Coronavirus: Des cas d’empoisonnement à la chloroquine au Nigeria

Des patients empoisonnés à la chloroquine, un anti-paludéen actuellement testé comme traitement possible au nouveau coronavirus, ont été admis dans deux hôpitaux de Lagos, la capitale économique du Nigeria, a-t-on appris vendredi auprès des autorités.

La chloroquine, un antipaludéen utilisé depuis des décennies, a fait l’objet d’essais cliniques encourageants sur un petit nombre de patients en Chine et en France comme possible traitement pour les malades du Covid-19.

“Nous avons eu deux cas d’empoisonnement hospitalisés à Lagos, mais nous allons certainement voir d’autres cas se multiplier dans les prochains jours”, a indiqué Ore Awokoya, conseillère à la Santé du gouverneur de Lagos.

Le président américain Donald Trump a prédit jeudi un recours imminent à ce médicament aux Etats-Unis, affirmant qu’il espérait le rendre “disponible quasiment immédiatement”.

Mais nombre d’experts ont appelé à la prudence en soulignant l’absence de données cliniques solides et publiques sur ses effets.


La chloroquine, commercialisée notamment sous le nom de Nivaquine, est souvent recommandée lorsque l’on prévoit de se rendre en zone infestée par le parasite du paludisme, transmis par les moustiques.