Céréaliculture : L’orge marginalisée

Les précipitations qu’a connues le Royaume ont été d’un grand secours pour l’agriculture. Ainsi, le ministre de l’Agriculture vient de publier une note sur l’évolution de la filière céréalière dans notre pays.

A fin 2015, celle-ci a connu une hausse de 35% soit 22 millions de quintaux enregistrés en 15 ans.  Cet excédent se compose de 12 millions de quintaux de blé tendre, 6 millions de quintaux d’orge et de 4 millions de quintaux de blé. La campagne agricole 2014-2015 se caractérise par des conditions climatiques très favorables. Ainsi à la fin du mois d’Avril 2015 le cumul pluviométrique national a atteint 370 mm soit une hausse de 9% par rapport à une campagne normale et 43% par rapport à la campagne précédente, à la même date.

Concernant les provinces, Settat, Taounate, Safi et Khémisset, provinces à vocation céréalière, elles ont vu leur part renforcée dans la production des céréales entre les deux périodes 2000-2007 et 2008-2015. En revanche Béni Mellal, El Jadida, Sidi Kacem, Sidi Benour, Fès, El Kalaa ont vu leur part stagner.

En 2014, les Marocains ont consommé 173 kg par an et par habitant les trois principales céréales. Le blé tendre domine au niveau de la consommation avec une part de 64% quant au blé dur, il avoisine les 29%, et la consommation de l’orge avoisine les 11 kg/an et par habitant.


Notons que les céréales, et plus précisément le blé et l’orge, sont cultivés dans tout le globe : en Asie (112 millions d’Ha), en Europe (82 Millions d’Ha) et en Amérique (42 millions Ha). Les trois premiers pays, en termes de superficie cultivée, sont la Russie (31 Millions Ha), l’Inde (30 Millions Ha) et la Chine (24 Millions Ha).