ban600

Coopération africaine décentralisée: Fassi Fihri plaide pour une diplomatie des villes

Coopération africaine décentralisée: Fassi Fihri plaide pour une diplomatie des villes

Le ministre de l'Aménagement du territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, Abdelahad Fassi Fihri, a plaidé, vendredi à Marrakech pour une diplomatie des villes dans le cadre d'une coopération africaine décentralisée.

"Notre engagement collectif en faveur des villes mieux planifiées, durables, sûres, résilientes et ouvertes doit impérativement s’accompagner d'une coopération approfondie entre les Etats et les collectivités locales à l'échelle africaine", a insisté Fassi Fihri lors d'une session sur "Planification urbaine et développement territorial: Enjeux et opportunités pour les villes en Afrique" organisée dans le cadre des Africités 2018 (20-24 novembre).

Véritable pacte à l’échelle du continent africain, ce partenariat doit s’articuler autour des plusieurs axes, notamment, la mise en réseau autour d’une plateforme d’intervention partagée, la promotion d’espaces de dialogue et de concertation sur les problématiques urbaines, le développement de projets de coopération sur le renforcement des instruments de la planification urbaine et du développement territorial, la contribution au renforcement de la décentralisation par la promotion de la coopération décentralisée, ainsi que l’encouragement des initiatives d’entreprises privées et développement du partenariat public-privé-population (PPPP), a-t-il relevé.

Instrument incontournable pour des politiques nationales urbaines efficientes, les villes africaines sont appelées à mettre en œuvre des stratégies urbaines maîtrisées par des processus de prise de décision s’appuyant sur des objectifs économiques, sociaux, culturels et environnementaux et à adopter d’outils politiques, de mécanismes institutionnels et participatifs, et de procédures réglementaires adaptés aux contextes nationaux, a noté le ministre.

Il a, ainsi cité quatre enjeux majeurs pour une Afrique à même d’assurer une transition vers des villes et des territoires durables, à savoir les infrastructures, les services de base, des stratégies urbaines et le logement, ajoutant que la problématique de la planification urbaine et territoriale se trouve au cœur du nouvel agenda urbain.

De son côté, la présidente de la Fédération des agences urbaines du Maroc (MAJAL), Khaddouj Guenou a indiqué que l'appartenance à un même espace géographique est un atout considérable dont les pays africains devons user pour adopter des politiques concertées sur les moyens et les instruments à mettre en oeuvre pour des villes inclusives, résilientes et durables.

Dans ce sens, le Maroc veut mettre à la disposition des autres pays africaines, ses 30 agences urbaines au service de la promotion de la diplomatie des villes et des territoires, a-t-elle fait savoir.

→ Lire aussi : Africités 2018 : Les élus locaux se mobilisent pour la nouvelle Afrique

"Notre ambition est de généraliser les agences urbaines en Afrique à l'horizon des Africités 2021, une suite logique à la création à Marrakech du réseau des agences urbaines d'Afrique", a-t-il souligné.

Pour sa part, le Maire de Marrakech, Mohamed Larbi Belcaid, a mis en avant l'importance de la planification urbaine pour des villes africaines résilientes et durables, passant en revue les difficultés entravant l'action des collectivités locales.

Il a, ainsi, passé en revue la stratégie de planification adoptée au niveau de Marrakech et l'ensemble des réformes entreprises pour faire de la ville ocre un modèle à l'échelle africaine, appelant à la nécessité d’accroître la coopération ville ville et d'échanger les expertises.

Quant au vice-président de la région Marrakech-Safi, Touhami Mouhib, il a mis en relief les avancées enregistrées par le Maroc en matière de renforcement de la démocratie locale, notamment la régionalisation avancée.

La région Marrakech-Safi a élaboré son plan de développement sur la base d'une approche participative intégrée pour soulever les défis liés à l'emploi, la durabilité et l’inclusion sociale, a-t-il dit, se félicitant de la place qu'elle occupe à l'échelle nationale et sa contribution significative à la création de richesses.

Cette rencontre a été sanctionnée par la signature des conventions de coopération décentralisée entre villes marocaines et africaines (Dakar-Rabat, Abidjan-Casablanca, Abomey (Bénin)-Al Houceima, Jinja (Ouganda)-Essaouira, Rufisque (Sénégal)- Dakhla, Sousse (Tunisie)- El Jadida et Marrakech-Yaoundé. Par la même occasion des trophées ont été remis à plusieurs responsables et élus locaux africains et marocains.

Cette rencontre organisée dans le cadre de la "Journée planification territoriale", vise principalement à partager les expériences en matière de planification et de développement territorial en Afrique et la promotion de la coopération Sud-Sud. Plusieurs thématiques sont à l'ordre du jour, notamment les outils et instruments de la planification urbaine, la problématique du foncier, la gouvernance, le financement et les mécanismes de mise en oeuvre.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :