Convention démocrate: Tir groupé contre Donald Trump

Trump

L’ancien président Barack Obama et la sénatrice Kamala Harris ont dénoncé mercredi soir l’absence de leadership du président américain Donald Trump.

Profitant de leurs interventions lors de la troisième journée de la Convention démocrate, organisée à Milwaukee (nord) de manière virtuelle en raison de la pandémie du Covid-19, l’ancien locataire de la maison blanche et la sénatrice de Californie, ont accusé Trump de n’avoir “jamais” pris la mesure de son poste.

Kamala Hariss, qui a été officiellement investie mercredi par les démocrates comme colistière de Joe Biden, a dénoncé le « chaos permanent », l’« incompétence » et la « cruauté », de Donald Trump, appelant les Américains à se mobiliser «pour éviter un nouveau revers, après celui -inattendu- d’Hillary Clinton en 2016», rapportent les médias.

« Nous méritons beaucoup mieux ! », a lancé celle qui pourrait devenir la première femme vice-présidente de l’histoire des Etats-Unis. Selon elle , « l’absence de leadership de Donald Trump a coûté des vies » au pays, faisant référence aux victimes de la pandémie de COVID-19. Abondant dans le même sens, Obama, troisième ex-président à soutenir Joe Biden à la convention après Bill Clinton et Jimmy Carter, a soutenu que les conséquences de l’échec de gestion de la pandémie sont graves. «170 000 Américains morts, des millions d’emplois perdus, nos pires instincts libérés », a-t-il dit.

« J’ai espéré, pour le bien de notre pays, que Donald Trump puisse montrer l’envie de prendre son rôle au sérieux, qu’il puisse ressentir le poids de la fonction, a-t-il dit…. Mais il ne l’a jamais fait». Il a accusé Trump d’avoir utilisé la présidence comme « un show de télé-réalité de plus ».


Barak Obama a aussi demandé aux Américains de croire en la capacité de Joe Biden et Kamala Harris «de sortir notre pays de ces temps sombres et de le reconstruire meilleur”. “Parce que c’est ce qui est en jeu aujourd’hui: notre démocratie.”, a-t-il insisté. Durant ce temps, Donald Trump a multiplié les attaques et les tweets colériques accusant en particulier Obama de l’avoir espionné pendant sa campagne.

Hillary Clinton, l’ex-candidate malheureuse (2016) , a pour sa part appelé à «un sursaut pour éviter que les lendemains de l’élection ne soient, une nouvelle fois, ceux de la déception et des regrets».

Joe Biden, 77 ans, a été formellement désigné mardi comme le candidat démocrate pour l’élection présidentielle américaine du 3 novembre. Il doit effectuer son discours de nomination jeudi, en clôture de cette grand-messe démocrate.