Changements Climatiques:‎ Le 1er rapport de synthèse des NDC appelle à une plus grande ambition climatique

Climat

Les NDC, ou contributions nationales déterminées (CDN) décrivent les plans ‎autodéterminés de chaque pays pour l’action climatique, généralement jusqu’en 2025 ou ‎‎2030, et représenteront une progression au fil du temps, reconnaissant la nécessité d’aider ‎les pays en développement à mettre en œuvre efficacement ces mesures climatiques.

A ce ‎propos, l’ONU Climat vient de publier le rapport de synthèse initial des NDC, qui montre ‎que les nations doivent redoubler d’efforts et soumettre des plans d’action nationaux sur ‎le climat plus solides et plus ambitieux en 2021 si elles veulent atteindre l’objectif de ‎l’Accord de Paris de limiter l’augmentation de la température mondiale de 2°C, ‎idéalement 1,5°C, d’ici la fin du siècle.‎

‎« 2021 est une année décisive pour faire face à l’urgence climatique mondiale. Les données ‎scientifiques sont claires : pour limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 °C, ‎nous devons réduire les émissions mondiales de 45% d’ici 2030 par rapport aux niveaux de ‎‎2010. Le rapport intérimaire de la CCNUCC publié aujourd’hui est une alerte rouge pour ‎notre planète. Il montre que les gouvernements sont loin d’avoir atteint le niveau d’ambition ‎nécessaire pour limiter le changement climatique à 1,5 degré et atteindre les objectifs de ‎l’Accord de Paris. Les principaux émetteurs doivent se fixer des objectifs de réduction des ‎émissions beaucoup plus ambitieux pour 2030 dans leurs contributions nationales bien avant la ‎conférence des Nations unies sur le climat qui se tiendra en novembre à Glasgow », a déclaré ‎le secrétaire général des Nations unies, António Guterres. ‎
‎« Le moment est venu. La coalition mondiale qui s’est engagée à réduire les émissions nettes à ‎zéro d’ici 2050 est en train de se développer, au sein des gouvernements, des entreprises, des ‎investisseurs, des villes, des régions et de la société civile. Les plans de relance post-COVID-‎‎19 offrent la possibilité de reconstruire plus vert et plus propre. Les décideurs doivent joindre ‎le geste à la parole. Les engagements à long terme doivent s’accompagner d’actions ‎immédiates pour lancer la décennie de transformation dont la population et la planète ont si ‎désespérément besoin », a-t-il ajouté.‎

Il est grand temps d’agir ‎
Le rapport a été demandé par les parties à l’Accord de Paris pour mesurer les progrès des plans ‎d’action nationaux sur le climat – connus sous le nom de NDC, avant la COP 26 qui se tiendra ‎en novembre à Glasgow. Couvrant les soumissions jusqu’au 31 décembre 2020, il montre que ‎‎75 Parties ont communiqué un nouveau NDC ou une mise à jour de celui-ci, ce qui représente ‎environ 30% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.‎

‎« Ce rapport montre que les niveaux actuels d’ambition en matière de climat sont très loin de ‎nous mettre sur une voie qui nous permettra d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris », a ‎déclaré Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive d’ONU Climat. « Si nous reconnaissons le ‎récent changement d’orientation politique en faveur d’une action climatique plus énergique ‎dans le monde entier, les décisions visant à accélérer et à élargir l’action climatique partout ‎doivent être prises dès maintenant. Cela souligne pourquoi la COP 26 doit être le moment où ‎nous nous mettons sur la voie d’un monde vert, propre, sain et prospère ».‎


Le rapport montre que si la majorité des nations représentées ont augmenté leur niveau ‎d’ambition individuel en matière de réduction des émissions, leur impact combiné les met sur ‎la voie d’une réduction de moins de 1% d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2010. Le groupe ‎d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, en revanche, a indiqué que les ‎fourchettes de réduction des émissions pour atteindre l’objectif de 1,5 °C de température ‎devraient être inférieures d’environ 45%.‎

Patricia Espinosa a précisé que le rapport de synthèse est un « instantané, et non une image ‎complète » des NDC, car la COVID-19 a posé des défis importants à de nombreux pays en ce ‎qui concerne la réalisation de leurs soumissions en 2020. Elle a indiqué qu’un deuxième rapport ‎sera publié avant la COP 26 et a appelé tous les pays, en particulier les grands émetteurs qui ne ‎l’ont pas encore fait, à présenter leurs soumissions dès que possible, afin que leurs informations ‎puissent être incluses dans le rapport actualisé.‎

« Nous félicitons les Parties qui ont relevé les défis posés par COVID-19 en 2020, ont ‎respecté leurs engagements au titre de l’Accord de Paris et ont soumis leur NDC dans les ‎délais », a déclaré Espinosa, « mais il est temps que toutes les autres Parties se mobilisent, ‎remplissent ce qu’elles ont promis de faire au titre de l’Accord de Paris et soumettent leur ‎NDC dès que possible. Si cette tâche était urgente auparavant, elle est cruciale maintenant ».‎

Elle a noté que 2021 offre au monde une occasion sans précédent de faire des progrès ‎significatifs en matière de changement climatique et a exhorté toutes les nations à aller de ‎l’avant à partir de COVID-19 avec des économies plus durables et plus résistantes au climat. ‎C’est un moment rare qui ne peut être perdu, a aussi relevé Espinosa. « Alors que nous ‎reconstruisons, nous ne pouvons pas revenir à l’ancienne normalité. Les NDC doivent refléter ‎cette réalité et les principaux émetteurs, en particulier les nations du G20, doivent montrer la ‎voie ».‎


Alok Sharma, le président entrant de la COP 26, a, quant à lui, déclaré que « Ce rapport doit ‎servir d’appel urgent à l’action et je demande à tous les pays, en particulier aux grands ‎émetteurs, de soumettre des objectifs ambitieux de réduction des émissions pour 2030 ». ‎‎« Nous devons reconnaître que la fenêtre d’action pour la sauvegarde de notre planète se ‎referme rapidement », a-t-il ajouté.‎

La présidente de la COP 25, Carolina Schmidt, a fait remarquer que ce rapport de synthèse du ‎NDC « indiquait clairement qu’un travail important doit être accompli, en particulier par les ‎principaux émetteurs. Seuls 2 des 18 plus grands émetteurs, le Royaume-Uni et l’Union ‎européenne, ont présenté un NDC actualisé en 2020 contenant une forte augmentation de ‎leurs objectifs de réduction des GES. Les autres grands émetteurs ont soit présenté des NDC ‎présentant une très faible augmentation de leur niveau d’ambition, soit n’ont pas encore ‎présenté de NDC. Même si le rapport de synthèse montre que les NDC soumis en 2020 sont ‎plus clairs et plus complets que le premier cycle, par exemple en contenant plus d’informations ‎sur l’adaptation et en s’alignant davantage sur les objectifs de développement durable, le ‎niveau global d’ambition affiché par les principaux émetteurs dans ce premier aperçu est très ‎faible ».‎

Mme Espinosa a encouragé toutes les nations, même celles qui ont soumis des NDC nouveaux ‎ou actualisés, à étudier d’autres domaines afin de créer des NDC plus solides. Elle a ajouté ‎qu’une augmentation de l’ambition doit s’accompagner d’une augmentation significative du ‎soutien à l’action climatique dans les pays en développement, ce qui est un élément clé de ‎l’Accord de Paris.‎