CNDH: Lancement d’une plateforme sur le droit à la liberté d’expression dans l’espace numérique

CNDH

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a lancé, jeudi, une plateforme interactive sur la liberté d’opinion et d’expression dans l’espace numérique, baptisée “TaabiratRaqmya.ma”.

Cette plateforme vise à interagir avec les spécialistes, les différentes parties prenantes et le grand public autour du droit à la liberté d’opinion et d’expression et de ses limites, en se basant sur les principes internationaux qui consacrent ce droit, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit, indique le CNDH dans un communiqué.

La présidente du CNDH, Amina Bouayache a souligné, selon la même source, que cette initiative prend en considération le rôle fondamental et central de la liberté d’opinion et d’expression et l’importance de cette liberté dans une société démocratique.

“Le droit à la liberté d’expression est un droit fondamental en soi et un droit qui permet la réalisation d’autres droits et libertés. Sur cette base, la liberté d’expression est la pierre angulaire de toute société où règnent la liberté et la démocratie”, a-t-elle ajouté. Le Conseil aspire, à travers cette plateforme lancée conformément à la décision du bureau du CNDH prise le 6 mai, à contribuer au débat public sur la manière de relever les défis liés à la garantie de l’exercice de nouvelles formes de liberté d’opinion et d’expression et dans la réflexion collective sur les dimensions liées à l’éthique de l’utilisation des technologies numériques et des médias sociaux comme outils d’exercice des libertés.

Cette initiative vise également à réfléchir à la manière de s’inspirer de certaines expériences et bonnes pratiques dans ce domaine, afin d’élaborer une charte déontologique nationale de l’utilisation de l’espace numérique dans l’espace public.


Le lancement de cette plateforme interactive s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des prérogatives et du mandat général du Conseil, tels que définis par les dispositions de la loi n° 76-15 relative à la réorganisation du Conseil et des principes de Paris, régissant l’action des institutions nationales des droits de l’Homme.

Son lancement intervient aussi, précise le communiqué, suite à la conclusion générale de son rapport annuel sur la situation des droits de l’Homme au Maroc au titre de l’année 2019, qui a considéré que “l’élargissement des libertés dans l’espace public est le plus grand défi auquel sont confrontées nos institutions démocratiques émergentes, en particulier la liberté d’expression dans sa globalité et la liberté d’expression dans l’espace numérique”.

Cette initiative s’inscrit aussi en application de la recommandation dudit rapport visant à ouvrir un débat public qui associera tous les acteurs concernés et qui prendra en considération les mutations liées à cette thématique, notamment dans l’espace numérique, et en particulier dans les plateformes de médias sociaux, de manière à garantir la liberté d’opinion et d’expression sans compromettre la vie privée des individus.