ban600
credit agricol

Clôture en beauté du Festival de Taragalte avec un spectacle du groupe Touareg “Tinariwen”

Clôture en beauté du Festival de Taragalte avec un spectacle du groupe Touareg “Tinariwen”

Le célèbre groupe musical "Tinariwen" a émerveillé la foule, dimanche soir en clôture de la 9-ème édition du Festival International de Taragalte, avec ses chansons envoûtantes, mêlant blues, rock et musique traditionnelle Touareg.

"Tinariwen" a été accueilli, à son arrivée sur scène, par un tonnerre d'applaudissements des centaines de ses fans et admirateurs, avant d'enchaîner avec ses meilleures chansons "Kik elghalem", "Tamidit in tan ufrawn", "samira", ou encore "Amassakul".

Le porte-drapeau de la culture Touareg a également interprété ses plus belles chansons " Sastanàqqàm" et "Chat boughzza" au grand bonheur du public, avant de clôturer le show avec une fusion musicale mêlant blues américain et blues saharien, en compagnie de deux musiciens venus direct du Mississippi, à savoir le guitariste américain Vasti Jakson et la percussionniste Maya Kyles.

Il s'agit de la troisième participation du groupe à cette manifestation, une preuve que les Tinariwen, qui sillonnent chaque année les cinq continents, diffusant leur culture musicale et leurs rythmes Touaregs dans plusieurs pays tels que le Japon, l'Allemagne, les Etats-Unis, la France ou la Grande Bretagne, trouvent à M'hamid El Ghizlane une terre fertile pour se ressourcer et enchanter leur public.

"Le retour des Tinariwen à cette commune, et particulièrement à Taragalte est évident, dans la mesure où ils font désormais partie de la grande famille de notre oasis verdoyante", explique le co-fondateur du festival, Brahim Sbai.

L'objectif de ce spectacle est de "rappeler les liens qu’entretenaient nos ancêtres lors des caravanes sahariennes avec nos deux pays respectifs, le Maroc et le Mali", a-t-il ajouté.

→ Lire aussi : Lever de rideau sur la 9-ème édition du Festival international de Taragalte

Tinariwen, qui signifie "les déserts" au pluriel, est un groupe de musique, originaire de Tessalit dans la région de Kidal au nord du Mali, créé officiellement en 1982, par trois amis Brahim Hag Alhabib, Alhassan Touhami et feu Intayaden, jouant sur des guitares acoustiques.

Récompensé en 2012 pour le meilleur album "Musique du monde" aux Grammy Awards, Tinariwen est le premier à avoir introduit le rock, le blues ou le reggae dans la musique traditionnelle touarègue, devenant une source d'inspiration pour la nouvelle génération.

Le concert de Tinariwen a été suivi par un spectacle du groupe "Bnat tombouktou", dirigé par l'artiste gnaouie Asmaa El Hamzaoui, qui a transporté le public, sans escale, dans un voyage convivial et festif, à la découverte de la musique gnaouie à travers des rythmes aux sons cristallins des percussions africaines.

Approchée par la MAP, l’artiste Asmaa el Hamzaoui a souligné que le nom de son groupe est inspiré par la ville de Tombouctou située à Mali, où jadis se réunissaient les esclaves, pour exprimer leurs malheurs et leurs mode de vie à travers des chants.

Maniant le "guembri" dès son plus jeune âge, Asmaa El Hamzaoui s'est dite fière de pouvoir participer au festival de Taragalte, dont la programmation artistique est assez riche et diversifiée.

Initiée en 3 jours, la 9ème édition du Festival international de Taragalte a été marquée par plusieurs ateliers, notamment un atelier de sensibilisation à l'environnement au profit des enfants, un atelier sur "La Malhfa" symbole de l’art vestimentaire des femmes du Sahara animé par la Diva Oum, et un atelier sur les traditions et le savoir faire des femmes du désert.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

top
%d blogueurs aiment cette page :