceux de demain, je crois le moment venu d¹accomplir une étape vers ce but. C’est ce que mon peuple attend » ?

Le complot contre Mohammed Ben Youssef démarre avec Alphonse Juin, général de la Deuxième Guerre mondiale, nommé Résident à Rabat, en février 1951. Lui, veut annuler le statut de protectorat et transformer les provinces du Maroc en autant de départements français. Deux ans plus tard, le général Juin est rappelé à Paris, il fait nommer un autre général, Augustin Guillaume, militaire grotesque,  sans nuances qui commettra l’irréparable en déposant le Sultan. L’année 1951 a été marquée par toute une série de manœuvres qui, depuis la Résidence, mobilisent le pacha de Marrakech , Thami Glaoui, les confréries religieuses supervisées par Abdelhaï Kettani, sombre prédicateur aux accents rétrogrades et les colons ultras, ainsi que les militaires et, à Paris même un Georges Bidault, ministre des Affaires étrangères qui cautionne l’opération de déposition.

L’objectif est de destituer le Roi Mohammed V et de mettre à sa place un autre Roi. La coalition féodale a fabriqué une parodie de procès, d’une prétendue intégrité morale et religieuse, mettant en cause le titre de Amir al-Mouminine de Mohammed Ben Youssef. Nous sommes à sept mois du forfait ! En février 1953, les prémices de ce qu’on appellera le coup de force contre le sultan sont réunies. A Rabat, un certain Jacques de Blesson, ministre délégué à la Résidence et faisant office d’ambassadeur, joue un rôle déterminant de comploteur acharné. Il fournit des rapports rassurants à Paris mais encourage la sédition à Rabat, apporte son appui aux comploteurs…dans le sillage du général Guillaume qui, sur suggestion de Thami Glaoui, veut introniser Mohamed Ben Arafa…


C’est une page d’histoire qui s’apprête à être écrite…

Mettant à profit la crise politique en France, provoquée par le renversement du Cabinet Mayer, il reçoit en fanfare le Glaoui. Celui-ci lui remet officiellement, le 21 mai, la pétition des caïds, par laquelle le pacha, poussé par Guillaume, entend remettre en cause jusqu’au caractère imprescriptible de la béiâa (allégeance) prêtée au Souverain, à Fès le 18 novembre 1927. Tout démontre, en effet, que le mouvement visant la destitution de Sidi Mohammed Ben Youssef parie sur la passivité du gouvernement et le double jeu de Bidault, le ministre des Affaires étrangères. Le pas sera franchi le 13 août 1953, à la grande joie du Glaoui, lorsque un prétendu piège est tendu au Souverain et dont on attend qu’il y tombe, pour ensuite prendre à témoins et l’opinion et le gouvernement Laniel qui, implicitement, a déjà approuvé le coup de force. On présente à Sidi Mohammed Ben Youssef une liste de textes à signer dans lesquels, supercherie ou bouffonnerie, il est clairement décidé de le dépouiller de ses pouvoirs. Il lui est demandé d’entériner la création d’un Conseil auquel il déléguerait son autorité et qui est présidé par Mohamed Al Moqri, centenaire et plus que grabataire…C’est le prétexte !  Devant le refus catégorique du Roi, Guillaume ne trouve pas mieux que de recourir à l’encerclement armé du Palais Royal et à l’arrestation du Prince Moulay Hassan, qualifié « d’agitateur communiste ». Malgré les pressions et les menaces, le Sultan tient bon. Il ne donne pas sa signature.

Cependant, afin de préserver la vie de ses citoyens et quitte à faire temporiser les ardeurs des Glaoui et consorts, il s’incline devant la décision coloniale de l’exil forcé. Mais il souligne que « s’incliner n’est pas renoncer » !…Le général Guillaume jubile en ce 20 août 1953, lorsque le Souverain du Maroc est contraint de quitter son pays, ses enfants poussés violemment par un escadron de militaires vers la piste d’envol de Salé. L’exil de Mohammed V durera 28 mois, il commencera en Corse où la population lui exprime sympathie et dévouement. Ensuite à Antsirabé, à Madagascar, où naîtra sa dernière fille, la princesse Lalla Amina.

Mohammed V regagnera Paris fin octobre 1955, et entamera de longues et laborieuses négociations pour la libération du Maroc avec Antoine Pinay, président du Conseil français…Il arrachera l’indépendance, et fera un retour triomphal au Maroc le 16 novembre pour proclamer officiellement l’indépendance du Maroc le 18 novembre 1955…