Coopération Maroc-ASEAN, un positionnement stratégique

Avec l’adhésion du Maroc récemment au Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN, 10 pays) et l’accès au statut de Partenaire de développement de la Mékong River Commission (MRC, 4 pays), le Maroc a opéré un positionnement stratégique sur l’échiquier de la diversification de ses partenaires économiques, ouvrant ainsi une perspective des plus prometteuses sur ce marché de la sous-région asiatique à fort potentiel de croissance et d’opportunités.

A travers ces deux accords, le Royaume, fort de sa position stratégique et de son développement ouvert son environnement continental et international, a fait le pari de s’offrir un accès sur un marché de 650 Millions de consommateurs (8,8 pc de la population mondiale) avec un PIB de 2.600 milliards de dollars. La zone ASEAN, une puissance économique majeure en devenir, affiche les taux de croissance les plus élevés au monde avec une moyenne annuelle autour de 6 pc.

Créée le 8 août 1967 en Thaïlande, l’ASEAN compte dix pays membres : Indonésie, Philippines, Vietnam, Laos, Cambodge, Malaisie, Singapour, Thaïlande, Birmanie et Brunei. En septembre 2017 à Vientiane (Laos), les ministres des Affaires étrangères des pays de l’ASEAN ont approuvé l’adhésion du Maroc au Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) de l’Association.

La MRC est, quant à elle, une organisation sous-régionale, créée le 05 avril 1995 sur la base du “Comité du Mékong” existant depuis 1957. Elle comprend quatre pays membres, à savoir le Cambodge, le Laos, la Thaïlande et le Vietnam. En juin 2017, le Maroc obtient le Statut de Partenaire de la Mékong River Commission (MRC).


Le groupement des 10 pays de l’ASEAN, dont la vocation économique a été confirmée après la création de sa Communauté Economique (AEC) le 31 décembre 2015, est désormais une puissance économique régionale à fort potentiel. Actée au sommet de Kuala Lumpur de novembre, cette intégration économique devra aboutir, à terme, à un marché unique aux contours proches du modèle européen garantissant la libre circulation des biens et des services, des capitaux et des travailleurs.

Etant le premier pays arabe et africain à accéder à un tel statut, le Royaume ne manquera pas de susciter l’intérêt du groupement asiatique en tant que partenaire doté d’une position stratégique entre deux continents, l’Europe et l’Afrique, et au carrefour des grandes routes maritimes du commerce international.

En tissant des liens économiques et commerciaux avec l’ASEAN, le Maroc s’offre une précieuse opportunité d’optimiser la compétitivité de l’économie nationale dans le circuit global de production des biens intermédiaires et des services.

Par Driss Hidass