Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Cinq individus différés devant le juge d’instruction

terroriste
Photo d'illustration

Cinq individus, interpellés le 10 septembre par le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) pour implication présumée dans une cellule terroriste, ont été différés mardi devant le juge d’instruction sur réquisition du parquet général de mener une enquête à leur sujet, a annoncé le procureur général du Roi près la cour d’appel de Rabat, ajoutant que le parquet a également requis leur arrestation et leur mise sous écrou.

Le procureur général précise, dans un communiqué, que deux des cinq prévenus ont été différés devant le juge d’instruction pour implication présumée dans la constitution d’une association criminelle en vue de préparer et de commettre des actes terroristes, la fabrication d’explosifs et la possession et utilisation d’armes, et la tentative de fabrication d’explosifs à base de produits chimiques et de substances utilisées dans la fabrication et la préparation d’explosifs.

Les deux mis en cause sont également différés, poursuit le communiqué, pour tentative d’atteinte à la vie d’autrui avec préméditation dans le cadre d’un projet collectif visant à porter atteinte à l’ordre général à travers l’intimidation, la terreur et la violence, collecte et gestion de sommes d’argent en vue de les utiliser dans la commission d’actes terroristes, incitation et persuasion d’autrui de commettre des actes terroristes, apologie d’actes constituant un crime terroriste et apologie d’une organisation terroriste, désobéissance, tenue de réunions publiques sans autorisation préalable, et exercice d’une activité dans une association non-autorisée.

Les autres individus, ajoute le communiqué, ont été différés pour leur implication présumée dans la constitution d’une association criminelle en vue de préparer et de commettre des actes terroristes dans le cadre d’un projet collectif visant à porter atteinte à l’ordre général à travers l’intimidation, la terreur et la violence, incitation et persuasion d’autrui de commettre des actes terroristes, apologie d’actes constituant un crime terroriste et apologie d’une organisation terroriste, tenue de réunions publiques sans autorisation préalable, et exercice d’une activité dans une association non-autorisée.


Le procureur général du Roi près la cour d’appel de Rabat a précisé que le juge d’instruction a décidé d’écrouer les prévenus après les avoir interrogés en première instance.

Ces individus ont été différés devant le juge d’instruction sur la base des résultats de l’investigation menée à l’encontre des personnes soupçonnées impliquées dans ladite cellule terroriste, et suite à la saisie d’équipements, de substances et d’échantillons chimiques chez certains d’entre eux, qu’ils auraient projeter d’utiliser dans des opérations terroristes, précise le communiqué, notant que ces substances ont été soumises aux expertises technique et scientifique.