Conseil communal de Rabat: 90,5 MDH, total des primes allouées aux Conseils des arrondissements au titre de 2019

Le conseil communal de la ville de Rabat va allouer une somme totale de 90,5 MDH aux cinq Conseils des arrondissements relevant de sa compétence territoriale, au titre des primes de l'exercice 2019. Approuvées à l'unanimité par le Conseil, lundi lors de sa session ordinaire du mois de mai, ces primes, qui représentent 10% du budget du Conseil communal, sont réparties entre la part de gestion, avec un montant de 81,45 MDH et la part d’animation (9,05 MDH). L'arrondissement de Yaâcoub El Mansour a bénéficié de la prime la plus élevée, à savoir 23.882.950 DH, suivie de l’arrondissement El Youssoufia (22.634.050 DH), Hassan (19.122.650 DH), Agdal-Ryad (16.543.400 DH) et Souissi (8.316.950 DH). Présidée par M. Mohamed Sadiki, maire de Rabat, le conseil communal a approuvé à l'unanimité 14 points inscrits à l’ordre du jour de la session, notamment l'occupation temporaire du domaine forestier, l'étude et l'approbation du projet d’extension et du renforcement de la route menant au Royal Golf et au club équestre Dar Es Salam, l'approbation de la convention de partenariat relative à la gestion et l’entretien du parc Hassan II et l’ouverture d’un compte privé pour contribuer à sa gestion et son entretien, ainsi que l’adoption d’un projet de convention de partenariat pour soutenir les jeunes porteurs de projets et les autoentrepreneurs afin de développer des activités génératrices de revenus. Cette session a été, également, marquée par des interventions dans le cadre du droit d’information, présentées par les différents partis politiques représentés au Conseil communal, portant principalement sur la problématique des transports publics dans la ville, l'absence d’un plan d'aménagement urbain de la capitale, la reconsidération des marchés pilotes pour traiter la problématique des marchands ambulants et la lenteur les travaux de réhabilitation de l'ancienne Médina de Rabat causant la stagnation de l'activité commerciale, ainsi que la gestion du stationnement et des parkings publics dans la capitale.

Le conseil communal de la ville de Rabat va allouer une somme totale de 90,5 MDH aux cinq Conseils des arrondissements relevant de sa compétence territoriale, au titre des primes de l’exercice 2019.

Approuvées à l’unanimité par le Conseil, lundi lors de sa session ordinaire du mois de mai, ces primes, qui représentent 10% du budget du Conseil communal, sont réparties entre la part de gestion, avec un montant de 81,45 MDH et la part d’animation (9,05 MDH). L’arrondissement de Yaâcoub El Mansour a bénéficié de la prime la plus élevée, à savoir 23.882.950 DH, suivie de l’arrondissement El Youssoufia (22.634.050 DH), Hassan (19.122.650 DH), Agdal-Ryad (16.543.400 DH) et Souissi (8.316.950 DH).

>>Lire aussi : Lancement mardi à Rabat du jumelage Maroc-UE consacré à l’appui au renforcement du secteur de l’énergie du Maroc

Présidée par M. Mohamed Sadiki, maire de Rabat, le conseil communal a approuvé à l’unanimité 14 points inscrits à l’ordre du jour de la session, notamment l’occupation temporaire du domaine forestier, l’étude et l’approbation du projet d’extension et du renforcement de la route menant au Royal Golf et au club équestre Dar Es Salam, l’approbation de la convention de partenariat relative à la gestion et l’entretien du parc Hassan II et l’ouverture d’un compte privé pour contribuer à sa gestion et son entretien, ainsi que l’adoption d’un projet de convention de partenariat pour soutenir les jeunes porteurs de projets et les autoentrepreneurs afin de développer des activités génératrices de revenus.


Cette session a été, également, marquée par des interventions dans le cadre du droit d’information, présentées par les différents partis politiques représentés au Conseil communal, portant principalement sur la problématique des transports publics dans la ville, l’absence d’un plan d’aménagement urbain de la capitale, la reconsidération des marchés pilotes pour traiter la problématique des marchands ambulants et la lenteur les travaux de réhabilitation de l’ancienne Médina de Rabat causant la stagnation de l’activité commerciale, ainsi que la gestion du stationnement et des parkings publics dans la capitale.