La commission parlementaire mixte Maroc-UE appelée à accompagner et à promouvoir les actions régionales innovantes

La commission parlementaire mixte Maroc-Union Européenne (UE) est appelée à jouer un rôle encore plus grand dans l’accompagnement et la promotion d’actions régionales innovantes, répondant aux besoins des populations marocco-européennes, a souligné mardi à Rabat, le coprésident de la Commission, Abderrahim Atmoun.

Le travail de la Commission consiste à la mise en place de grands projets, en symbiose avec les partenariats et les processus existants, à savoir la pêche, l’agriculture, la régionalisation, la mobilité, l’intégration, la sécurité, l’immigration et la lutte contre la radicalisation, a affirmé M. Atmoun à l’ouverture de la 8è réunion annuelle de la Commission parlementaire mixte.

Il a précisé que pour faire face aux défis actuels, de nouveaux outils de travail et de financement doivent être créés, avec l’adhésion de l’ensemble des acteurs à la fois marocains et européens, en vue de donner au concept de solidarité régionale sa pleine signification.

Il s’est également félicité de l’excellence des relations de partenariat unissant le Maroc et l’UE, exprimant sa satisfaction quant au bilan positif depuis la tenue de la dernière réunion annuelle de la commission parlementaire mixte à Strasbourg et les réunions tenues à Bruxelles, ainsi que celles des binômes.


Dans ce sens, il a souligné que le travail de la commission donne une valeur ajoutée au partenariat gouvernemental dans différents domaines, dont la pêche maritime et l’agriculture, les droits de l’Homme, la paix, la sécurité et la lutte contre l’extrémisme. “Pour servir ce dessein, nous devons, ensemble, nous fixer un cap ambitieux sur l’avenir et nous inscrire dans une dynamique ou le futur de notre partenariat réside non seulement dans l’amélioration de son développement socio-économique, sa solidarité, son intégration régionale et son développement durable, mais aussi de sa stabilité”, a-t-il noté, ajoutant que les agendas sécuritaires, politiques et économiques de l’espace sahélo-saharien et de la façade atlantique requièrent des approches partenariales concertées et solidaires.

M. Atmoun a, également, indiqué que le Maroc connait des mutations qualitatives notoires, consécutivement aux changements institutionnels impulsés par la volonté de SM le Roi Mohammed VI et par l’engagement de toutes les forces vives de la Nation à conduire le pays vers une ère nouvelle, qui place le choix démocratique comme fondement d’une modernisation généralisée de l’économie et de la société.

Selon le coprésident de la Commission, cette volonté politique a permis l’édification d’une économie ouverte et le développement d’un système productif fondé sur de grands chantiers structurants s’appuyant sur les avantages comparatifs, compétitifs et stratégiques des différents secteurs d’activité marocains.

Il a, ainsi, précisé que la sauvegarde de la sécurité, la stabilité, l’intégrité territoriale des États, le développement humain durable, la solidarité, la lutte contre les idéologies radicales et la croyance en l’unité et la stabilité des peuples, sont les principaux axes de la politique africaine du Maroc, telle que tracée par SM le Roi.


Dans ce cadre, M. Atmoun a relevé que la vision stratégique du Souverain de l’appartenance africaine s’inscrit dans une perspective de hisser la coopération avec les pays africains au niveau d’un partenariat agissant et solidaire.

Les travaux de la 8è réunion annuelle de la Commission parlementaire mixte Maroc-UE, co-présidée par Abderrahim Atmoun, du parlement marocain, et Ines Ayala Sender, du parlement européen, porteront notamment sur la question migratoire, la coopération économique et commerciale et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme.