Célébration de la 6ème Journée mondiale de la Radio 2017

Ce lundi, on célèbre la journée mondiale de la Radio à l’initiative, entre autres, de l’Unesco qui depuis 2013, organise, chaque 13 février, la Journée mondiale de la Radio. Date choisie en hommage au 13 février 1946, jour de création de la Radio des Nations Unies. Ce rendez-vous est l’occasion pour le Maroc de présenter son expérience de libéralisation et d’ouverture du champ audiovisuel, avec l’entrée de nouvelles Radios privées, qui ont enrichi et diversifié le paysage médiatique national.

Des thèmes ont déjà été traités les années précédentes, tels que l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes, la jeunesse et la Radio en situation d’urgence et de catastrophe. Pour cette sixième célébration, c’est  le thème de la participation publique : « La Radio, c’est vous ! » qui a été retenu.

A cette occasion, Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, a déclaré qu’ ‘’ en cette Journée mondiale de la Radio, l’UNESCO appelle chacun à développer le potentiel de la Radio afin d’encourager les échanges et l’écoute nécessaires pour mettre en place la coopération qui permettra de relever les défis auxquels l’humanité tout entière est aujourd’hui confrontée.’’

Se prononçant sur le sujet, Abderahmane Eladaoui, porte-parole de l’Association des Radios et Télévisions indépendantes (ARTI), a déclaré à la MAP que le secteur audiovisuel marocain a connu, ces dix dernières années “un formidable essor grâce aux Radios privées, puisque ce média est passé du monopole d’État à un espace ouvert, impliquant tous les acteurs, y compris les partis politiques, la société civile et les citoyens, entre autres”.


En écoutant son public et en répondant à ses besoins, la Radio a su offrir un pluralisme d’opinions et de la promotion de la liberté d’expression et de voix nécessaires pour relever les défis auxquels les citoyens sont actuellement confrontés. En effet, cette dernière décade a vu la naissance, de pas moins de dix Radios privées au Maroc ; généralistes ou thématiques, nationales et régionales, qui ont réussi à développer une proximité avec le citoyen marocain, considérant  ses goûts politiques, culturels, intellectuels et sociaux.

Rappelons qu’avant 2005, il n’y avait que les Radios nationales et Medi1 en tant que première Radio privée au Maroc, et ce n’est qu’après cette date que le champ médiatique marocain s’est libéralisé avec l’entrée de la première vague de Radios privées au Maroc.

D’après le Centre Interprofessionnel de mesure d’audience radio (CIRAD), plus de 15 millions d’auditeurs ont écouté la radio, chaque jour, durant le premier trimestre 2016, soit plus de 57 % des Marocains, avec en moyenne 2h50 d’écoute, pendant un jour de la semaine.

Chaouki Oulkhir