Le chef de la police catalane destitué officiellement

Le chef des Mossos d’Esquadra (police régionale catalane), Josep Lluis Trapero, a été destitué officiellement samedi, suite à la publication de cette décision dans le Bulletin officiel de l’Etat, dans le cadre de l’application de l’article 155 de la Constitution espagnole.

Cette mesure fait partie de celles validées vendredi par le Sénat (chambre haute du parlement), comme la destitution du président de l’exécutif de la Catalogne, Carles Puigdemont, de son vice-président, Oriol Junqueras, et de l’ensemble des conseillers (ministres) de son cabinet.

Le ministre espagnol de l’Intérieur, Juan Ignacio Zoido, a souligné que la destitution du chef des Mossos d’Esquadra est due à «sa situation judiciaire».

«Nous assumons les compétences du département de l’Intérieur de la Catalogne pour veiller sur la légalité. Nous destituions le chef (de la police catalane) Trapero en raison de sa situation judiciaire», a écrit M. Zoido su son compte Tweeter.


M. Trapero a comparu récemment à deux reprises devant l’Audience nationale, la plus haute juridiction pénale d’Espagne, dans le cadre d’une enquête pour un délit présumé de sédition, en rapport avec des événements survenus les 20 et 21 septembre à Barcelone.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a annoncé vendredi la destitution du président de l’exécutif de la Catalogne, de son vice-président et de l’ensemble des conseillers (ministres) de son cabinet, dans le cadre de l’application de l’article 155 de la Constitution visant à restaurer l’ordre constitutionnel dans cette région du nord-est de l’Espagne.

S’exprimant lors d’un point de presse à l’issue d’une réunion extraordinaire du Conseil des ministres, M. Rajoy a également annoncé la dissolution du parlement catalan et la convocation d’élections anticipées dans cette région pour le 21 décembre prochain.

“Ce sont les premières mesures que nous mettons en marche pour éviter que ceux qui étaient jusqu’à maintenant responsables de (l’exécutif catalan) puissent poursuivre leur escalade de désobéissance”, a-t-il dit, affirmant en outre que le gouvernement central va introduire une requête auprès de la Cour constitutionnelle demandant l’annulation de la déclaration d’indépendance unilatérale adoptée vendredi par le parlement catalan.