Chloroquine : Lueur d’espoir ou excès d’optimisme ?

Chloroquine
Chloroquine, le médicament qui fait débat.

On ne le sait que trop bien, il n’existe, à ce jour, aucun traitement contre le Covid-19, alors que l’épidémie ne cesse de progresser. La chloroquine, devenue symbole de l’espoir dans le monde, est désormais sur toutes les lèvres. Au Maroc, le ministère de la Santé a annoncé, le lundi 23 mars, «l’introduction de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine dans la prise en charge thérapeutique des cas confirmés de covid-19», à l’instar de plusieurs autres pays, notamment, la France. Tandis que l’OMS a appelé, pour sa part, à la prudence.

Depuis quelques temps, la Chloroquine suscite un débat controversé dans les milieux scientifiques et médicaux, notamment en France. Utilisée depuis1949, cette molécule synthétique est commercialisée par le laboratoire SANOFI, sous le nom de «Nivaquine ». Elle est normalement prescrite pour réduire l’inflammation dans certaines maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde. Il s’agit également d’un traitement recommandé dans les zones infestées par le parasite du paludisme, transmis par les moustiques.

Tandis que l’hydroxychloroquine dont la molécule possède un atome d’oxygène et d’hydrogène en plus que la chloroquine, est commercialisé sous le nom de «Plaquenil». Chloroquine, le médicament qui fait débat. Ce médicament serait mieux toléré, selon de nombreux scientifiques, et figure sur la liste des médicaments essentiels de l’OMS (2019).

Ce vieux remède utilisé depuis environ 70 ans, est ressorti du tiroir, récemment, lorsque des chercheurs de l’université de Pékin avaient tenté de démontrer l’efficacité de cette molécule, à l’occasion d’un essai clinique sur des cellules en laboratoire.


Plus récemment, le professeur Didier Raoult, directeur de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection à Marseille, a dévoilé, le lundi 16 mars, les premiers résultats positifs de ses essais cliniques sur 24 patients atteints du coronavirus. En revanche, les trois quarts n’étaient plus porteurs du virus après six jours.

Ce chercheur, qui travaille depuis plus de 20 ans avec ses équipes sur la chloroquine contre les infections bactériennes intracellulaires, est le premier à présenter des essais qui semblent concluants sur des patients humains, nourrissant ainsi les espoirs de milliers de malades, à travers le monde.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ne semble pas partager le même niveau d’optimisme avec les adeptes de ce protocole médical.

Dans un entretien avec le journal français «le Parisien», le professeur Raoult a jugé «immoral» de ne pas administrer la chloroquine aux malades du Covid-19 dès maintenant. Pour cet infectiologue, «la Nivaquine est plutôt moins toxique que le Doliprane ou l’aspirine pris à forte dose. En tout état de cause, un médicament ne doit pas être pris à la légère et doit toujours être prescrit par un médecin généraliste».

Ses propos ont fait écho partout dans le  monde à tel point qu’il est devenu, désormais,  le sujet numéro 1 sur les plateaux  télévisés, notamment, en France.


Depuis le lundi 23 mars, le Haut Conseil  de Santé publique a statué sur l’usage de  la chloroquine dans l’Hexagone. Selon le  ministre français de la Santé, «cette molécule  pourra désormais être administrée  aux malades souffrant de formes graves du  coronavirus, mais ne doit pas être utilisée  pour des formes moins sévères». Un arrêté  encadrant le recours à ce traitement sera  pris imminemment.

En Europe, un essai clinique a démarré,  dimanche dernier, dans au moins sept pays,  pour quatre traitements expérimentaux.

Tandis que le Président américain, lui,  a évoqué cet antipaludéen comme un possible  «don du ciel», qui pourrait selon lui  «vraiment changer la donne». Mais, en  entendant leur Chef d’Etat aussi confiant,  un couple américain de l’Etat de l’Arizona  a ingéré, par automédication, de la  Chloroquine, par conséquent, l’homme est  décédé, dans la nuit, par crise cardiaque,  alors que sa femme est toujours dans un  état critique.

Au Maroc, le département de Khalid Ait  Taleb a autorisé le recours à un protocole  de ce traitement miracle pour certains, en  concertation avec le Comité technique et  scientifique du programme national de prévention  et du contrôle de la grippe et des  infections respiratoires aigües sévères.


 Dans une note circulaire adressée  aux directeurs des Centres hospitaliers  universitaires et directeurs régionaux de la  Santé, le ministère de tutelle a annoncé, le lundi  23 mars, «l’introduction de la Chloroquine et de  l’Hydroxychloroquine dans la prise en charge  thérapeutique des cas confirmés Covid-19».

Toutefois, le département de la Santé a appelé  au respect des différents aspects relatifs  à la gestion des stocks de ce médicament et  à la gestion rationnelle de ces produits. Les  stocks seront ainsi gérés par les responsables  des unités régionales d’approvisionnement et  de la pharmacie, dans un local sécurisé; avec  une liste de délivrance nominative. Notons que  toute prescription doit être réalisée sur ordonnance  nominative, accompagnée des informations  nécessaires conditionnant la délivrance du  médicament.

De son côté, l’Algérie a également annoncé,  en début de semaine, avoir adopté cette même  molécule pour les «cas aigus» et relancé sa production  locale, selon un communiqué officiel.  Alors que le Président de la République démocratique  du Congo a déclaré qu’il était «urgent»  de produire de la chloroquine «en quantité industrielle  » face au coronavirus.

Le Koweït, pour sa part, n’a pas tardé à retirer  ce médicament des pharmacies privées pour les  réserver aux centres hospitaliers, selon l’agence  officielle KUNA. Dans le même registre, le  gouvernement indien vient d’annoncer l’interdiction,  avec effet immédiat de l’exportation de  l’hydroxycloroquine, pour assurer une disponibilité  suffisante du médicament sur le marché  intérieur.


Cependant, l’Organisation Mondiale de la  Santé (OMS) ne semble pas partager le même  niveau d’optimisme avec les adeptes de ce protocole  médical. Dans une conférence de presse  virtuelle depuis Genève, le directeur général de  l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus a affirmé  que «des études réduites et non randomisées,  réalisées à partir d’observations, ne nous  apporteront pas les réponses dont nous avons  besoin», appelant donc à la prudence et insistant  sur la nécessité d’attendre de vastes essais  cliniques menés selon la stricte orthodoxie  scientifique.