A LA UNECulture

Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique célèbre la Journée Mondiale de la Culture Africaine et Afro-descendante

Par Monceyf Fadili

La célébration de la Journée Mondiale de la Culture Africaine et Afro-descendante s’est tenue à Rabat au siège de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique, le 24 janvier 2021. L’occasion pour le Royaume du Maroc, à l’instar de nombreux pays à travers le monde, de commémorer un évènement marquant de la culture africaine.

En novembre 2019, la 40ème session de la Conférence générale de l’UNESCO, représentée par 193 Etats membres, proclamait le 24 janvier – Journée Mondiale de la Culture Africaine et Afro-descendante, une célébration résultant de l’engagement du Réseau Africain des Promoteurs et Entrepreneurs Culturels (RAPEC) et de l’appui de CGLU Afrique.

Le thème de l’année 2021, « Célébrer la Culture africaine pour une Humanité réconciliée », a donné lieu à une rencontre regroupant : M. Abdelilah Afifi, Secrétaire général du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports – M. Mohamed Sadiki, Maire de Rabat – M. Mouhamadou Youssifou, Ambassadeur du Cameroun et Doyen du corps diplomatique accrédité au Maroc – M. Driss El Yazami, Président du Conseil de la Communauté Marocaine à l’Etranger (CCME) – Princesse Stella Aïcha, Porte-parole du groupe Messengers of Messages – M. Monceyf Fadili, Expert, Nations Unies – auteur de l’ouvrage « Rabat, un printemps confiné » – M. John Ayité Dossavi, Président, fondateur de l’ONG RAPEC (en visio-conférence) – M. Jean-Pierre Elong Mbassi, Secrétaire général de CGLU Afrique.

La rencontre été animée par Mme Farida Moha – journaliste, mise en ligne sur zoom et relayée sur Facebook.

L’ouverture de séance a été marquée par la lecture du message de Mme Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, en célébration à la Journée.

Culture

Culture africaine et identité

Deux mots-clefs, Culture et Réconciliation, donnent la mesure de la prise de conscience qui s’opère et du « supplément d’âme » que constituent la culture et ses enjeux, à l’échelle du continent africain.

Au-delà des questions mémorielles et de la restitution des biens culturels, se pose aujourd’hui le défi de « faire la Culture ensemble », pour mieux ancrer les pratiques culturelles passées et présentes de l’Afrique et les penser au futur – « notre enracinement est ce qui nous projette le mieux dans notre avenir », disait Hampâté Bâ.

De nombreux leaders africains semblent avoir perdu de vue ce principe, par manque de politiques publiques adaptées. Une carence sur laquelle l’Union Africaine est interpellée, et que CGLU Afrique s’emploie à combler par la promotion de la culture dans le débat local des collectivités territoriales. Un nécessaire retour à la culture africaine, que l’instance des villes africaines a traduit lors d’Africités 8 (Marrakech, 2018), par la désignation d’une capitale africaine de la culture, un cycle inauguré par la ville de Rabat.

L’Afrique « Berceau de l’Humanité », doit également nous faire découvrir la dimension portée par les afro-descendants, véhiculée par des figures telles que Frantz Fanon et Aimé Césaire, et enrichie, notamment en matière musicale, par le gospel, le jazz, le blues et le reggae.

La culture africaine est aujourd’hui portée par la vague des festivals, plateformes d’échanges et de rencontres à l’échelle du continent et dont l’Afrique du Sud et le Maroc sont les porteurs, à l’instar de pays tels que le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Nigeria, la République Démocratique du Congo, le Sénégal et la Tanzanie.

Le Soft Power de la culture en Afrique est aujourd’hui conduit par le Maroc et l’Afrique du Sud avec près de la moitié des festivals, qui se trouvent être les deux premières destinations touristiques du continent (respectivement 12 et 11 millions), ce qui pose la corrélation entre développement de plateformes de rencontres, hubs de transports, attractivité des villes, capacités en équipements et logistique.

Un processus inauguré par le Maroc il y a une vingtaine d’années et que reflète la quinzaine de festivals d’envergure internationale, parmi lesquels : Festival du film africain de Khouribga (1977) ; Festival des musiques sacrées du monde de Fès (1995) ; Festival Gnaoua d’Essaouira (1997) ; Festival international du film de Marrakech (1991) ; Festival Mawazine de Rabat (2001), première plateforme musicale au monde avec 2.800.000 spectateurs en 2019.

Culture africaine et migration

L’identité et les manifestations de la culture africaine entretiennent des liens d’interdépendance avec la diaspora africaine et afro-descendante, dans des mouvements aussi divers que la littérature avec la Négritude et la revue Présence Africaine (Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire), les nationalismes maghrébins (Association des Etudiants Musulmans Nord-Africains – AEMNA) et la musique (musiques fusion et retour aux sources, Randy Weston et Jazz-Gnaoua). Un passage de la culture africaine qui s’exerce par la migration et fait que « par la diaspora, nous récupérons notre souveraineté », et que « les créateurs africains importent la culture africaine des métropoles européennes ».

L’exemple de Najat El Hachami, auteure marocaine qui écrit en Catalan – plusieurs fois primée –, fait partie des passeurs de messages culturels et d’identité d’Afrique.

Face à une génération née de la migration, en demande de culture africaine et de construction d’identité, les Etats doivent apporter des réponses aux interpellations, en faisant valoir le principe qu’« il n’y a pas de développement sans culture », une dynamique à prendre en charge par les institutions et les municipalités.

Pour cela, il importe de revenir aux fondements, pour « combiner culture avec résurgence de la mémoire ». S’il y a eu injustice par le passé, il nous faut revenir sur nos « propres responsabilités » et « reconnaître la culture comme un métier utile à la société ».

Dans la recherche du besoin d’identité, il importe que la narration, à travers le prisme de la culture, soit « à la hauteur de l’Histoire », celle dont se sont fait l’écho Patrice Lumumba, Nelson Mandela, Kwame Nkrumah et Thomas Sankara.

Diplomatie culturelle et métiers de la culture

Le développement de nouvelles plateformes culturelles est aujourd’hui relayé par de nombreux instruments tels que les technologies de l’information et de la communication, à même d’en assurer la promotion et la diffusion. Pour en garantir l’efficience, ces instruments doivent être adossés à des politiques culturelles volontaristes relevant du niveau institutionnel le plus élevé.

Le message du Souverain à la 1ère conférence des ambassadeurs de Sa Majesté le Roi Mohammed VI éclaire quant à la nécessité de ce portage. Exprimé en termes de « diplomatie culturelle », le message royal introduit cette composante du partenariat inter-africain dans le cadre plus large de « nos liens avec les pays subsahariens en les plaçant au cœur de l’agenda diplomatique marocain ».

Le deuxième niveau relève des politiques publiques portées par les ministères de la Culture et de l’Education nationale ; le troisième relevant des villes, pour des programmations municipales intégrant la composante culturelle et lui donnant pleinement droit de cité.

En termes de nouveaux métiers de la culture en Afrique et de renforcement des capacités, on retiendra entre autres :

  • les métiers de l’image ;
  • le cinéma d’animation ;
  • la scénographie ;
  • les studios d’enregistrement.

Une telle dynamique passe par la professionnalisation des filières et le développement d’écoles, de structures de formation et d’encadrement. Egalement par la mise en place d’« outils de mutualisation » portés par les collectivités territoriales, dans un esprit de « liberté de création ».

Rabat, un printemps confiné

Edité avec le concours de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique et préfacé par son Secrétaire général, M. Jean-Pierre Elong Mbassi, l’ouvrage est un hommage à la ville de Rabat, à ses habitants, ses jeunes et ses enfants. Il se présente comme une déambulation urbaine, l’occasion de (re)découvrir la capitale dans le contexte de la crise sanitaire et du confinement.

Il s’agit d’une « itinérance éducative » à travers des espaces en partage, par la description de sites marqueurs de territoires, lieux emblématiques passés, présents et à venir.

Le livre, traité avec précision, passion et attachement pour la ville et ses habitants, se veut « un ouvrage citoyen ». Il vient enrichir la production des récents ouvrages sur la capitale : « Le Rabat des origines, une histoire qui reste à écrire… », de Abdeljalil Lahjomri, et « Rabat, Sérénité et Rayonnement », sous la direction de Mohammed Nabil Benabdallah.

Rabat, Capitale africaine de la Culture

Le label accordé à la capitale du Royaume par l’Assemblée des collectivités territoriales d’Afrique, est à mettre en relation avec le programme Rabat Ville Lumière Capitale de la Culture Marocaine lancé par Sa Majesté le Roi en 2014.

Cette distinction rejoint la mise en œuvre des grands projets de la capitale, parmi lesquels le Grand théâtre, œuvre de l’architecte Anglo-Irakienne Zaha Hadid.

La démarche procède de la volonté de « travailler pour la mixité » – y compris avec des instances telles que l’UNESCO –, par la réalisation de nombre de projets dédiés à la jeunesse et à l’accompagnement social.

L’année 2021 sera l’occasion de célébrer, avec l’ensemble des partenaires et aux niveaux local et international, la ville de Rabat comme Capitale africaine de la Culture, et de décerner le Prix de la Journée Mondiale de la Culture Africaine et Afro-descendante.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page