Le Centre “Mohammed VI” de formation en médecine d’urgence, une structure dédiée au renforcement des compétences des professionnels de santé ivoiriens

Le Centre “Mohammed VI” de formation en médecine d’urgence, inauguré mercredi à Abidjan par SM le Roi Mohammed VI, est une structure ultramoderne, entièrement dédiée au renforcement des compétences des professionnels de santé ivoiriens, voire même ouest-africains, a souligné le professeur Hicham Nejmi, directeur du CHU “Mohammed VI” de Marrakech.

“Ce centre de référence apportera une grande valeur ajoutée à la formation médicale, en médecine d’urgence en particulier, au niveau d’Abidjan, de la Côte d’Ivoire voire même dans la sous- région”, a confié à la MAP le professeur Nejmi.

Et de poursuivre que cette structure proposera des techniques pédagogiques nouvelles, notant qu’en plus de la formation classique, les étudiants, les médecins, les infirmiers et les techniciens de santé de manière générale, recevront une formation basée sur la simulation médicale avec, comme grande innovation, “des mannequins de haute fidélité, qui vont simuler des situations pathologiques ou physiologiques qui sont très proches de la réalité”.

“Vu les problématiques liées aux mortalités maternelles et infantiles, mais aussi les problèmes de traumatologie suite aux accidents de la route, ce centre va certainement hisser le niveau des capacités et des compétences professionnelles dans le domaine de la santé en Côte d’Ivoire”, a-t-il dit.


M. Nejmi a loué, à cette occasion, l’apport considérable du Maroc à travers la Fondation Mohammed VI pour le Développement Durable, à la mise à niveau et l’équipement de ce Centre, outre la contribution du CHU Mohammed VI et le ministère de la santé pour l’accompagnement pédagogique.

“On a déjà procédé à une initiation de la formation de formateurs, à travers un programme prévisionnel de formation entre le CHU Mohammed VI de Marrakech et celui de Yopougon, sous la tutelle du ministère ivoirien de la santé”, a-t-il souligné, faisant état de programmes de formations de formateurs et de masters-classe en simulation médicale, qui seront lancés dans ce cadre.

Ce noyau de formateurs, estime M. Nejmi, va pouvoir encadrer jusqu’à 75 médecins et 120 professionnels de la santé durant la première année, avec possibilité de monter en puissance. Au fur et à mesure, le nombre d’instructeurs va augmenter dans la perspective d’une autonomie au niveau de ce Centre, a-t-il dit.

“C’est une bonne entrée en la matière pour une collaboration sud-sud exemplaire dans le domaine de la santé, qui s’attaque à un volet urgent qui est la médecine d’urgence, pour s’étendre rapidement à d’autres filières, telles que l’oncologie avec l’apport de la Fondation Lalla Salma pour la prévention et le traitement du cancer, la gynécologie obstétrique et la néonatologie, ou encore les spécialités de pointe (chirurgie cardiovasculaire, la transplantation d’organes)”, a-t-il précisé.