CIRCAF à Yaoundé: Akharbach appelle au renforcement des capacités des régulateurs africains

Latifa Akharbach

La Présidente de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), Latifa Akharbach, a appelé, mercredi à Yaoundé, au renforcement des capacités des régulateurs africains pour répondre aux défis multiformes de la transition numérique.

Intervenant dans le cadre de la 9è édition de la Conférence des Instances de Régulation de la Communication d’Afrique (CIRCAF), Mme Akharbach a mis en exergue l’expérience marocaine en matière de régulation audiovisuelle, soulignant notamment que le législateur marocain a anticipé les évolutions technologiques puisque, dès 2005, la loi sur l’audiovisuel a prévu la multiplicité des modes techniques de réception des contenus audiovisuels par les citoyens en disposant, expressément, que la régulation s’appliquait quel que soit le mode technique de transmission du signal, indique un communiqué de la HACA.

La réforme de 2016 a élargi le champ d’action de la HACA au catalogue payant de vidéo à la demande, a-t-elle enchaîné, notant qu’une réflexion était en cours au sein de cette institution concernant l’impact sur la régulation “classique”, des transformations accélérées des usages et des marchés induites par les NTIC.

La présidente de la HACA a estimé, à ce propos, que “ces mutations profondes et rapides imposent au régulateur de repenser son rôle pour contribuer à faire du tournant numérique davantage une fenêtre d’opportunités qu’un un champ d’incertitudes”.

Lors de cette session dédiée au thème du “Renforcement des régulateurs à l’heure du numérique”, Mme Akharbach a, en outre, mis en évidence le caractère impératif de la consolidation du rôle et des capacités des régulateurs africains, chacun dans son contexte propre, et a en même temps insisté sur la nécessité de promouvoir la concertation intra-africaine dans ce domaine.


→ Lire aussi : La Présidente de la HACA appelle à promouvoir un traitement médiatique plus équitable de la question migratoire

“L’objectif, a-t-elle expliqué, est de faire en sorte que le réseau des Instances africaines de régulation de la communication (RIARC) puisse s’ériger en plateforme intégrée, experte et crédible à même de contribuer de manière significative, aux débats et aux négociations concernant les régulations numérique et médiatique à l’échelle internationale”.

La délégation de la HACA qui a représenté le Maroc à cette importante conférence placée sous le Patronage du Président camerounais, M. Paul Biya, est composée, outre Mme Akharbach, de M. El Mehdi Aroussi, Directeur Juridique, M. Najib Bouezmarni, Directeur Informatique et M. Talal Salahdine, Manager des Affaires Africaines.

Une douzaine de présidents et de nombreux conseillers et membres d’instances de régulation africaines (Bénin, Niger, Tchad, Guinée, Sénégal, Ghana, Centrafrique, Mali, Togo, Cap Vert, Congo Brazzaville, Maroc et Cameroun) ont pris part à cet évènement qui marquait également le 20eme anniversaire de création du Réseau des Instances Africaines de Régulation de la Communication, principale plateforme multilatérale de coopération entre instances de régulation des médias du continent.


La CIRCAF, qui se tient tous les deux ans, constitue l’événement phare du RIARC, principale plateforme multilatérale de coopération entre instances de régulation des médias du continent.

La cérémonie d’ouverture de la CIRCAF qui se poursuit jusqu’au 14 courant a été présidée par M. Issa Tchiroma, Ministre camerounais de la Communication, porte-parole du gouvernement et représentant du Chef du Gouvernement.