Conflit israélo-palestinien: La Chambre des représentants américaine soutient une solution à deux Etats

Chambre des représentants
Chambre des représentants

La Chambre des représentants américaine, contrôlée par les démocrates, a approuvé vendredi une résolution appuyant une solution de “deux-États” pour le conflit israélo-palestinien.

La Chambre a ainsi marqué son opposition à tout plan de paix proposé par l’administration Trump qui n’appellerait pas expressément à un État palestinien indépendant vivant côte à côte avec un État juif d’Israël.

Seuls cinq républicains ont soutenu le texte qui a recueilli 226 voix pour et 183 contre, bien que 11 députés du GOP aient rejoint un amendement bipartisan réaffirmant les engagements des États-Unis à fournir une aide militaire à Israël qui a été ajouté au projet de loi.

La résolution fait suite aux critiques portées par les démocrates à plusieurs mesures de l’administration Trump qui, selon elles, mettaient en danger une solution à deux États, notamment la délocalisation de l’ambassade des États-Unis à Al-Qods, la reconnaissance de la souveraineté d’Israël sur les plateaux du Golan et la réduction de la majorité de l’aide américaine aux Palestiniens.

Le texte, non contraignant, stipule que “toute proposition des Etats-Unis pour parvenir à une solution juste, stable et durable au conflit israélo-palestinien doit explicitement soutenir l’objectif d’une solution à deux Etats”.

De même, selon le texte, les Etats-Unis doivent “décourager les actes qui éloigneraient encore davantage une fin pacifique au conflit, notamment toute annexion unilatérale de territoires ou tout effort pour instaurer un Etat palestinien en dehors du cadre de négociations avec Israël”.

Le vote a également mis en évidence les divisions au sein du camps démocrate sur Israël. Quatre démocrates se sont opposés à la résolution: les représentantes Rashida Tlaib, Ilhan Omar, Alexandria Ocasio-Cortez et Ayanna Pressle. Les deux députées musulmanes ont déploré que le texte n’aille pas assez loin.

Mmes Tlaib et Omar ont notamment relevé que la référence à “l’occupation” israélienne de territoires palestiniens avait été effacée par rapport à la version initiale de la résolution.